Actualité aéronautique Industrie & Technologie Guillaume Faury, un nouveau patron pour accompagner Airbus vers l'aéronautique du futur

Guillaume Faury, un nouveau patron pour accompagner Airbus vers l'aéronautique du futur

AFP
Publié 10/04/2019 | 743 mots

Guillaume Faury, 51 ans, succède mercredi à Tom Enders à la tête d'Airbus où il devra, au-delà du défi de la montée en cadence de la production, négocier le virage vers l'industrie aéronautique du futur grâce au numérique.

Entré à Airbus Helicoptères -à l'époque Eurocopter- en 1998, ce passionné d'aviation a effectué une incursion dans le secteur de l'automobile de 2009 à 2013 comme vice-président exécutif de la recherche et développement du constructeur français Peugeot.

Il est ensuite revenu au sein d'Airbus Helicopters, qu'il a dirigé jusqu'en 2018 en assumant le poste de président au pire moment, peu de temps avant que le secteur offshore, principal client des voilures tournantes, ne plonge dans une crise structurelle liée à la chute des prix du pétrole.

Il est parvenu à limiter les dégâts, grâce à une stratégie d'innovation et un rééquilibrage autour des services, et a mis en place une réorganisation de la production afin de réduire les coûts et les délais de fabrication.

En février 2018, il est nommé président d'Airbus aviation commerciale et succède à Fabrice Brégier, emporté par la crise de gouvernance qui a secoué le groupe fin 2017, sur fond d'investigations du Parquet national financier (PNF) en France et du Serious fraud office (SFO) en Grande-Bretagne pour des irrégularités sur des transactions, des faits que le groupe avait lui-même dénoncés en 2016.

M. Faury, désigné comme successeur du président exécutif du groupe Tom Enders le 8 octobre, n'a pas été aux commandes entre 2008 et 2013, soit les périodes visées par les enquêtes en cours.

- "Simplicité efficace et sans fioritures" -

"Courtois et accessible", avec un côté "ascète", il agit dans la "simplicité efficace et sans fioritures", selon des cadres du groupe, interrogés par l'AFP et s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

Le nouveau patron du géant de l'aéronautique a en interne la réputation d'être un "vrai spécialiste de l'aéronautique qui sait ce que c'est qu'une machine volante", selon un de ces cadres.

Depuis sa prise de fonction comme patron de la division aviation commerciale il y a 14 mois, il a examiné le fonctionnement d'Airbus "dans ses moindres détails" en faisant "un scanner très méthodique de l'entreprise et de ses équipes", commente un autre salarié.

Désormais, pour diriger un géant de l'aéronautique, présent dans les domaines du spatial et de l'aviation civile et militaire et qui emploie quelque 129.000 personnes dans le monde, "il va devoir changer de dimension", ajoute-t-il.

Après la montée en cadence sur ses programmes phares, le moyen-courrier A320 et le dernier né de ses gros porteurs, l'A350, l'un des grands chantiers d'Airbus est la modernisation de son outil industriel avec l'arrivée de nouvelles technologies liées au numérique.

En parallèle, le constructeur continue à se concentrer sur l'amélioration des performances environnementales de ses avions.

A moyen terme, il travaille aussi sur des projets de mobilité urbaine comme l'hélicoptère sans pilote CityAirbus, développé par Airbus Helicopters sous la houlette de M. Faury.

A très court terme, "il va devoir réagir à l'impact de possibles et réelles retombées sur la compétitivité d'Airbus" en cas de sortie du Royaume uni de l'Union européenne sans accord, estime Howard Wheeldon, un expert britannique en aéronautique.

Airbus emploie plus de 14 000 personnes au Royaume-Uni où il fabrique les ailes de ses avions. Fin janvier M. Enders a averti les autorités britanniques de décisions "très douloureuses" en cas de Brexit sans accord.

Marié et père de trois enfants, M. Faury est un grand sportif adepte du triathlon et amateur de vin de Bourgogne.

Diplômé de l'École polytechnique de Paris en 1990 puis de l'École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace de Toulouse, il a débuté sa carrière aéronautique auprès de la Direction générale de l'armement (DGA) où il supervisait les essais en vol de l'hélicoptère de combat Tigre.

Les articles dans la même thématique
IL Y A 22 HEURES Avions d'affaires
Comac se lance dans le VVIP avec le CBJ Comac se lance dans le VVIP avec le CBJ
Comme Airbus, Boeing, Sukhoi ou Embraer avant lui, Comac s'attaque au marché de l'aviation d'affaires. Le 16 avril, lors du salon ABACE 2019 à Shanghai, ... Lire la suite
L3 et AVX présentent leur concept d'hélicoptère co-axial L3 et AVX présentent leur concept d'hélicoptère co-axial
L3 Technologies et AVX Aircraft ont levé le voile sur leur concept d'hélicoptère, proposé dans le cadre du programme FARA (Future attack reconnaissance aircraft) mené ... Lire la suite
L'incertain rêve américain de l'E175-E2 d'Embraer L'incertain rêve américain de l'E175-E2 d'Embraer
Si l'E195-E2 tient le haut de l'affiche en ce mois d'avril, le flou règne autour de l'E175-E2. Depuis le troisième trimestre 2018, le plus petit ... Lire la suite
16 AVR. 2019 Avions commerciaux
Triple certification pour l'E195-E2 d'Embraer Triple certification pour l'E195-E2 d'Embraer
La famille des E-Jets de deuxième génération signe la passe de deux. Le 15 avril, Embraer a annoncé la certification de type (TC) de l'E195-E2, ... Lire la suite
Dassault se détache de SABCA
A l'occasion de la publication de ses résultats annuels, SABCA (Société anonyme belge de constructions aéronautiques) a annoncé la volonté de Dassault Aviation Belgique (filiale à 100% du Groupe industriel Marcel Dassault) de se séparer ... Lire la suite
Dans la rubrique Industrie & Technologie, la Rédaction vous recommande
Aménagement cabine : Pourquoi Airbus a étendu son Customer Definition Centre aux A320 et A330 Les autorités éthiopiennes présentent le rapport préliminaire sur l'accident du 737 MAX
La Chine s'engage sur 300 Airbus L'Onera se renforce dans la lutte contre le givre
Heli-Expo 2019 : Airbus Helicopters passe la cinquième sur le H145 Sikorsky lance les S-92A+ et S-92B à Heli-Expo 2019
16h15 Cinquantième rotation au-dessus des pays baltes
16h00 Entretien avec Johan Lundgren, PDG d'easyJet
15h23 Une « bonne année » 2018 pour l'industrie aéronautique française, prudente face à la concurrence
15h10 Rencontre franco-allemande pour les deux armées de l'air
12h57 La plateforme Skywise d'Airbus s'étend désormais à l'amélioration opérationnelle des flottes
11h53 Deux ans après, la privatisation de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry est devenue un succès unanimement reconnu
IL Y A 22 HEURES
La ligne d'assemblage final H135 inaugurée par AIRBUS HELICOPTERS à Quingdao, en Chine, est prête à débuter ses opérations. Le premier roll-out d'un appareil est attendu au second semestre 2019. Les capacités de départ sont affichées à 18 hélicoptères par an, avec la possibilité d'augmenter par la suite. L'implantation d'une FAL en Chine fait suite à la signature d'un contrat en 2016 prévoyant l'achat de 100 H135 pour le marché chinois.
17 AVR. 2019
JET AIRWAYS a annoncé la suspension de toutes ses opérations à partir du 17 avril. La compagnie n'a pas réussi à obtenir un financement d'urgence lui permettant de payer son carburant et les services critiques à ses opérations. Son avenir dépend désormais de la réussite d'un appel d'offres dont l'issue sera connue le 10 mai.
17 AVR. 2019
Le loueur irlandais FLY LEASING annonce avoir finalisé la vente de 12 monocouloirs pour un montant de l'ordre de 295 millions de dollars. Ces transactions comprenaient des A320 et des 737 affichant une moyenne d'âge de 10 ans.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Data Analytics : la bataille entre OEM et sociétés de maintenance va s'intensifier
Entretien avec Johan Lundgren, PDG d'easyJet
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus