Toute l'actualité aéronautique  |  En bref  |  Industrie  |  Transport aérien  |  Défense  |  MRO  |  Espace  |  Passion  |  Afrique  |  Interviews  |  Agenda  |  Emploi    EN
 
Actualité aéronautique Industrie & Technologie Le lourd héritage de Tom Enders à la tête d'Airbus
L'édito

Le lourd héritage de Tom Enders à la tête d'Airbus

La rédaction
09 AVR. 2019 | 480 mots
Le lourd héritage de Tom Enders à la tête d'Airbus
© Airbus / H. Goussé
Plus qu'une simple succession entre deux dirigeants, l'assemblée générale annuelle du 10 avril d'Airbus va marquer la fin d'une ère. Celle de Tom Enders, dernier des historiques d'EADS. Lorsque son successeur désigné, Guillaume Faury, prendra les rênes du groupe, il devra assumer l'héritage complexe et contrasté des sept ans de règne de celui qui restera comme « Major Tom ».

Président exécutif depuis 2012, Tom Enders laisse un groupe solide avec un chiffre d'affaires de 64 milliards d'euros et une marge opérationnelle enfin proche des 10%. Il aura su bénéficier des perspectives de croissance du transport aérien - et de l'efficacité légendaire de John Leahy - pour s'assurer un carnet de commandes Avions commerciaux plein. Un succès qui va de pair avec le lancement commercial et industriel de la famille A320neo (6 500 commandes et 730 livraisons).

Le principal fait d'armes du Major Tom restera sans aucun doute la transformation du groupe, désormais intégré et autonome. Sous son commandement, EADS installe son siège à Toulouse et devient Airbus Group en 2014, puis Airbus en 2017 lors de sa fusion avec la filiale Avions commerciaux. De même, il profite de l'échec de la fusion avec BAE Systems en 2012 pour exclure les États de la direction stratégique du groupe.

Tout ne s'est pas fait sans heurts, avec l'affirmation d'un pouvoir personnel qui a conduit à une guerre des chefs avec Fabrice Brégier. Si le patron des Avions Commerciaux est parti dès février 2018, cette victoire à la Pyrrhus aura précipité le propre départ d'Enders. On peut aussi noter l'éviction de Marwan Lahoud, au nom de la « compliance » au sein du groupe, et bien d'autres encore.

Ce ne sont pas les seuls accrocs de son bilan. Il a dû faire face à l'échec commercial de l'A380 - dont il a décidé l'arrêt quelques mois avant son départ - et aux problèmes industriels de l'A400M, qui ne sont toujours pas résolus. Le programme d'avion de transport tactique représente un gouffre financier qui aurait atteint les 31 milliards d'euros, soit plus de 50% d'augmentation par rapport aux prévisions initiales. Enfin, Enders aura permis à Airbus d'entrer véritablement dans l'ère de la numérisation, mais vraisemblablement au prix d'une trop grande ouverture des portes du groupe aux Américains.

Guillaume Faury va donc devoir établir un nouvel organigramme et son propre mode de gouvernance, jusqu'ici largement organisés autour de Tom Enders. Il devra aussi affronter la fin de l'A380, les difficultés de l'A400M ou encore les retombées des enquêtes anti-corruption, tout en assurant le succès de l'A350 et la suite de l'A320neo dans un contexte qui pourrait s'avérer bien moins favorable au cours des prochaines années.
Les articles dans la même thématique
IL Y A 16 HEURES MRO & Support
MRO Europe 2019 : Airbus et Delta lancent une alliance basée sur la plateforme digitale Skywise MRO Europe 2019 : Airbus et Delta lancent une alliance basée sur la plateforme digitale Skywise
Airbus et la compagnie américaine Delta Air Lines ont décidé de former une alliance dans le numérique, pour développer de nouveaux services de maintenance prédictive ... Lire la suite
IL Y A 20 HEURES Sécurité aérienne
Swiss cloue sa flotte d'Airbus A220 au sol Swiss cloue sa flotte d'Airbus A220 au sol
C'était l'incident de trop. Le 15 octobre, un vol de Swiss devant relier Londres à Genève a connu un problème moteur « sérieux » sur ... Lire la suite
Airbus-Boeing : Feu vert de l'OMC pour des sanctions américaines contre l'UE
L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a donné lundi son autorisation définitive à Washington pour imposer des sanctions douanières contre l'Union Européenne, en représailles aux subventions accordées à l'avionneur européen Airbus. Début octobre, l'OMC avait autorisé l'imposition ... Lire la suite
Boeing/Airbus: "Fort à parier" que les USA s'engagent dans des sanctions (ministre français)
Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire a estimé mardi qu'"il y a fort à parier que les Etats-Unis s'engagent dans une politique de sanctions" au lieu de chercher une solution amiable au ... Lire la suite
IL Y A 9 HEURES
Finalement, SpaceX ne veut pas 12.000 mais 42.000 satellites dans sa constellation
IL Y A 9 HEURES
La NASA présente ses nouvelles combinaisons pour aller sur la Lune
IL Y A 11 HEURES
MRO Europe 2019 : Liebherr-Aerospace au soutien du GMA d'ATR
IL Y A 16 HEURES
MRO Europe 2019 : Collins Aerospace signe un contrat majeur avec Lufthansa Technik sur les atterrisseurs des Airbus A380
IL Y A 16 HEURES
MRO Europe 2019 : Airbus et Delta lancent une alliance basée sur la plateforme digitale Skywise
MRO Europe 2019 : Business as usual?
« La crise du MAX montre une chose : les fondamentaux d'Air Canada sont sains », Jean-François Raudin
 
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus