Se connecter     Rechercher un article     Newsletter     Alertavia      JE M'ABONNE
Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
Actualité aéronautique Industrie & Technologie Le lourd héritage de Tom Enders à la tête d'Airbus
L'édito

Le lourd héritage de Tom Enders à la tête d'Airbus

La rédaction
09 AVR. 2019 | 480 mots
Le lourd héritage de Tom Enders à la tête d'Airbus
© Airbus / H. Goussé
Plus qu'une simple succession entre deux dirigeants, l'assemblée générale annuelle du 10 avril d'Airbus va marquer la fin d'une ère. Celle de Tom Enders, dernier des historiques d'EADS. Lorsque son successeur désigné, Guillaume Faury, prendra les rênes du groupe, il devra assumer l'héritage complexe et contrasté des sept ans de règne de celui qui restera comme « Major Tom ».

Président exécutif depuis 2012, Tom Enders laisse un groupe solide avec un chiffre d'affaires de 64 milliards d'euros et une marge opérationnelle enfin proche des 10%. Il aura su bénéficier des perspectives de croissance du transport aérien - et de l'efficacité légendaire de John Leahy - pour s'assurer un carnet de commandes Avions commerciaux plein. Un succès qui va de pair avec le lancement commercial et industriel de la famille A320neo (6 500 commandes et 730 livraisons).

Le principal fait d'armes du Major Tom restera sans aucun doute la transformation du groupe, désormais intégré et autonome. Sous son commandement, EADS installe son siège à Toulouse et devient Airbus Group en 2014, puis Airbus en 2017 lors de sa fusion avec la filiale Avions commerciaux. De même, il profite de l'échec de la fusion avec BAE Systems en 2012 pour exclure les États de la direction stratégique du groupe.

Tout ne s'est pas fait sans heurts, avec l'affirmation d'un pouvoir personnel qui a conduit à une guerre des chefs avec Fabrice Brégier. Si le patron des Avions Commerciaux est parti dès février 2018, cette victoire à la Pyrrhus aura précipité le propre départ d'Enders. On peut aussi noter l'éviction de Marwan Lahoud, au nom de la « compliance » au sein du groupe, et bien d'autres encore.

Ce ne sont pas les seuls accrocs de son bilan. Il a dû faire face à l'échec commercial de l'A380 - dont il a décidé l'arrêt quelques mois avant son départ - et aux problèmes industriels de l'A400M, qui ne sont toujours pas résolus. Le programme d'avion de transport tactique représente un gouffre financier qui aurait atteint les 31 milliards d'euros, soit plus de 50% d'augmentation par rapport aux prévisions initiales. Enfin, Enders aura permis à Airbus d'entrer véritablement dans l'ère de la numérisation, mais vraisemblablement au prix d'une trop grande ouverture des portes du groupe aux Américains.

Guillaume Faury va donc devoir établir un nouvel organigramme et son propre mode de gouvernance, jusqu'ici largement organisés autour de Tom Enders. Il devra aussi affronter la fin de l'A380, les difficultés de l'A400M ou encore les retombées des enquêtes anti-corruption, tout en assurant le succès de l'A350 et la suite de l'A320neo dans un contexte qui pourrait s'avérer bien moins favorable au cours des prochaines années.
Les articles dans la même thématique
Airbus enregistre 69 avions livrés et 33 commandes pour le mois de juillet
Le groupe aéronautique européen Airbus a livré en juillet 69 avions et a enregistré 33 commandes, a-t-il annoncé jeudi.Cela porte à 458 le nombre d'avions réceptionnés par les clients sur les sept premiers mois ... Lire la suite
05 AOUT 2019 Avions commerciaux
Début de production pour l'A220 à Mobile Début de production pour l'A220 à Mobile
Conformément au calendrier annoncé, Airbus a débuté la production de l'A220 sur son site américain de Mobile. « La première équipe de production de l'A220 ... Lire la suite
31 JUIL. 2019 Industrie & Technologie
Airbus affiche une solide santé financière
L'avionneur européen Airbus a affiché mercredi un bénéfice net plus que doublé au premier semestre au moment où son rival Boeing traverse la pire crise de son histoire avec l'immobilisation de son 737MAX."La performance ... Lire la suite
10 JUIL. 2019 Avions commerciaux
Les livraisons de Boeing chutent au premier semestre, Airbus en profite Les livraisons de Boeing chutent au premier semestre, Airbus en profite
Boeing a accusé un effondrement de ses livraisons d'avions au premier semestre, conséquence de la crise de son appareil vedette 737 MAX, cloué au ... Lire la suite
IL Y A 11 HEURES
ExoMars 2020 a des yeux mais toujours pas de parachutes
IL Y A 12 HEURES
Ayant identifié une défaillance sur le GP7200, Engine Alliance s'apprête à recommander une nouvelle inspection de la flotte
IL Y A 13 HEURES
Royaume-Uni : des pilotes de Ryanair appellent à la grève mais le programme des vols est maintenu
IL Y A 16 HEURES
Le bénéfice annuel de Qantas en baisse en raison des coûts de carburant
IL Y A 16 HEURES
Le bénéfice annuel d'Air New Zealand dans un trou d'air
D'Apollo à Artemis, cinquante ans au moins les séparent
Général Olivier Taprest, major général de l'armée de l'air : « Le vrai enjeu, c'est d'être au rendez-vous des opérations »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus