Actualité aéronautique Transport aérien Référendum ADP : inquiétudes au gouvernement après la jurisprudence du Conseil Constitutionnel

Référendum ADP : inquiétudes au gouvernement après la jurisprudence du Conseil Constitutionnel

AFP
Publié 10/05/2019 | 763 mots

"Une situation dangereuse pour la conduite de l'action publique": le gouvernement s'est publiquement inquiété vendredi des conséquences de la jurisprudence du Conseil constitutionnel sur ADP tout en confirmant qu'il suspendait la privatisation du gestionnaire d'aéroports.

S'il s'est bien gardé de critiquer directement la décision du Conseil constitutionnel jeudi, le Premier ministre, par la voix de son entourage, a estimé que la "manoeuvre des oppositions" pour déclencher un référendum d'initiative partagée (RIP) posait "un vrai et grave problème démocratique".

"Si à chaque fois que la majorité vote une loi, 185 parlementaires peuvent retarder son application de plus de 9 mois, cela créerait une situation dangereuse pour la conduite de l'action publique", a déploré Matignon dans une déclaration à l'AFP.

Le Conseil constitutionnel a donné son feu vert jeudi à la proposition de RIP soutenue par plusieurs partis d'opposition (LR, PS, PCF...) qui vise à utiliser pour la première fois cette procédure prévue par la réforme Sarkozy de 2008 du texte fondamental de la Ve République.

La Constitution empêche explicitement d'abroger par RIP une disposition législative promulguée depuis moins d'un an, mais la loi Pacte qui autorise la privatisation d'ADP n'avait pas encore été promulguée au moment de l'initiative de l'opposition.

En clair: un projet de loi en cours d'examen ou même adopté - mais non promulgué - par le Parlement peut donc faire l'objet d'une contestation via un RIP, selon la décision des Sages, qui désavoue l'argumentaire du gouvernement et de son juriste en chef, le secrétaire général du gouvernement (SGG) Marc Guillaume.

Un trou de souris constitutionnel dans lequel plusieurs membres du gouvernement voient une possible brèche dans la légitimité du Parlement élu.

"C'est une attaque contre la démocratie représentative", grogne un ministre. "Un texte va pouvoir être défait à tout moment", s'inquiète un autre membre du gouvernement. "Au-delà d'ADP, c'est sur le long terme que c'est ennuyeux", estime un conseiller.

Souveraineté populaire contre souveraineté parlementaire: ce vieux débat politique est au coeur de la démocratie française depuis la Révolution de 1789.

- L'action d'ADP chute -

Un débat relancé avec la crise des "gilets jaunes" et leur "référendum d'initiative citoyenne" (RIC), regardé avec circonspection par Emmanuel Macron et son exécutif, justement du fait du risque de conflit entre démocratie représentative et souveraineté populaire.

Mais lors de sa conférence de presse post-grand débat national, le chef de l'Etat a tout de même exprimé son souhait de faciliter le RIP, en abaissant à 1 million le seuil de signatures de citoyens pour le déclencher, contre environ 4,7 millions (10% du corps électoral) actuellement.

Reste à savoir quelle forme précise prendra cette idée dans le nouveau projet de réforme constitutionnelle qui doit être présenté en juillet.

La tentation pour l'exécutif pourrait être d'empêcher explicitement que le RIP s'applique à un projet en cours d'examen ou une loi adoptée mais non encore promulguée. D'autant qu'il pourrait trouver des alliés en ce sens dans l'opposition.

Si la décision du Conseil constitutionnel est "incontestable", "je m'interroge sur la volonté du Constituant de 2008 de permettre ainsi la remise en cause du processus législatif. La révision à venir permettra de clarifier les choses", a ainsi affirmé vendredi le président LR du Sénat, Gérard Larcher, sur France Inter.

La prochaine étape sera pour les initiateurs du RIP de recueillir en neuf mois, par voie électronique, l'approbation des 10% du corps électoral.

Après la décision du Conseil Constitutionnel, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a confirmé vendredi qu'aucune décision sur la privatisation ne serait prise durant la procédure du RIP, appelant à la "patience".

"Nous ne sommes pas pressés (...), nous attendrons", a affirmé Matignon à l'AFP.

Il aurait de toute façon été risqué pour l'Etat de procéder à la privatisation sachant qu'en cas de succès du RIP, il aurait été contraint de racheter les parts vendues d'ADP, pointe un constitutionnaliste.

Les investisseurs ont eux très mal réagi: l'action d'ADP a chuté de 9,73% en Bourse vendredi, à 153 euros, après avoir déjà perdu 5,68% jeudi.

Les articles dans la même thématique
IL Y A 10 HEURES Compagnies aériennes low cost
Ryanair s'attend à deux ans difficiles pour les bénéfices des compagnies européennes Ryanair s'attend à deux ans difficiles pour les bénéfices des compagnies européennes
Ryanair a présenté des résultats en demi-teinte pour 2018-2019. La low-cost irlandaise a enregistré une croissance de 6% de son chiffre d'affaires à 7,56 ... Lire la suite
Congo Airways vise une trentaine de destinations d'ici 2021 Congo Airways vise une trentaine de destinations d'ici 2021
Congo Airways a été créée en août 2014 alors que la République Démocratique du Congo, deuxième pays en Afrique par sa taille et quatrième par ... Lire la suite
Air Canada veut mettre la main sur Transat Air Canada veut mettre la main sur Transat
C'est un grand mouvement de consolidation qui s'amorce dans le ciel canadien. Air Canada et le groupe Transat sont entrés dans une période de négociations ... Lire la suite
La connectivité progresse sur la flotte d'A320 d'Air France La connectivité progresse sur la flotte d'A320 d'Air France
Après plusieurs années passées à faire des tests et à attendre que la technologie soit mature, Air France est résolument engagée dans son programme d'installation ... Lire la suite
Les compagnies traditionnelles en Inde peuvent-elles être sauvées ? Les compagnies traditionnelles en Inde peuvent-elles être sauvées ?
Le transport aérien full-service en Inde est un secteur sinistré. Ses deux principaux acteurs, Air India et Jet Airways, cumulent neuf milliards de dollars de ... Lire la suite
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
La connectivité progresse sur la flotte d'A320 d'Air France Les compagnies traditionnelles en Inde peuvent-elles être sauvées ?
L'IATA veut pousser la France à adopter une stratégie nationale pour le transport aérien Icelandair envisage l'acquisition d'Airbus A321neo
Les enregistreurs de vol du Superjet d'Aeroflot ont été récupérés Camair-Co : Une année 2019 en zone de turbulences
20/05 ADP : le PDG Augustin de Romanet salue la décision du Conseil constitutionnel
20/05 Le Praetor 600 d'Embraer complète sa collection de certifications
20/05 Grève dans le transport aérien mardi en Italie
20/05 Ryanair s'attend à deux ans difficiles pour les bénéfices des compagnies européennes
20/05 Le HH-60W s'envole
20/05 Nouveau lot de production pour le King Stallion
IL Y A 14 HEURES
RYANAIR a repoussé la livraison de ses cinq premiers BOEING 737 MAX 200 à l'hiver 2019 (octobre), sous réserve que l'appareil soit autorisé à voler par l'EASA. Ils devaient initialement être livrés en avril, mai et juin. La low-cost confirme sa confiance dans l'appareil.
17 MAI 2019
La Direction des missions de technologie spatiale (STMD) de la NASA a sélectionné 142 projets proposés par 129 petites entreprises américaines dans le cadre du programme Small Business Innovation Research (SBIR). Ils se verront accorder des contrats de développement technologique pour une durée de 24 mois et 750 000 dollars chacun, pour un montant total de 106 millions de dollars.
17 MAI 2019
LOCKHEED MARTIN, en charge de la conception et de la construction de la coque de protection du module de descente de la mission MARS 2020 de la NASA, vient de finir les essais statiques de la structure du bouclier thermique. Le départ est prévu à l'été 2020, sur un lanceur Atlas V (541), depuis la base de Cap Canaveral, pour une arrivée sur Mars en 2021.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

L'Airbus A321XLR en approche finale
Pour la division Military Aircraft d'Airbus Defence and Space, « la première des priorités, c'est de consolider l'activité »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus