Actualité aéronautique Espace La Nasa et l'ESA se préparent à l'attaque de Didymos

La Nasa et l'ESA se préparent à l'attaque de Didymos

Léo Barnier
Publié 09/01/2019 | 712 mots
La Nasa et l'ESA se préparent à l'attaque de Didymos
Hera, APEX et Juventas observeront les conséquences de l'impact de Dart sur Didymoon. © ESA / ScienceOffice.org
Objets potentiellement dangereux, géocroiseurs, impacteur cinétique, etc. Ce vocabulaire n'est pas celui d'un film de science-fiction, mais des missions Dart de la NASA et Hera de l'ESA qui constituent le projet Aida (Asteroid impact & deflection assessment). La première consiste à faire entrer une sonde (l'impacteur cinétique) en collision avec « Didymoon », la lune astéroïdale de Didymos, un astéroïde géocroiseur considéré comme potentiellement dangereux, afin de la faire dévier de sa trajectoire. La seconde doit assurer l'observation de cet impact et de ses conséquences. Et les contours de la mission européenne tendent à se préciser avec la sélection de deux CubeSat, le 7 janvier, pour aider Hera dans son observation. Celle-ci doit néanmoins être confirmée par le conseil ministériel de l'ESA à la fin de l'année.

Dévier un astéroïde

Entre décembre 2020 et mai 2021, la NASA prévoit donc d'envoyer la sonde Dart (Double Asteroid Redirection Test) sur le système astéroïdale binaire (65803) Didymos, dont la taille est représentative des objets qui menacent potentiellement la Terre. Celui-ci est composé d'un astéroïde principal éponyme de 780 m de diamètre et d'une lune astéroïdale en orbite autour de lui, surnommée officieusement Didymoon (S/2003 (65803) 1). C'est cette lune de 160 m de diamètre qui sera spécifiquement visée.

Dart, qui mesure 12,5 m sur 2,4 m (panneaux solaires déployés), entrera donc en collision avec Didymoon à la vitesse de 6 km/s. Cela devrait entraîner un allongement d'environ 1 % de la durée de son orbite autour de Didymos, dans le but de modifier leur trajectoire. L'impact est prévu le 7 octobre 2022, à environ onze millions de kilomètres de la Terre. Ce sera la première fois qu'un objet stellaire est dérouté par l'Homme de façon mesurable.

Hera sera lancée de son côté en novembre 2023, afin d'atteindre Didymos en décembre 2026. Ce délai relativement important doit permettre de mesurer l'inflexion de la trajectoire par rapport à celle initiale. Une fois positionnée, la sonde européenne s'attachera à réaliser une cartographie visuelle, laser et radiographique de la surface et de la structure interne de Didymoon, ainsi qu'à calculer sa masse. Elle caractérisera également le cratère provoqué par l'impact de Dart, afin de valider les modèles numériques. Autant d'opérations qui ne sont pas réalisables depuis la Terre.


Profil de la mission Dart © NASA

Equipe d'observation

Hera sera donc aidée dans sa mission par deux CubeSat 6U (chacun composé de six unités de 10 x 10 cm), qui viennent tout juste d'être sélectionnés. Emportés à bord de la sonde, ils seront relâchés à proximité du système Didymos pour l'observer. Ils seront alors interconnectés avec Hera, ce qui constituera une première dans l'espace lointain.

Le premier CubeSat est APEX (Asteroid Prospection Explorer), développé par un consortium suédois, finlandais, tchèque et allemand, qui réalisera une étude spectrale détaillée de la surface des deux astéroïdes. Selon l'ESA, « il mesurera la lumière solaire réfléchie par Didymos et en décomposera ses différentes couleurs pour découvrir comment ces astéroïdes ont interagi avec l'environnement spatial, en identifiant toute différence de composition entre les deux. » Il effectuera aussi des relevés magnétiques qui donneront un aperçu de leur structure intérieure, avant de se poser sur l'un d'entre eux à l'aide d'une caméra de navigation et d'un lidar.

Juventas, le second CubeSat, a été conçu par la société danoise GomSpace et la filiale roumaine du groupe espagnol GMV. Il se concentrera sur Didymoon afin d'en mesurer le champ gravitationnel et effectuera des relevés radar à basse fréquence pour étudier de la structure interne de la lune astéroïdale avant de s'y poser.

Cette double mission doit ainsi permettre la mise au point d'un système de défense maîtrisé et répétable contre les objets potentiellement dangereux pour notre planète.
Léo Barnier
Journaliste spécialisé
Industrie & Technologie, Equipements, MRO


Les articles dans la même thématique
Airbus rafle la mise avec le Blackjack de la Darpa Airbus rafle la mise avec le Blackjack de la Darpa
Alors que le marché des petits satellites s'apprête à connaître une croissance sans précédent, Airbus Defence & Space se place sur ce secteur. Le groupe ... Lire la suite
03 JAN. 2019 Missions
La Chine se pose sur la face cachée de la Lune avec Chang'e-4 La Chine se pose sur la face cachée de la Lune avec Chang'e-4
Les ambitions spatiales de la Chine, notamment en direction de la Lune, ne sont un secret pour personne. Cela ne l'a pas empêchée de frapper ... Lire la suite
21 DEC. 2018 Défense & Sécurité Satellites
De l'espace au désert, itinéraire d'une image satellitaire De l'espace au désert, itinéraire d'une image satellitaire
« Aujourd'hui, plus que jamais, notre défense passe par l'espace », a déclaré la ministre des Armées Florence Parly le 19 décembre, suite au lancement ... Lire la suite
20 DEC. 2018 Défense & Sécurité Satellites
Pour assurer la continuité de la reconnaissance optique dans l'espace, « il est déjà temps de commencer la réflexion sur l'après-CSO » Pour assurer la continuité de la reconnaissance optique dans l'espace, « il est déjà temps de commencer la réflexion sur l'après-CSO »
Lancé le 19 décembre, le satellite CSO-1 signe le début du renouvellement des capacités militaires spatiales. La constellation CSO sera complète en 2021, après le ... Lire la suite
20 DEC. 2018 Politiques de défense Satellites
CSO-1 sera « résolument ouvert aux partenaires européens » CSO-1 sera « résolument ouvert aux partenaires européens »
A 18h37 heure de Paris, le 19 décembre, le renseignement militaire a franchi une nouvelle étape. « Arianespace est ravi de confirmer la séparation du ... Lire la suite
Dans la rubrique Espace, la Rédaction vous recommande
De l'espace au désert, itinéraire d'une image satellitaire CSO-1 sera « résolument ouvert aux partenaires européens »
Trois astronautes de l'ISS de retour sur Terre après une mission marquée par des incidents L'observation spatiale nouvelle génération parée au lancement
André-Hubert Roussel succède à Alain Charmeau à la tête d'ArianeGroup Les « six minutes et demi de terreur » de l'atterrissage d'InSight sur Mars
11h24 Airbus Helicopters enregistre une forte hausse de ses ventes malgré un environnement toujours difficile
11h01 Crash du Twin Otter d'Air Moorea de 2007 : plusieurs dirigeants de la compagnie condamnés
10h35 L'astronaute Thomas Pesquet doit revoler "très bientôt"
22/01 L'aéroport de Toulouse-Blagnac en route pour franchir les 10 millions de passagers
22/01 Un Tu-22M s'écrase à l'atterrissage
22/01 Longévité
IL Y A 2 HEURES
TDM AEROSPACE remporte un contrat avec BOEING pour la fourniture de tubes et canalisations pour le programme 787. Ce contrat à long terme prévoit l'implantation d'un nouveau centre de production au Midparc de Nouaceur (Casablanca). Il s'agit de la toute première entreprise marocaine à monter en rang 1 chez un avionneur.
IL Y A 2 HEURES
CASIL Europe souhaiterait revendre sa participation dans l'aéroport de TOULOUSE BLAGNAC, selon les informations de La Dépêche. La décision aurait été prise à cause de la décision de l'Etat français de conserver ses 10,01% de participation, empêchant le consortium chinois de prendre une participation majoritaire (il détient 49,9%). Les deux parties sont en froid en raison de la politique de redistribution des dividendes adoptée par CASIL.
IL Y A 3 HEURES
North Luzon Airport Consortium (NLAC) a signé un accord de concession avec la BCDA (Bases Conversion and Development Authority) de Philippines pour la gestion de l'aéroport Diosdado Macapagal (CLARK), l'un des principaux aéroports internationaux du pays. La période de concession s'étend sur 25 ans.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Longévité
Patrick Daher : « L'accélération de la maturité industrielle de nos équipementiers est indispensable »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus