Actualité aéronautique Espace SpaceX signe un succès majeur avec le premier vol commercial de Falcon Heavy

SpaceX signe un succès majeur avec le premier vol commercial de Falcon Heavy

Léo Barnier
Publié 12/04/2019 | 820 mots
SpaceX signe un succès majeur avec le premier vol commercial de Falcon Heavy
Le décollage du Falcon Heavy depuis le Kennedy Space Center lors de son deuxième lancement. © SpaceX
Tout vient à point à qui sait attendre. Les fans de SpaceX ont en effet dû faire preuve d'une certaine philosophie pour patienter jusqu'au deuxième lancement d'un Falcon Heavy, plus d'un an après son vol inaugural en février 2018. Leur longanimité a été récompensée le 11 avril, avec le premier vol commercial mais aussi le premier succès complet du lanceur lourd de la firme américaine, à l'occasion de la mise sur orbite du satellite de télécommunications Arabsat-6A.


Les 27 Merlin font parler leur puissance combinée au décollage. © SpaceX

Un géant s'élève

Malgré un report d'un jour, ce deuxième Falcon Heavy s'est envolé ce jeudi depuis l'emblématique complexe de lancement 39A (LC-39A) du Kennedy Space Center (KSC), en Floride, à 22:35 UTC. Le lanceur de plus de 1 400 tonnes s'est rapidement élevé dans le ciel sous l'effet combiné de ses 27 moteurs Merlin - également répartis sur les trois corps du premier étage - offrant une poussée totale de près de 23 000 kN.

Après un peu plus de deux minutes et demie de vol, les deux accélérateurs latéraux se sont séparés du corps central pour revenir se poser sur la terre ferme cinq minutes plus tard dans un ballet synchronisé toujours très impressionnant. Le corps central s'est lui détaché du second étage après trois minutes et demie de vol, avant d'apponter six minutes plus tard sur la barge de récupération autonome « Still loving you » dans l'océan Atlantique. Malgré une perte de retransmission des images de la barge juste au moment crucial, les personnels de SpaceX ont pu célébrer pour la première fois la récupération des trois éléments du premier étage.


Pour la première fois, les trois corps de l'étage principal ont été récupérés. © SpaceX

Arabsat-6A mis sur la bonne voie

Lors de sa séparation du corps central du premier étage, le second étage évoluait à 10 700 km/h à une altitude de 100 km. Un premier allumage de cinq minutes de son unique moteur Merlin lui a permis d'atteindre une vitesse de 26 700 km/h à 164 km d'altitude. Arrivé à 199 km d'altitude moins de vingt minutes plus tard, le Merlin s'est rallumé une seconde fois pendant une minute et demi jusqu'à atteindre 36 700 km/h et 221 km d'altitude. Le satellite Arabsat-6A a été libéré cinq minutes après à plus de 700 km d'altitude sur une orbite de transfert géostationnaire.

Le gros satellite - 3,5 tonnes à vide, 6 tonnes au décollage avec son carburant - a poursuivi sa route vers l'orbite géostationnaire à environ 36 000 km d'altitude. Il se positionnera à une longitude de 30,5 degrés Est pour couvrir l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Europe en remplacement d'Arabsat-5A, en service depuis 2010. Basé sur la plateforme LM 2100 de Lockheed Martin, il délivrera des services de télévision, de radio, d'Internet et de téléphonie en bande Ka et Ku.


Arabsat-6A s'éloigne après avoir été relâché par le second étage du Falcon Heavy. © SpaceX

Un succès véritable

Si ce tir n'a pas eu le même retentissement médiatique que celui de 2018, c'est pourtant le premier succès complet du Falcon Heavy. Il y a un an en effet, le lanceur lourd avait certes envoyé une Tesla Roadster dans l'espace sur fond de Space Oddity, mais avait raté son placement sur l'orbite de Mars. Le véhicule s'était alors éloigné en direction de la ceinture d'astéroïdes située entre les orbites de Mars et Jupiter. Surtout SpaceX avait échoué dans sa tentative de récupération du corps central du premier étage.

Cette fois, avec la mise sur la bonne orbite d'Arabsat-6A et le retour des trois corps du premier étage, tout s'est donc passé de façon nominale, s'est-on félicité chez SpaceX. De plus, Elon Musk a annoncé sur Twitter que les deux éléments principaux de la coiffe avaient été récupérés dans l'océan, mais intacts, et qu'ils seraient réutilisés dès cette année dans le cadre du déploiement des premiers satellites de la constellation de télécommunication géante Starlink de SpaceX. L'attente fut donc encore fois longue pour la firme américaine - qui n'en est pas à son premier retard - mais elle a été à nouveau couronnée de succès. Falcon Heavy va donc enfin pouvoir véritablement débuter sa carrière.
Léo Barnier
Journaliste spécialisé
Industrie & Technologie, Equipements, MRO


Les articles dans la même thématique
27 MAR. 2019 Missions
La France veut aller sur la Lune avec la Chine La France veut aller sur la Lune avec la Chine
Dans l'ombre du méga-contrat d'Airbus avec le loueur aéronautique China Aviation Supplies (CAS), la visite du président chinois Xi Jinping en France a été l'occasion ... Lire la suite
26 MAR. 2019 Missions
La première sortie extravéhiculaire spatiale 100% féminine est annulée La première sortie extravéhiculaire spatiale 100% féminine est annulée
Cela aurait dû être une première dans l'histoire de la conquête spatiale, mais la NASA en a décidé autrement. La toute première sortie extravéhiculaire (mission ... Lire la suite
25 MAR. 2019 Espace
Galileo poursuit son retrait du Royaume-Uni Galileo poursuit son retrait du Royaume-Uni
Alors que les incertitudes autour du Brexit persistent, la liste des conséquences à venir pour le Royaume-Uni ne cesse de s'allonger. L'une d'entre elles est ... Lire la suite
28 FEV. 2019 Satellites
Les premiers satellites de OneWeb sont en orbite Les premiers satellites de OneWeb sont en orbite
C'est désormais une réalité, les six premiers satellites de OneWeb sont désormais dans l'espace. Ils ont été mis en orbite le 27 février. C'est un ... Lire la suite
Le CNES et ArianeGroup préparent le futur des lanceurs avec ArianeWorks Le CNES et ArianeGroup préparent le futur des lanceurs avec ArianeWorks
Partenaires de longue date, le CNES et ArianeGroup ont décidé de s'associer plus étroitement pour le développement de futurs lanceurs. Le 21 février, Jean-Yves Le ... Lire la suite
Dans la rubrique Espace, la Rédaction vous recommande
La France veut aller sur la Lune avec la Chine La première sortie extravéhiculaire spatiale 100% féminine est annulée
Galileo poursuit son retrait du Royaume-Uni Les premiers satellites de OneWeb sont en orbite
Le CNES et ArianeGroup préparent le futur des lanceurs avec ArianeWorks Un budget au-delà des espérances pour la NASA
12h06 Norwegian dépose un préavis de grève pour les 24, 25 et 26 avril à Roissy
19/04 ArianeGroup, l'ESA et HEC Paris s'allient pour étudier l'économie de l'espace
19/04 Représentativité, retraite : les pilotes inquiets alertent le gouvernement
19/04 Camair-Co : Une année 2019 en zone de turbulences
19/04 Vivez le grand frisson avec Sport-Découverte
18/04 Cinquantième rotation au-dessus des pays baltes
19 AVR. 2019
Philippe Bohn n'est plus le directeur général d'AIR SENEGAL. L'annonce a été faite ce vendredi 19 avril. Difficile pour l'instant de dire s'il s'agit d'un limogeage ou d'une démission. Le Sénégalais Ibrahima Kane, l'actuel directeur du Fonds souverain d'investissements stratégiques, est pressenti pour le remplacer. Philippe Bohn avait été nommé à la tête d'AIR SENEGAL le 10 Août 2017 en remplacement du Sénégalais Mamadou Lamine Sow.
19 AVR. 2019
Le CNES et l'ESA intègrent pour un an le programme Fab Force d'ORANGE SILICON VALLEY (OSV), filiale du groupe Orange implantée à San Francisco. Ce partenariat doit leur permettre d'accéder à l'écosystème de start-up de la Silicon Valley et de créer des échanges dans le but de développer de nouvelles approches technologiques.
19 AVR. 2019
EMBRAER annonce que son Praetor 600 a reçu sa certification par l'agence brésilienne ANAC. Le jet d'affaires de taille super-intermédiaire avait été lancé en octobre 2018 à la convention NBAA-BACE. Il a même dépassé son cahier des charges, étant capable de parcourir plus de 4 000 nm (7 450 km) et de décoller plus court que prévu, sur des pistes de 4 436 pieds (1 352 m).
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Data Analytics : la bataille entre OEM et sociétés de maintenance va s'intensifier
Entretien avec le PDG d'easyJet, Johan Lundgren
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus