Actualité aéronautique Espace La Nasa fête ses 60 ans et veut renouer avec la gloire

La Nasa fête ses 60 ans et veut renouer avec la gloire

AFP
Publié 27/07/2018 | 916 mots

Il y a 60 ans, stimulés par la concurrence avec l'Union soviétique, les Etats-Unis créaient la Nasa, point de départ d'une aventure spatiale qui allait les emmener sur la Lune.

Aujourd'hui, l'agence peine à se réinventer dans un secteur où se côtoient de plus en plus d'agences spatiales internationales et d'intérêts commerciaux.

Depuis sa naissance, la Nasa a repoussé les frontières de l'exploration spatiale, mais a aussi vécu des échecs retentissants comme l'explosion de deux navettes en 1986 et 2003 (14 morts).

Son ambition de retourner dans l'espace lointain pourrait se heurter à un problème de financement, qui l'empêcherait d'aller à nouveau sur la Lune au cours de la prochaine décennie et sur Mars d'ici les années 2030.

La Nasa est devenue dépendante du secteur privé et a passé des contrats avec SpaceX et Boeing pour envoyer ses astronautes dans l'espace à partir de 2019, dès que leurs capsules habitées seront prêtes.

Car l'agence ne peut plus envoyer seule des astronautes dans l'espace depuis 2011, lorsque son programme de navettes spatiales a pris fin au bout de 30 ans.

Elle doit aujourd'hui payer 80 millions de dollars par siège à la Russie pour envoyer des Américains dans une capsule Soyouz.

- Les débuts -

En 1957, l'Union soviétique envoie son premier satellite dans l'espace avec Spoutnik 1, alors que les tentatives américaines, principalement sous les auspices de l'armée, échouent piteusement.

Le président de l'époque, Dwight D. Eisenhower, appelle alors le Congrès à créer une agence spatiale civile et séparée. Le 29 juillet 1958, il signe la loi créant la National Aeronautics and Space Administration (Nasa).

Les Soviétiques remportent malgré tout une autre manche en avril 1961, quand Youri Gagarine devient le premier homme dans l'espace.

Un mois plus tard, le président américain John F. Kennedy dévoile des plans pour envoyer un homme sur la Lune à la fin des années 1960.

Le programme Apollo est né.

En 1962, l'astronaute John Glenn devient le premier Américain en orbite autour de la Terre. Et en 1969, Neil Armstrong entre dans l'Histoire comme le premier homme à marcher sur la Lune.

« Apollo fut une démonstration unilatérale du pouvoir d'une nation », se souvient John Logsdon, professeur émérite au Space Policy Institute de l'Université George Washington.

« C'est le fait que Kennedy ait décidé d'utiliser le programme spatial comme un instrument déclaré de concurrence géopolitique qui a fait de la Nasa un instrument de politique nationale, avec une part budgétaire très importante », dit-il à l'AFP.

Pendant l'ère Apollo, pas moins de 5% du budget national est allé à la Nasa.

Aujourd'hui, cette part est passée à moins de 0,5% du budget fédéral (soit près de 18 milliards de dollars par an), et la Nasa ne joue plus le même rôle dans la politique nationale, selon M. Logsdon.

- Nouvelle ère -

La Nasa a connu d'autres épisodes de gloire dans les années 1980, comme la naissance du programme de navettes spatiales, puis en 1998, avec le début des opérations de la Station spatiale internationale (ISS).

Mais qu'en est-il aujourd'hui?

Le président Donald Trump a défendu un retour sur la Lune, appelant à une passerelle lunaire qui permettrait à un flux continu de vaisseaux spatiaux et de personnes de visiter la Lune, et qui servirait de point de départ pour Mars.

Il a également appelé à la création d'une force spatiale, une sixième branche de l'armée qui serait axée sur la défense des intérêts américains.

La Nasa a longtemps été considérée comme un leader de l'innovation spatiale, mais fait face à une sérieuse concurrence aujourd'hui.

« Vous avez quelque chose comme 70 pays qui sont d'une manière ou d'une autre impliqués dans l'activité spatiale », rappelle M. Logsdon.

Plutôt que de rivaliser avec les agences spatiales internationales, « l'accent a été mis sur la coopération » pour réduire les coûts et accélérer l'innovation, a déclaré Teasel Muir-Harmony, conservateur au Musée national de l'air et de l'espace.

L'administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine, a déclaré cette semaine qu'il désirait travailler avec d'autres pays tournés vers l'espace.

Il a mentionné la possibilité de renforcer la coopération avec la Chine et a raconté s'être récemment rendu en Israël pour rencontrer des groupes travaillant sur un atterrisseur lunaire.

Son prédécesseur à la tête de la Nasa, Charles Bolden, a mis en garde contre la répétition des erreurs de l'ère des navettes, lorsque les États-Unis ont mis fin à leur programme sans autre vaisseau spatial prêt à prendre la relève.

« Nous ne pouvons tolérer un autre vide comme celui-là », a déclaré Bolden.

Avec en ligne de mire une mission d'équipage sur la Lune dans seulement cinq ans, la Nasa prévoit de consacrer à l'exploration lunaire environ 10 milliards sur un budget de près de 20 milliards de dollars pour 2019.

Les articles dans la même thématique
27 JUIL. 2018 Satellites
Galileo bientôt prêt pour la prochaine décennie Galileo bientôt prêt pour la prochaine décennie
D'ici la fin de l'année, le segment spatial de Galileo sera à même d'offrir une couverture mondiale. La mise sur orbite réussie des satellites 23 ... Lire la suite
11 JUIL. 2018 Industrie spatiale
Vers un New Space à l'européenne ? Vers un New Space à l'européenne ?
Largement identifiée comme institutionnelle, l'industrie spatiale européenne pourrait-elle donner naissance à un New Space à l'image de sa consoeur américaine ? Lors du Paris Air ... Lire la suite
09 JUIL. 2018 Moteurs & propulsion Lanceurs
Le P120C d'Ariane 6 se prépare pour sa première mise à feu Le P120C d'Ariane 6 se prépare pour sa première mise à feu
Une étape importante va être franchie cette semaine pour les programmes de lanceurs Ariane 6 et Vega-C. Leur moteur commun P120C, conçu par l'industriel italien ... Lire la suite
ArianeGroup allume la flamme de l'ETID ArianeGroup allume la flamme de l'ETID
Alors qu'Ariane 6 doit arriver en 2020, ArianeGroup prépare déjà l'étape suivante. Le groupe franco-européen vient de réaliser un premier essai à feu du démonstrateur ... Lire la suite
04 MAI 2018 Satellites
Arianespace signe deux contrats SSMS de plus pour Vega Arianespace signe deux contrats SSMS de plus pour Vega
Le concept de Service de lancement de petits satellites (SSMS) commence à séduire. Arianespace a annoncé la signature de deux contrats, les 2 et 3 ... Lire la suite
Dans la rubrique Espace, la Rédaction vous recommande
Décollage d'Ariane 5 avec 4 satellites Galileo à bord Vers un New Space à l'européenne ?
Le P120C d'Ariane 6 se prépare pour sa première mise à feu ArianeGroup allume la flamme de l'ETID
Arianespace signe deux contrats SSMS de plus pour Vega Une sonde de la Nasa va partir étudier les séismes sur Mars
14/08 Le trafic passagers toujours en hausse
14/08 La fermeture de la base d'Incirlik pourrait coûter cher à Ankara
14/08 Les pilotes de KLM menacent également de faire grève
13/08 Le fret aérien poursuit une croissance au ralenti
11/08 Un mécanicien "suicidaire" vole un Q400 et s'écrase dans la baie de Seattle
10/08 Sichuan Airlines reçoit son premier A350
17 Alertes depuis 7 jours, 258 depuis 1 mois

Alertavia, édité par le Journal de l'Aviation,
est déjà l'une des principales sources
d'actualité aéronautique
en langue française
IL Y A 16 HEURES
Brendan Curran a été nommé au poste de directeur de la division AvionX de BOEING, division créée pour pérenniser le développement et la production des systèmes avionique et électriques.
IL Y A 16 HEURES
Le président des États-Unis Donald Trump a signé le 13 août le budget 2019 du département de la Défense, qui se monte à 717 milliards de dollars. Celui-ci prévoit entre autres une hausse des soldes de militaires de 2,6% ainsi qu'une augmentation des effectifs dans les trois armées.
10 AOUT 2018
CAE a été sélectionné par la Royal New Zealand Air Force pour fournir un simulateur NH90. Le système CAE700MR (Mission reality) sera livré en 2020, il a notamment été présenté au Salon de Farnborough.
ALERTAVIA, la nouvelle plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels du secteur aéronautique et spatial.

Farnborough 2018 : un salon aux deux visages
Farnborough 2018 : Entretien exclusif avec David Dufrenois, Directeur des ventes de l'Airbus A220
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus