Actualité aéronautique Espace La production des premières Ariane 6 de série est lancée

La production des premières Ariane 6 de série est lancée

AFP
Publié 06/05/2019 | 674 mots
Le futur lanceur européen Ariane 6, dont le premier vol est attendu pour 2020, a franchi lundi une nouvelle étape, jugée "décisive" par ses constructeurs, avec le lancement de la production des premières fusées de série qui voleront entre 2021 et 2023.

Décidé en 2014, Ariane 6 est un ambitieux programme de l'Agence spatiale européenne (ESA) visant à doter l'Europe d'une fusée plus compétitive et plus polyvalente que l'actuelle Ariane 5 afin de résister à la concurrence intense notamment de SpaceX, la société américaine fondée par Elon Musk.

Le vol inaugural du nouveau lanceur européen est prévu pour la seconde partie de 2020.

Lundi, ArianeGroup, coentreprise entre Airbus et Safran, a annoncé le lancement de la production des quatorze premiers lanceurs Ariane 6 qui voleront après ce vol inaugural, entre 2021 et 2023, en parallèle des huit derniers exemplaires d'Ariane 5.

"C'est une étape décisive pour le programme Ariane 6", déclare à l'AFP Stéphane Israël, président exécutif d'Arianespace, société chargée notamment de la commercialisation des lancements depuis la Guyane française.

Les premières Ariane 6 de série sortiront des usines d'ArianeGroup début 2021. "Nos clients attendent Ariane 6 avec impatience et elle sera au rendez-vous", assure André-Hubert Roussel, Président exécutif d'ArianeGroup.

Ces quatorze lanceurs seront produits dans les usines d'ArianeGroup en France et en Allemagne et dans celles de ses partenaires industriels européens dans les treize pays participant au programme Ariane 6.

Ce démarrage de la production est consécutif à un conseil de l'ESA du 17 avril au cours duquel les pays membres ont accepté de s'engager sur les lancements institutionnels pendant la phase de transition où opèreront à la fois Ariane 5 et Ariane 6.

Outre trois commandes institutionnelles d'Ariane 6 déjà contractualisées, l'ESA a accepté d'apporter sa garantie financière pour quatre autres lancements.

- "Défis" -

Cette garantie "permet d'avancer même si on préfèrerait avoir un carnet de commandes complètement rempli" côté institutionnel, déclare à l'AFP André-Hubert Roussel. "Les commandes vont arriver. Elles sont en cours de négociation".

A ses yeux, "ce qui est très positif, c'est que les États membres de l'ESA, en acceptant de donner cette garantie, ont renouvelé leur souhait de continuer à avoir un accès autonome à l'espace grâce à Ariane 6".

Plusieurs mois de discussions ont été nécessaires pour parvenir à cette résolution de l'ESA. "C'est normal. Il fallait que chaque partenaire accepte d'aller au bout de ses engagements, dans un marché difficile, avec des volumes bas et des prix sous pression", explique Stéphane Israël.

"La chaîne industrielle a accepté d'accroître ses efforts et l'ESA a accepté de confirmer les engagements sur les missions institutionnelles", dit-il.

La résolution du 17 avril constitue "la preuve que l'Europe prend du temps, mais qu'elle sait aussi se mettre d'accord et avancer", ajoute-t-il.

Pris dans sa globalité (inclus la construction du pas de tir), le coût du développement du système de lancement Ariane 6 est de l'ordre de 4 milliards d'euros (investis de 2015 au premier vol en 2020).

La production des Ariane 6 en série est financée par les contrats de lancement (phase d'exploitation).

La partie ne sera pas aisée pour Ariane 6. Elle arrive "dans un contexte où la demande institutionnelle est soutenue", mais où "il y a beaucoup de défis sur le marché des satellites commerciaux. Nous allons affronter ces défis", relève le patron d'Arianespace.

Il souligne que le moteur réallumable Vinci dont sera équipée Ariane 6 constituera un atout.

Modulaire, Ariane 6 existera en deux versions, Ariane 62 (avec deux propulseurs) et Ariane 64 (quatre propulseurs) afin de pouvoir remplir tout type de missions, vers toutes les orbites.

ArianeGroup est maître d'oeuvre industriel du développement et de l'exploitation d'Ariane 5 et Ariane 6. La société coordonne un réseau industriel regroupant plus de 600 sociétés dont 350 PME dans 13 pays européens.

Elle détient 74% du capital d'Arianespace.
Les articles dans la même thématique
L'US Air Force prépare sa prochaine génération de lanceurs L'US Air Force prépare sa prochaine génération de lanceurs
Les deux futurs lanceurs de l'US Air Force seront connus en 2020. Le Space and Missile Systems Center, en partenariat avec l'agence de renseignement National ... Lire la suite
10 MAI 2019 Missions
La course vers Mars entre les nations spatiales s'intensifiera en 2020 La course vers Mars entre les nations spatiales s'intensifiera en 2020
L'été 2020 va ouvrir une nouvelle fenêtre de tir vers la planète Mars. Un événement rare - tous les deux ans environ - dont vont ... Lire la suite
08 MAI 2019 Satellites
La course à internet dans l'espace
L'affolement a gagné le secteur spatial depuis que l'homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, a laissé filtrer son dernier projet baptisé Kuiper: 3.236 satellites à 600 kilomètres d'altitude pour arroser la Terre ... Lire la suite
02 MAI 2019 Industrie spatiale
Christelle Astorg-Lépine (CNES) : « Les nouveaux entrants nous forcent à nous ouvrir » Christelle Astorg-Lépine (CNES) : « Les nouveaux entrants nous forcent à nous ouvrir »
À l'initiative de l'accélérateur Starburst, plus d'une centaine de personnes se sont réunies à l'Hôtel de Région d'Île-de-France le 18 avril, à l'occasion du meet-up ... Lire la suite
12 AVR. 2019 Lanceurs
SpaceX signe un succès majeur avec le premier vol commercial de Falcon Heavy SpaceX signe un succès majeur avec le premier vol commercial de Falcon Heavy
Tout vient à point à qui sait attendre. Les fans de SpaceX ont en effet dû faire preuve d'une certaine philosophie pour patienter jusqu'au deuxième ... Lire la suite
Dans la rubrique Espace, la Rédaction vous recommande
SpaceX signe un succès majeur avec le premier vol commercial de Falcon Heavy Alunissage raté pour la première sonde israélienne
La sonde japonaise Hayabusa2 se prépare à créer un cratère sur un astéroïde Après la Lune en 2024, le chef de la Nasa confirme 2033 pour Mars
La France veut aller sur la Lune avec la Chine La première sortie extravéhiculaire spatiale 100% féminine est annulée
20/05 ADP : le PDG Augustin de Romanet salue la décision du Conseil constitutionnel
20/05 Le Praetor 600 d'Embraer complète sa collection de certifications
20/05 Grève dans le transport aérien mardi en Italie
20/05 Ryanair s'attend à deux ans difficiles pour les bénéfices des compagnies européennes
20/05 Le HH-60W s'envole
20/05 Nouveau lot de production pour le King Stallion
IL Y A 14 HEURES
RYANAIR a repoussé la livraison de ses cinq premiers BOEING 737 MAX 200 à l'hiver 2019 (octobre), sous réserve que l'appareil soit autorisé à voler par l'EASA. Ils devaient initialement être livrés en avril, mai et juin. La low-cost confirme sa confiance dans l'appareil.
17 MAI 2019
La Direction des missions de technologie spatiale (STMD) de la NASA a sélectionné 142 projets proposés par 129 petites entreprises américaines dans le cadre du programme Small Business Innovation Research (SBIR). Ils se verront accorder des contrats de développement technologique pour une durée de 24 mois et 750 000 dollars chacun, pour un montant total de 106 millions de dollars.
17 MAI 2019
LOCKHEED MARTIN, en charge de la conception et de la construction de la coque de protection du module de descente de la mission MARS 2020 de la NASA, vient de finir les essais statiques de la structure du bouclier thermique. Le départ est prévu à l'été 2020, sur un lanceur Atlas V (541), depuis la base de Cap Canaveral, pour une arrivée sur Mars en 2021.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

L'Airbus A321XLR en approche finale
Pour la division Military Aircraft d'Airbus Defence and Space, « la première des priorités, c'est de consolider l'activité »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus