Actualité aéronautique Industrie & Technologie Les gouvernances d'Airbus et d'Airbus Avions commerciaux ne font plus qu'un

Les gouvernances d'Airbus et d'Airbus Avions commerciaux ne font plus qu'un

Léo Barnier
Publié 11/04/2019 | 754 mots
Les gouvernances d'Airbus et d'Airbus Avions commerciaux ne font plus qu'un
Dominik Asam, directeur financier, et Guillaume Faury, président exécutif d'Airbus juste avant leurs nominations lors de l'assemblée générale 2019. © Airbus
La nouvelle équipe dirigeante d'Airbus est désormais connue. Au lendemain de la nomination officielle de Guillaume Faury au poste de président exécutif, le 10 avril, le groupe européen a dévoilé la composition du nouveau comité exécutif. Et comme attendu, celle-ci consacre la fusion totale de la gouvernance du groupe avec celle de la division Commercial Aircraft.

Ce nouveau « comex » unique remplace ainsi les deux entités identifiées jusque-là comme le comité exécutif du groupe et le comité exécutif opérationnel d'Airbus Commercial Aircraft - même si la composition de leurs membres se recoupait très largement. La fonction de président exécutif de la division Commercial Aircraft disparaît ainsi, pour être intégrée aux prérogatives de Guillaume Faury en tant que président exécutif d'Airbus.

Au-delà de la fusion, le nouveau comité exécutif s'appuie sur une organisation resserrée avec seulement douze membres, là où les deux anciens comités en comprenaient respectivement dix-sept et dix. La plupart d'entre eux était déjà en poste auparavant.

Comme il est de coutume, il comprend les directeurs des divisions : Bruno Even pour Airbus Helicopters, arrivé il y a tout juste un an pour remplacer Guillaume Faury parti alors chez Commercial Aircraft, et Dirk Hoke pour Airbus Defence and Space, en poste depuis trois ans.

Les autres membres représentent les différentes grandes fonctions du groupe. Le comité comprend ainsi Dominik Asam, en tant que directeur financier. Venu d'Infineon Technologies, c'est un des rares nouveaux visages. Sa sélection avait été annoncée en novembre 2018. Il remplace Harald Wilhelm, l'« équipier » de Tom Enders, qui a quitté le groupe pour rejoindre Daimler.

A ses côtés, Thierry Baril reste directeur des ressources humaines, poste qu'il occupe depuis 2012. De même, John Harrison conserve sa place de directeur juridique, quatre ans après sa nomination. En revanche, la communication change de visage avec le remplacement de Rainer Ohler par Julie Kitcher. Elle devient ainsi vice-présidente exécutive communications, mais elle disposera aussi de prérogatives étendues avec l'intégration des affaires générales à son portefeuille. Arrivée à Airbus en 2000, elle était directrice des relations investisseurs et de la communication financière depuis 2015.

Une équipe opérationnelle déjà en place

Il y a également peu de changements sur les postes plus opérationnels. La principale nouveauté est la nomination de Jean-Brice Dumont en tant que vice-président exécutif en charge de l'ingénierie. C'est une fonction qu'il occupait déjà, mais au sein de la division Commercial Aircraft.

Les autres changements avaient déjà été opérés quelques mois auparavant. Michael Schöllhorn était ainsi arrivé en février en tant que directeur des opérations. Venu du groupe d'électroménager BSH Hausgeräte, il remplaçait alors Tom Williams, parti à la retraite. De même, Philippe Mhun avait été nommé vice-président exécutif programmes & services en début d'année pour combler le départ à la retraite de Didier Evrard. C'est en revanche un ancien de la maison, avec quinze ans d'ancienneté.

Nommée en mai 2018, après le « séisme » Paul Eremenko, Grazia Vittadini conserve son poste de directrice de la technologie, après avoir occupé des fonctions similaires chez Airbus Defence and Space. Et Christian Scherer reste directeur commercial et devrait donc fêter son premier anniversaire à ce poste d'ici quelques mois. Après un intermède chez ATR, il avait remplacé Eric Schulz, démissionnaire après seulement dix mois.

Conséquence logique de ce resserrement, plusieurs fonctions sortent de la composition de ce nouveau comité exécutif, sans que l'on sache pour autant si les titulaires de ces postes sont menacés. Elles faisaient toutes parties du comité exécutif du groupe, et non de son pendant opérationnel. Il s'agit du vice-président stratégie & international (occupé par Patrick de Castelbajac), du directeur des achats (Klaus Richter), du directeur de la transformation numérique (Marc Fontaine), ainsi que du président exécutif d'Airbus America (C. Jeffrey Knittel) et de son homologue pour Airbus China (George Xu).

Guillaume Faury dispose désormais de son équipe. Reste à savoir comment il compte la diriger, notamment dans cette nouvelle configuration de gouvernance unique. Celle-ci avait été voulue par Tom Enders, afin d'éviter de se retrouver à nouveau avec un patron des avions commerciaux plus puissant que celui du groupe.
Léo Barnier
Journaliste spécialisé
Industrie & Technologie, Equipements, MRO


Les articles dans la même thématique
17 AVR. 2019 Avions d'affaires
Comac se lance dans le VVIP avec le CBJ Comac se lance dans le VVIP avec le CBJ
Comme Airbus, Boeing, Sukhoi ou Embraer avant lui, Comac s'attaque au marché de l'aviation d'affaires. Le 16 avril, lors du salon ABACE 2019 à Shanghai, ... Lire la suite
L3 et AVX présentent leur concept d'hélicoptère co-axial L3 et AVX présentent leur concept d'hélicoptère co-axial
L3 Technologies et AVX Aircraft ont levé le voile sur leur concept d'hélicoptère, proposé dans le cadre du programme FARA (Future attack reconnaissance aircraft) mené ... Lire la suite
L'incertain rêve américain de l'E175-E2 d'Embraer L'incertain rêve américain de l'E175-E2 d'Embraer
Si l'E195-E2 tient le haut de l'affiche en ce mois d'avril, le flou règne autour de l'E175-E2. Depuis le troisième trimestre 2018, le plus petit ... Lire la suite
16 AVR. 2019 Avions commerciaux
Triple certification pour l'E195-E2 d'Embraer Triple certification pour l'E195-E2 d'Embraer
La famille des E-Jets de deuxième génération signe la passe de deux. Le 15 avril, Embraer a annoncé la certification de type (TC) de l'E195-E2, ... Lire la suite
Dassault se détache de SABCA
A l'occasion de la publication de ses résultats annuels, SABCA (Société anonyme belge de constructions aéronautiques) a annoncé la volonté de Dassault Aviation Belgique (filiale à 100% du Groupe industriel Marcel Dassault) de se séparer ... Lire la suite
Dans la rubrique Industrie & Technologie, la Rédaction vous recommande
Aménagement cabine : Pourquoi Airbus a étendu son Customer Definition Centre aux A320 et A330 Les autorités éthiopiennes présentent le rapport préliminaire sur l'accident du 737 MAX
La Chine s'engage sur 300 Airbus L'Onera se renforce dans la lutte contre le givre
Heli-Expo 2019 : Airbus Helicopters passe la cinquième sur le H145 Sikorsky lance les S-92A+ et S-92B à Heli-Expo 2019
12h06 Norwegian dépose un préavis de grève pour les 24, 25 et 26 avril à Roissy
19/04 ArianeGroup, l'ESA et HEC Paris s'allient pour étudier l'économie de l'espace
19/04 Représentativité, retraite : les pilotes inquiets alertent le gouvernement
19/04 Camair-Co : Une année 2019 en zone de turbulences
19/04 Vivez le grand frisson avec Sport-Découverte
18/04 Cinquantième rotation au-dessus des pays baltes
19 AVR. 2019
Philippe Bohn n'est plus le directeur général d'AIR SENEGAL. L'annonce a été faite ce vendredi 19 avril. Difficile pour l'instant de dire s'il s'agit d'un limogeage ou d'une démission. Le Sénégalais Ibrahima Kane, l'actuel directeur du Fonds souverain d'investissements stratégiques, est pressenti pour le remplacer. Philippe Bohn avait été nommé à la tête d'AIR SENEGAL le 10 Août 2017 en remplacement du Sénégalais Mamadou Lamine Sow.
19 AVR. 2019
Le CNES et l'ESA intègrent pour un an le programme Fab Force d'ORANGE SILICON VALLEY (OSV), filiale du groupe Orange implantée à San Francisco. Ce partenariat doit leur permettre d'accéder à l'écosystème de start-up de la Silicon Valley et de créer des échanges dans le but de développer de nouvelles approches technologiques.
19 AVR. 2019
EMBRAER annonce que son Praetor 600 a reçu sa certification par l'agence brésilienne ANAC. Le jet d'affaires de taille super-intermédiaire avait été lancé en octobre 2018 à la convention NBAA-BACE. Il a même dépassé son cahier des charges, étant capable de parcourir plus de 4 000 nm (7 450 km) et de décoller plus court que prévu, sur des pistes de 4 436 pieds (1 352 m).
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Data Analytics : la bataille entre OEM et sociétés de maintenance va s'intensifier
Entretien avec le PDG d'easyJet, Johan Lundgren
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus