Actualité aéronautique Espace Une sonde de la Nasa s'apprête à un survol historique le jour de l'An

Une sonde de la Nasa s'apprête à un survol historique le jour de l'An

AFP
Publié 24/12/2018 | 863 mots

Une sonde de la Nasa doit réaliser un survol historique en début d'année: celui de l'objet céleste le plus éloigné jamais étudié, une relique glacée des débuts du système solaire appelée Ultima Thule.

A environ 6,4 milliards de kilomètres de nous, la sonde New Horizons doit passer en trombe au-dessus de cet objet spatial à 5H33 GMT le 1er janvier, à seulement 3.500 kilomètres de sa surface. Soit trois fois plus près que la distance à laquelle elle avait approché Pluton en 2015.

Mais quel est donc cet étrange objet céleste, nommé d'après une île lointaine de la littérature médiévale, et dont le survol aura son hymne, composé pour l'occasion par le guitariste de Queen, Brian May, qui est aussi titulaire d'un doctorat en astrophysique.

"C'est réellement l'objet le plus primitif jamais rencontré par un engin spatial", relève Hal Weaver, du laboratoire de physique appliquée à l'université Johns Hopkins.

Les scientifiques ne sont pas sûrs de sa taille, l'estimant environ 100 fois plus petit que la planète naine Pluton dont le diamètre est proche de 2.400 km.

Et Ultima Thule évolue dans une zone aux températures négatives, ce qui laisse penser qu'il est bien préservé.

"C'est vraiment un vestige de la formation du système solaire", s'émerveille M. Weaver.

- "Grenier" du système solaire -

Ultima Thule se trouve dans la ceinture de Kuiper, un vaste disque cosmique reliquat de l'époque de la formation des planètes que les astronomes appellent parfois le "grenier" du système solaire.

Découverte seulement dans les années 1990, cette ceinture se trouve à quelque 4,8 milliards de kilomètres du Soleil, au-delà de l'orbite de Neptune, la planète qui en est la plus éloignée.

Elle "grouille littéralement de milliards de comètes, de millions d'objets comme Ultima Thule --qui sont appelés planétésimaux, corps célestes à partir desquels les planètes se sont formées-- et une poignée de planètes naines de la taille d'un continent, comme Pluton", explique Alan Stern, l'un des responsables de New Horizons.

"C'est important pour nous dans la science des planètes car cette région du système solaire, si loin du Soleil, conserve les conditions originelles d'il y a 4,5 milliards d'années", ajoute-t-il. "Donc lorsque nous survolerons Ultima, nous serons capables de voir comment les choses étaient au tout début."

La sonde New Horizons, lancée par la Nasa en 2006, parcourt l'univers à 51.500 kilomètres par heure. A cette allure, si elle heurtait un débris aussi petit qu'un grain de riz, elle pourrait être détruite instantanément.

Pendant son survol d'Ultima Thule, si elle s'en sort indemne, elle va prendre des centaines de photos qui devraient permettre d'en révéler la forme et la géologie pour la première fois.

New Horizons avait envoyé des images époustouflantes de Pluton en 2015 --dont certaines révélant une forme de coeur qui n'avait encore jamais été vue à sa surface.

- Navigation précise -

Cette fois, "nous allons essayer de prendre des images à une résolution trois fois supérieure à celle que nous avions pour Pluton", dit M. Stern.

Mais, selon lui, le survol "requiert une navigation extrêmement précise. Bien plus précise que celle que nous avons expérimentée auparavant".

C'est le télescope spatial Hubble qui a découvert Ultima Thule en 2014. Les scientifiques ont réalisé trois ans plus tard qu'il n'était pas sphérique mais possiblement de forme allongée et, même, qu'il pourrait s'agir de deux objets distincts.

Et il ne projette pas la lumière répétée que les scientifiques s'attendent à voir d'un objet en rotation, soulevant de nombreuses questions.

Se pourrait-il qu'il soit entouré de poussières cosmiques. De nombreuses petites lunes? Orienté de telle manière que ses pôles font face au vaisseau en approche?

L'agence spatiale américaine espère que le survol apportera des réponses.

Les premières images devraient arriver dans la soirée du 1er janvier, et être rendues publiques dès le lendemain.

La diffusion en direct est impossible avec une telle distance, mais la Nasa prévoit une transmission sur internet durant le survol, avec le morceau de Brian May en bande sonore.

"Réunir ces deux aspects de ma vie, l'astronomie et la musique, était un défi intéressant", a expliqué l'ancien compère du chanteur décédé Freddie Mercury dans un communiqué.

Alan Stern espère que cette mission ne sera pas la dernière pour New Horizons. Selon lui, l'ambition est de traquer d'autres objets de la ceinture de Kuiper et de "faire un survol encore plus éloigné en 2020".

Les articles dans la même thématique
Airbus rafle la mise avec le Blackjack de la Darpa Airbus rafle la mise avec le Blackjack de la Darpa
Alors que le marché des petits satellites s'apprête à connaître une croissance sans précédent, Airbus Defence & Space se place sur ce secteur. Le groupe ... Lire la suite
09 JAN. 2019 Missions
La Nasa et l'ESA se préparent à l'attaque de Didymos La Nasa et l'ESA se préparent à l'attaque de Didymos
Objets potentiellement dangereux, géocroiseurs, impacteur cinétique, etc. Ce vocabulaire n'est pas celui d'un film de science-fiction, mais des missions Dart de la NASA et Hera ... Lire la suite
03 JAN. 2019 Missions
La Chine se pose sur la face cachée de la Lune avec Chang'e-4 La Chine se pose sur la face cachée de la Lune avec Chang'e-4
Les ambitions spatiales de la Chine, notamment en direction de la Lune, ne sont un secret pour personne. Cela ne l'a pas empêchée de frapper ... Lire la suite
21 DEC. 2018 Défense & Sécurité Satellites
De l'espace au désert, itinéraire d'une image satellitaire De l'espace au désert, itinéraire d'une image satellitaire
« Aujourd'hui, plus que jamais, notre défense passe par l'espace », a déclaré la ministre des Armées Florence Parly le 19 décembre, suite au lancement ... Lire la suite
20 DEC. 2018 Défense & Sécurité Satellites
Pour assurer la continuité de la reconnaissance optique dans l'espace, « il est déjà temps de commencer la réflexion sur l'après-CSO » Pour assurer la continuité de la reconnaissance optique dans l'espace, « il est déjà temps de commencer la réflexion sur l'après-CSO »
Lancé le 19 décembre, le satellite CSO-1 signe le début du renouvellement des capacités militaires spatiales. La constellation CSO sera complète en 2021, après le ... Lire la suite
Dans la rubrique Espace, la Rédaction vous recommande
De l'espace au désert, itinéraire d'une image satellitaire CSO-1 sera « résolument ouvert aux partenaires européens »
Trois astronautes de l'ISS de retour sur Terre après une mission marquée par des incidents L'observation spatiale nouvelle génération parée au lancement
André-Hubert Roussel succède à Alain Charmeau à la tête d'ArianeGroup Les « six minutes et demi de terreur » de l'atterrissage d'InSight sur Mars
11h24 Airbus Helicopters enregistre une forte hausse de ses ventes malgré un environnement toujours difficile
11h01 Crash du Twin Otter d'Air Moorea de 2007 : plusieurs dirigeants de la compagnie condamnés
10h35 L'astronaute Thomas Pesquet doit revoler "très bientôt"
22/01 L'aéroport de Toulouse-Blagnac en route pour franchir les 10 millions de passagers
22/01 Un Tu-22M s'écrase à l'atterrissage
22/01 Longévité
IL Y A 2 HEURES
TDM AEROSPACE remporte un contrat avec BOEING pour la fourniture de tubes et canalisations pour le programme 787. Ce contrat à long terme prévoit l'implantation d'un nouveau centre de production au Midparc de Nouaceur (Casablanca). Il s'agit de la toute première entreprise marocaine à monter en rang 1 chez un avionneur.
IL Y A 3 HEURES
CASIL Europe souhaiterait revendre sa participation dans l'aéroport de TOULOUSE BLAGNAC, selon les informations de La Dépêche. La décision aurait été prise à cause de la décision de l'Etat français de conserver ses 10,01% de participation, empêchant le consortium chinois de prendre une participation majoritaire (il détient 49,9%). Les deux parties sont en froid en raison de la politique de redistribution des dividendes adoptée par CASIL.
IL Y A 3 HEURES
North Luzon Airport Consortium (NLAC) a signé un accord de concession avec la BCDA (Bases Conversion and Development Authority) de Philippines pour la gestion de l'aéroport Diosdado Macapagal (CLARK), l'un des principaux aéroports internationaux du pays. La période de concession s'étend sur 25 ans.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Longévité
Patrick Daher : « L'accélération de la maturité industrielle de nos équipementiers est indispensable »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

© 2019 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus