Actualité aéronautique Espace Les « six minutes et demi de terreur » de l'atterrissage d'InSight sur Mars

Les « six minutes et demi de terreur » de l'atterrissage d'InSight sur Mars

AFP
Publié 23/11/2018 | 595 mots
Les « six minutes et demi de terreur » de l'atterrissage d'InSight sur Mars
© NASA

Sur 43 missions envoyées sur ou autour de Mars, 25 ont échoué. Des engins russes, américains et européens gisent à sa surface. Des satellites ont raté leur orbite. Un seul rover martien, Curiosity, est actif aujourd'hui.

Lundi, l'atterrisseur InSight de la Nasa doit aller se poser dans la plaine d'Elysium, où le chef de la mission espère tomber sur « un grand parking de supermarché », très plat, sans rocher susceptible d'endommager l'engin.

Il n'y aura pas de streaming vidéo en direct depuis Mars : pour suivre les opérations, il faudra regarder les images retransmises du centre de contrôle de la Nasa, au Jet Propulsion Laboratory de Pasadena, près de Los Angeles aux Etats-Unis. Le temps de communication entre les deux planètes sera de huit minutes et sept secondes. Les heures indiquées correspondent au moment où les signaux seront reçus sur Terre.

Toute la séquence sera automatisée : les ingénieurs de la Nasa au sol ne pourront qu'assister, avec ces huit minutes de délai, à l'opération la plus délicate de toute la mission.

InSight entrera dans l'atmosphère martienne à environ 125 km d'altitude, à 19H47 GMT. A ce moment, sa vitesse sera d'environ 20 000 km/h. Le seul frottement de l'atmosphère fera monter la température rapidement à 1 500°C.

L'engin ne survivrait pas à cette fournaise s'il n'avait pas de bouclier thermique. Celui-ci a été renforcé au cas où l'une des tempêtes de poussières fréquentes sur Mars avait lieu, le frottement du sable pouvant intensifier la température.

Au bout de quatre minutes, le parachute s'ouvrira automatiquement, ralentissant d'un coup la descente. Peu après, le bouclier thermique sera largué, et l'atterrisseur déploiera ses trois jambes.

Puis le parachute se détachera. InSight allumera alors ses 12 rétrofusées... qui ralentiront la chute à environ 8 km/h.

A 11H54 GMT, environ six minutes et demi après l'entrée dans l'atmosphère, InSight devrait « amarsir ».

- Nuage de poussière -

On le saura peut-être quasiment en temps réel grâce à deux microsatellites baptisés MarCO, qui ont fait tout le voyage avec InSight et ont volé en formation derrière lui. Ils serviront de relais : InSight leur enverra des signaux, et ils les retransmettront vers la Terre, à distance sûre de Mars.

Si cela échouait, la Nasa devrait recevoir quoiqu'il arrive un « bip » d'InSight à 20H01 GMT, envoyé directement vers la Terre. Ce bip signifiera que l'atterrisseur a survécu et fonctionne.

La première photo sera sans doute confuse, à cause du nuage de poussières créé par l'impact. On pourrait la recevoir trois minutes plus tard, ou le lendemain à défaut.

Une fois posé, InSight devra déployer très lentement ses grands panneaux solaires, pliés pour le voyage. L'information sera retransmise cinq heures et demi plus tard, car il faudra attendre que l'un des trois satellites en orbite martienne passe au-dessus. Ces trois satellites seront le relais de communication normal d'InSight pendant toute sa vie.

Quant aux instruments à bord, le sismomètre français SEIS et le thermomètre allemand HP3, leur déploiement, par un bras robotique, prendra au moins « deux ou trois mois », selon le responsable scientifique de la mission, Bruce Banerdt. « Nous allons faire très, très attention à l'endroit où nous déposerons les instruments ».

Les articles dans la même thématique
26 NOV. 2018 Industrie spatiale
André-Hubert Roussel succède à Alain Charmeau à la tête d'ArianeGroup André-Hubert Roussel succède à Alain Charmeau à la tête d'ArianeGroup
La nouvelle était dans l'air depuis quelques jours, elle est désormais actée. Alain Charmeau va quitter la tête d'ArianeGroup le 1er janvier prochain. Il prendra ... Lire la suite
20 SEPT. 2018 Satellites
Ryan Reid (Boeing) : « Avec O3b mPOWER nous faisons un bond en avant en termes de performances » Ryan Reid (Boeing) : « Avec O3b mPOWER nous faisons un bond en avant en termes de performances »
Présent à Paris à l'occasion de la World Satellite Business Week, organisée par Euroconsult du 10 au 14 septembre, Ryan Reid, le directeur des Constellations ... Lire la suite
20 SEPT. 2018 Vols habités
Nouveau visage pour le BFR de SpaceX Nouveau visage pour le BFR de SpaceX
C'est un Elon Musk quelque peu fatigué et hésitant qui s'est présenté le 18 septembre au siège de SpaceX, à Hawthorne (Californie). Il était pourtant ... Lire la suite
19 SEPT. 2018 Vols habités
SpaceX, l'ISS avant la Lune SpaceX, l'ISS avant la Lune
En dix ans, SpaceX s'est imposé comme le principal pourvoyeur de lancements spatiaux. Pas moins de dix-huit Falcon 9 ont ainsi décollé en 2017. En ... Lire la suite
14 SEPT. 2018 Vols habités
SpaceX est toujours en course pour la Lune avec un premier client privé SpaceX est toujours en course pour la Lune avec un premier client privé
Une annonce en février 2017, puis plus rien. C'était à croire que SpaceX avait renoncé à son projet d'envoyer des touristes spatiaux en orbite lunaire. ... Lire la suite
Dans la rubrique Espace, la Rédaction vous recommande
ArianeGroup va supprimer 2 300 emplois d'ici à 2022, annonce la direction Mission réussie pour Soyouz qui place en orbite un satellite météorologique
Les petites fusées arrivent Nouveau visage pour le BFR de SpaceX
SpaceX, l'ISS avant la Lune SpaceX est toujours en course pour la Lune avec un premier client privé
07/12 A330 MRTT : Airbus tend une nouvelle perche aux Etats-Unis
07/12 Boeing-Embraer : La justice brésilienne demande la suspension du rapprochement
07/12 Une nouvelle équipe à la tête du SNPL Air France
06/12 SIER lance une nouvelle activité dédiée aux modifications et à la maintenance
06/12 Andrew Mohr : « L'objectif de Panasonic Avionics aujourd'hui est autant d'être un partenaire e-commerce qu'un partenaire IFE »
06/12 Avions en crédit-bail et MRO : les bonnes pratiques
07 DEC. 2018
AVOLON confirme une commande pour une centaine appareils de la famille A320neo, d'une valeur de 11,5 milliards de dollars. La commande porte sur 75 A320neo et 25 A321neo, dont les livraisons doivent débuter en 2023. Le carnet de commandes de la société de leasing atteint désormais 220 monocouloirs et 45 gros-porteurs d'AIRBUS.
06 DEC. 2018
SIER, bureau d'études et de réalisations implanté à Blagnac, annonce étendre le périmètre de ses activités aux modifications et à la maintenance. La société toulousaine a décroché son DOA (Design Organization Approval) au mois de septembre et a obtenu l'agrément EASA Part 21J.659.
06 DEC. 2018
ETHIOPIAN AIRLINES va participer à la création d'une école de commerce en Ethiopie, l'EEIBS (Ethio-European International Business School). Avec le soutien de l'UE, la compagnie contribuera à un programme MBA qui sera lié à son Ethiopian Aviation Academy, qui dispense actuellement des formations pour pilotes, équipages cabine, en commercial et en maintenance.
06 DEC. 2018
EUROSTAT indique que plus d'un milliard de passagers ont voyagé par avion dans l'Union européenne en 2017. Leur nombre est en croissance de 7% par rapport à 2016 et de 39% par rapport à 2009. L'office statistique indique également que 47% ont voyagé au sein de l'UE, 36% hors de l'UE et 17% ont utilisé des lignes intérieures. Le pays ayant le plus grand nombre de passagers est la Grande-Bretagne - la France est en quatrième position.
06 DEC. 2018
La direction de l'aviation civile lituanienne a retiré sa licence à SMALL PLANET AIRLINES le 28 novembre, entraînant la suspension de tous ses vols. La compagnie s'était placée en faillite à la suite des banqueroutes de ses deux divisions allemande et polonaise avant elle. Elle indiquait alors être en bonne santé et avoir entrepris cette démarche pour se protéger des créanciers de ses consoeurs, auprès desquels elle s'était portée garante. Elle avait toutefois lancé une restructuration et était à la recherche d'un investisseur.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

La continuité numérique au coeur du prochain programme Airbus
Andrew Mohr : « L'objectif de Panasonic Avionics aujourd'hui est autant d'être un partenaire e-commerce qu'un partenaire IFE »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

© 2018 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus