Actualité aéronautique Espace Galileo bientôt prêt pour la prochaine décennie

Galileo bientôt prêt pour la prochaine décennie

Léo Barnier
Publié 27/07/2018 | 1045 mots
Galileo bientôt prêt pour la prochaine décennie
© OHB Systems
D'ici la fin de l'année, le segment spatial de Galileo sera à même d'offrir une couverture mondiale. La mise sur orbite réussie des satellites 23 à 26 par une Ariane 5 ES (vol VA244, la 99e mission d'Ariane 5), le 25 juillet, va permettre au système de navigation européen de couvrir la quasi-intégralité du globe. Il reste néanmoins encore du travail avant que la constellation soit complète, puis pour préparer la nouvelle génération de satellites.

Au cours des six prochains mois, les quatre satellites vont être positionnés sur leur orbite de travail au prix de nombreuses manoeuvres. Le CNES, qui est à la baguette pour mener cette opération, indique ainsi que 31 opérations avaient été nécessaires pour placer les quatre satellites précédents, après leur lancement en décembre.

Une fois cette étape terminée, les satellites 23 à 26 passeront sous la responsabilité de l'Agence européenne du système global de navigation par satellite (GSA) et seront alors opérationnels. Le segment spatial de Galileo comptera alors 26 satellites : quatre dits de « validation en orbite » (IOV), construits par Airbus et lancés en 2011 et 2012 pour le développement du système, et 22 dits de « pleine capacité opérationnelle » (FOC) fabriqués par OHB et déployés à partir de 2014. Ils couvriront plus de 96 % du globe.

Les satellites lancés mercredi étaient d'ailleurs les quatre derniers FOC commandés à OHB au titre du deuxième appel d'offres passé par la Commission européenne. La société allemande avait en effet remporté un premier lot de 14 satellites en 2010, puis un deuxième pour huit supplémentaires en 2012.

Douze nouveaux satellites en préparation

Un troisième lot de 12 satellites FOC a d'ores et déjà été commandé à OHB l'an dernier, avec un appel d'offres en juin (8) puis la levée de deux options en octobre (4). La Commission européenne dispose encore d'une option pour deux satellites supplémentaires.

Les deux premiers exemplaires seront lancés en 2020 sur Ariane 62, les deux suivants en 2021. Leur mise sur orbite marquera le passage à la pleine capacité opérationnelle du segment spatial, avec 24 satellites en service et six en rechange. Avec l'aide du segment sol, Galileo sera alors capable d'offrir une précision de l'ordre de 30 cm, supérieure à celle du GPS américain.

Les quatre suivants serviront notamment au remplacement des quatre satellites IOV au-delà de 2022. A capacités égales mais moins performants, ces derniers compteront alors dix ans de service. Les quatre derniers devraient être conservés au sol, afin d'être lancés en cas de perte de l'un des satellites en orbite.


Les prochains satellites Galileo seront lancés sur Ariane 62 en 2020. © ESA / P. Ducros

Transition vers la deuxième génération

Dès 2019, la Commission européenne et l'ESA passeront une nouvelle commande de satellites, qui devrait être exécutée en deux phases. Un appel d'offres a déjà été émis en mai à cet effet. Ce quatrième lot comprendra deux contrats de base de deux satellites - chacun assorti de deux options pour deux satellites supplémentaires à chaque fois - qui seront confiés à deux industriels différents. Avec les contrats de base et les options, cela représente donc un marché potentiel total de douze satellites, six par industriel.

Ce quatrième lot est qualifié de « lot de transition » dans l'appel d'offres. Il doit permettre la mise en service de satellite aux alentours de 2025-2026 afin d'assurer la continuité du service au-delà de cette date, mais aussi « initier la transition technologique vers la deuxième génération de satellites Galileo ».

La double source enfin de rigeur

Cet appel d'offres marque en revanche une rupture sur le plan contractuel. C'est la première fois que le principe de la double source est retenu. Jusqu'ici, la Commission européenne et l'ESA avaient opté pour une source unique. Airbus (à l'époque EADS Astrium) avait gagné le premier appel d'offres en 2005 pour les quatre IOV. OHB avait remporté les trois suivants pour les FOC - dont le dernier aux dépens d'Airbus Defense & Space et de Thales Alenia Space.

En 2010, les contractants avaient désigné la société allemande à la surprise générale du fait de sa taille modeste d'alors. Ils avaient persévéré en 2012 et 2017, malgré les difficultés d'OHB pour industrialiser le programme. Peut-être entendent-ils aujourd'hui être plus prudents, ou alors d'assurer la préservation des compétences en matière de satellites de navigation chez plusieurs industriels.


Capacités en hausse

En attendant, l'accroissement actuel de la couverture va de pair avec une montée en puissance des capacités de Galileo. Après le lancement des « services initiaux » en décembre 2016 - à savoir le service ouvert (OS), le service de recherche et sauvetage (SAR) et le service public réglementé (PRS) - le système est passé dans une phase de « services améliorés » cette année.

L'objectif sera de gagner en précision dans la mesure des distances et des temps. Ce sont les deux préalables nécessaires pour arriver à un positionnement d'une précision submétrique. C'est la dernière marche avant le passage à la pleine capacité opérationnelle en 2020.

Cette étape sera aussi marquée par l'intensification de l'activité SAR, au sein du segment Orbite terrestre moyenne (MEOSAR) du programme international Cospas-Sarsat. Actuellement au stade de la capacité opérationnelle initiale (IOC), ce dernier doit passer à la pleine capacité l'an prochain. Outre sa précision, Galileo permettra, dès la fin de cette année, de notifier à l'expéditeur de l'appel d'urgence qu'il a été localisé et que les secours sont déclenchés.

Seul le service commercial (CS) reste encore à mettre en place. Selon le texte de la Commission européenne qui a autorisé son lancement, « il doit permettre le développement d'applications à des fins professionnelles ou commerciales grâce à des performances accrues et à des données d'une valeur ajoutée supérieure à celles procurées par le service ouvert ». Galileo proposera alors l'ensemble des services pour lequel il a été conçu.
Les articles dans la même thématique
11 JUIL. 2018 Industrie spatiale
Vers un New Space à l'européenne ? Vers un New Space à l'européenne ?
Largement identifiée comme institutionnelle, l'industrie spatiale européenne pourrait-elle donner naissance à un New Space à l'image de sa consoeur américaine ? Lors du Paris Air ... Lire la suite
09 JUIL. 2018 Moteurs & propulsion Lanceurs
Le P120C d'Ariane 6 se prépare pour sa première mise à feu Le P120C d'Ariane 6 se prépare pour sa première mise à feu
Une étape importante va être franchie cette semaine pour les programmes de lanceurs Ariane 6 et Vega-C. Leur moteur commun P120C, conçu par l'industriel italien ... Lire la suite
ArianeGroup allume la flamme de l'ETID ArianeGroup allume la flamme de l'ETID
Alors qu'Ariane 6 doit arriver en 2020, ArianeGroup prépare déjà l'étape suivante. Le groupe franco-européen vient de réaliser un premier essai à feu du démonstrateur ... Lire la suite
04 MAI 2018 Satellites
Arianespace signe deux contrats SSMS de plus pour Vega Arianespace signe deux contrats SSMS de plus pour Vega
Le concept de Service de lancement de petits satellites (SSMS) commence à séduire. Arianespace a annoncé la signature de deux contrats, les 2 et 3 ... Lire la suite
EDG²E prépare la navigation de précision européenne EDG²E prépare la navigation de précision européenne
C'est un nouveau pas fait pour faire de Galileo une véritable alternative au GPS américain pour la navigation aérienne. L'Agence européenne du système global de ... Lire la suite
Dans la rubrique Espace, la Rédaction vous recommande
Décollage d'Ariane 5 avec 4 satellites Galileo à bord Vers un New Space à l'européenne ?
Le P120C d'Ariane 6 se prépare pour sa première mise à feu ArianeGroup allume la flamme de l'ETID
Arianespace signe deux contrats SSMS de plus pour Vega Une sonde de la Nasa va partir étudier les séismes sur Mars
14/08 Le trafic passagers toujours en hausse
14/08 La fermeture de la base d'Incirlik pourrait coûter cher à Ankara
14/08 Les pilotes de KLM menacent également de faire grève
13/08 Le fret aérien poursuit une croissance au ralenti
11/08 Un mécanicien "suicidaire" vole un Q400 et s'écrase dans la baie de Seattle
10/08 Sichuan Airlines reçoit son premier A350
17 Alertes depuis 7 jours, 258 depuis 1 mois

Alertavia, édité par le Journal de l'Aviation,
est déjà l'une des principales sources
d'actualité aéronautique
en langue française
IL Y A 15 HEURES
Brendan Curran a été nommé au poste de directeur de la division AvionX de BOEING, division créée pour pérenniser le développement et la production des systèmes avionique et électriques.
IL Y A 16 HEURES
Le président des États-Unis Donald Trump a signé le 13 août le budget 2019 du département de la Défense, qui se monte à 717 milliards de dollars. Celui-ci prévoit entre autres une hausse des soldes de militaires de 2,6% ainsi qu'une augmentation des effectifs dans les trois armées.
10 AOUT 2018
CAE a été sélectionné par la Royal New Zealand Air Force pour fournir un simulateur NH90. Le système CAE700MR (Mission reality) sera livré en 2020, il a notamment été présenté au Salon de Farnborough.
ALERTAVIA, la nouvelle plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels du secteur aéronautique et spatial.

Farnborough 2018 : un salon aux deux visages
Farnborough 2018 : Entretien exclusif avec David Dufrenois, Directeur des ventes de l'Airbus A220
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus