Actualité aéronautique Transport aérien Nouveau feu vert de l'Assemblée dans la douleur à la privatisation d'Aéroports de Paris

Nouveau feu vert de l'Assemblée dans la douleur à la privatisation d'Aéroports de Paris

AFP
Publié 15/03/2019 | 762 mots

Après environ neuf heures de débats acharnés, l'Assemblée nationale a donné jeudi un nouveau feu vert à la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP), voulue par le gouvernement mais vivement contestée par les oppositions.

Interventions en chaîne, rappels au règlement et suspensions de séance: les députés ont finalement adopté par 42 voix contre 17 en nouvelle lecture l'article 49 du projet de loi Pacte qui prévoit de supprimer l'obligation pour l'État de détenir la majorité du capital d'ADP (actuellement 50,63%, pour un montant évalué à 9,5 milliards d'euros). Une élue LREM, Pascale Boyer, s'est abstenue.

Depuis la première lecture du projet de loi en octobre, cette privatisation est devenue, après son rejet au Sénat, la principale pomme de discorde.

Les oppositions de droite comme de gauche - hormis les députés Agir - ont réitéré leurs critiques sur "une mauvaise affaire", "une faute économique, stratégique et historique", une "erreur irréparable", synonyme d'un "abandon de souveraineté nationale".

Des députés PS, PCF et LFI ont annoncé qu'ils saisiraient le Conseil constitutionnel, considérant que cela revient à privatiser "un monopole de fait", ce que prohibe le préambule de la Constitution de 1946.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a lui défendu son projet de concession durant 70 ans comme "la meilleure façon de garantir le développement de ce fleuron" qu'est ADP (chiffre d'affaires de près de 4,5 milliards d'euros en 2018).

L'opération doit aider au "désendettement" de la France et financer un fonds pour l'innovation, qui bénéficiera de "250 millions d'euros de revenus garantis" par an, a rappelé le ministre.

Communistes et Insoumis ont demandé s'il s'agissait d'un "cadeau à Vinci"", en contrepartie à l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes dont le groupe devait être le concessionnaire. Robin Reda (LR) a aussi évoqué "un capitalisme de connivence".

- "Aucun privilège" -

Mais, a assuré le ministre, la procédure de cession sera "transparente", "il n'y aura pas de gré à gré" et Vinci "ne bénéficiera évidemment d'aucun privilège".

"Toutes les options de cession" restent sur la table, "avec ou sans le maintien d'une participation de l'Etat", a-t-il aussi affirmé, alors que le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux avait indiqué mardi que l'Etat conserverait "à peu près 20%" du capital d'ADP.

Nicolas Dupont-Aignan (Essonne) a lui trouvé "malsain" qu'un ex-conseiller d'Emmanuel Macron, Bernard Mourad, soit à la tête de la filiale française de Bank of America, banque-conseil de l'Etat pour cette opération. Mais M. Mourad est arrivé un an après le choix de cette banque, selon M. Le Maire, qui a accusé le président de Debout la France d'"abîmer l'esprit public" par sa "théorie du complot".

Face à la levée de boucliers contre son projet, le ministre a donné des gages pour les riverains notamment.

Des amendements LREM ont prévu des mesures de protection: plafond dans les créneaux horaires de vols et couvre-feu à Orly, fonds d'indemnisation accru pour les travaux d'isolation à Roissy.

Le cahier des charges qui sera imposé au concessionnaire, et sera révisé tous les dix ans suite à un amendement MoDem, a fait débat. Des députés ont réclamé une suspension des travaux pour consulter le document, mis à leur disposition dans une salle annexe, mesure jugée "dilatoire" par le ministre.

Les députés ont aussi adopté un amendement prévoyant "un processus concurrentiel" si la cession des parts d'ADP n'est pas réalisée intégralement sur les marchés financiers, M. Le Maire s'y montrant "très favorable".

Dans la foulée, les députés ont à nouveau approuvé la privatisation de la Française des Jeux (FDJ), également contestée, le ministre indiquant qu'une introduction en bourse est "la formule privilégiée".

Ils ont ensuite donné à nouveau leur aval à l'évolution du capital d'Engie (ex-GDF Suez), jugée "dangereuse" à gauche. La disposition, qui autorise l'Etat à descendre sous le tiers des parts, avait été approuvée par le Sénat, contrairement à celles sur ADP et la FDJ.

Le projet de loi fera l'objet d'un vote d'ensemble à l'issue de son examen, potentiellement dans la nuit de vendredi à samedi, avant de retourner au Sénat.

Les articles dans la même thématique
Congo Airways vise une trentaine de destinations d'ici 2021 Congo Airways vise une trentaine de destinations d'ici 2021
Congo Airways a été créée en août 2014 alors que la République Démocratique du Congo, deuxième pays en Afrique par sa taille et quatrième par ... Lire la suite
Air Canada veut mettre la main sur Transat Air Canada veut mettre la main sur Transat
C'est un grand mouvement de consolidation qui s'amorce dans le ciel canadien. Air Canada et le groupe Transat sont entrés dans une période de négociations ... Lire la suite
La connectivité progresse sur la flotte d'A320 d'Air France La connectivité progresse sur la flotte d'A320 d'Air France
Après plusieurs années passées à faire des tests et à attendre que la technologie soit mature, Air France est résolument engagée dans son programme d'installation ... Lire la suite
Les compagnies traditionnelles en Inde peuvent-elles être sauvées ? Les compagnies traditionnelles en Inde peuvent-elles être sauvées ?
Le transport aérien full-service en Inde est un secteur sinistré. Ses deux principaux acteurs, Air India et Jet Airways, cumulent neuf milliards de dollars de ... Lire la suite
Wijet redémarre avec le HondaJet et un nouveau modèle Wijet redémarre avec le HondaJet et un nouveau modèle
Passé à deux doigts du dépôt de bilan l'an dernier, après une fusion peu judicieuse avec la compagnie britannique Blink, Wijet renaît peu à peu. ... Lire la suite
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
L'IATA veut pousser la France à adopter une stratégie nationale pour le transport aérien Icelandair envisage l'acquisition d'Airbus A321neo
Les enregistreurs de vol du Superjet d'Aeroflot ont été récupérés Camair-Co : Une année 2019 en zone de turbulences
Jet Airways a un pied dans la tombe et suspend ses opérations Air Caraïbes et Frenchbee pas satisfaites de leurs résultats
19/05 Boeing reconnaît des défauts dans les simulateurs de vol du 737 MAX
18/05 La FAA appelle les compagnies aériennes survolant le Golfe à la prudence
18/05 Washington approuve de nouvelles ventes de missiles à Séoul et Tokyo
17/05 Congo Airways vise une trentaine de destinations d'ici 2021
17/05 SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet
17/05 EasyJet quadruple ses pertes et reste prudente face au Brexit
17 MAI 2019
La Direction des missions de technologie spatiale (STMD) de la NASA a sélectionné 142 projets proposés par 129 petites entreprises américaines dans le cadre du programme Small Business Innovation Research (SBIR). Ils se verront accorder des contrats de développement technologique pour une durée de 24 mois et 750 000 dollars chacun, pour un montant total de 106 millions de dollars.
17 MAI 2019
LOCKHEED MARTIN, en charge de la conception et de la construction de la coque de protection du module de descente de la mission MARS 2020 de la NASA, vient de finir les essais statiques de la structure du bouclier thermique. Le départ est prévu à l'été 2020, sur un lanceur Atlas V (541), depuis la base de Cap Canaveral, pour une arrivée sur Mars en 2021.
17 MAI 2019
La société rennaise SYRLINKS a implanté une équipe sur le site de la technopole de Labège, près de Toulouse, afin de se rapprocher des donneurs d'ordres de l'industrie spatiale et de renforcer ses activités de fourniture d'équipements de radiocommunication embarqués sur des plateformes satellites de petite et moyenne tailles. Sa direction est confiée à l'ingénieure Élise Ratajczyk, déjà en charge du secteur spatial. L'équipe a débuté le travail le 2 mai et devrait rapidement compter une dizaine de personnes.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

L'Airbus A321XLR en approche finale
Pour la division Military Aircraft d'Airbus Defence and Space, « la première des priorités, c'est de consolider l'activité »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus