Actualité aéronautique Transport aérien Le pétrole redevient un poids financier pour les compagnies aériennes
L'édito

Le pétrole redevient un poids financier pour les compagnies aériennes

Emilie Drab
Publié 02/05/2018 | 663 mots
Le pétrole redevient un poids financier pour les compagnies aériennes
© Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
Les acteurs du transport aérien ont toujours gardé un oeil sur le cours du baril de pétrole. Ces dernières années, il était plutôt détendu, le cours ayant fortement chuté depuis mi-2014. Après avoir plongé de 115 dollars le baril de Brent en 2014 à moins de trente dollars au tout début de 2016, il est remonté progressivement depuis sans jamais atteindre les niveaux records du début de la décennie. Cette remontée avait été anticipée, aucun acteur du transport aérien ne s'attendant à ce que le pétrole reste à un niveau aussi bas que 2015-2016.

Aujourd'hui, le cours flirte avec les 75 dollars le baril et n'est jamais repassé sous la barre des 60 dollars ces six derniers mois. Des risques géopolitiques risquent de le faire progresser encore, comme la situation toujours critique du Venezuela ou les incertitudes qui pèsent autour du renouvellement de l'accord sur le nucléaire iranien par les Etats-Unis (verdict le 12 mai).

Le poste carburant pesant le tiers des dépenses d'une compagnie, celles dont la stratégie inclut le recours à la couverture sont donc plutôt bien loties aujourd'hui. C'est par exemple le cas de Qantas, qui vient d'annoncer qu'elle était couverte à près de 70% pour l'année fiscale 2019, ou de Southwest Airlines, qui a réussi à limiter la hausse de sa facture au premier trimestre. Toutes deux ont d'ailleurs pris des mesures pour pallier une progression continue des tarifs du kérosène avec l'accélération du renouvellement de leur flotte. Qantas par le remplacement de ses 747 par des 787, 20% plus efficaces en termes de consommation et qui permettront également des économies sur le poste de maintenance, Southwest par le remplacement de ses 737NG par des 737 MAX. Le groupe Air France-KLM est quant à lui couvert à près de 60%.

Au contraire, American Airlines a vu ses résultats se dégrader à cause du carburant (poste de dépenses qui a augmenté de plus de 25% au premier trimestre) et a revu à la baisse ses objectifs de bénéfice sur l'année. Air Canada également a souffert, avec une augmentation de 7% de sa consommation mais de 16% de sa facture. Elles aussi ont profité de l'accalmie en 2015 et 2016 pour lancer le renouvellement de leur flotte, sans succomber à la tentation de maintenir plus longtemps que prévu des appareils moins efficaces. Quant à Delta Air Lines, elle redoute l'imprévisibilité de l'évolution des cours.

Aujourd'hui, les compagnies sont en général mieux armées qu'elles ne l'étaient en 2010 pour faire face à une nouvelle augmentation de la facture carburant, puisqu'elles ont beaucoup travaillé à la réduction de leurs coûts partout où cela était possible et n'ont jamais vraiment relâché la vigilance depuis. En revanche, elles vont devoir faire preuve de plus d'imagination si elles doivent trouver de nouvelles économies à faire... ou de nouvelles recettes à générer pour compenser. Un constat qui vaut autant pour les compagnies traditionnelles que pour les compagnies low-cost.

Mais le danger le plus immédiat concerne les low-cost long-courrier. Si les compagnies asiatiques comme Scoot, Jetstar ou AirAsia X ont prouvé avec plus ou moins de brio qu'elles pouvaient survivre avec un baril à 100 dollars, les compagnies européennes se lancent tout juste et doivent encore faire leurs preuves. On ne s'inquiète pas trop pour LEVEL qui profitera du soutien d'IAG, mais Norwegian semble plus exposée. Bien qu'elle ait lancé ses opérations long-courrier en 2013, donc en pleine crise du pétrole cher, et maintenu la barre, la compagnie norvégienne est aujourd'hui en difficulté et une remontée du pétrole pourrait lui coûter cher - sa faiblesse actuelle suscite déjà des envies d'OPA chez ses concurrentes. Si l'augmentation continue, le salut du modèle viendra peut-être des nouveaux avions, 737 MAX et A321neo/A321LR, capables de traverser l'Atlantique ou de réaliser des vols longs à moindres frais.
Les articles dans la même thématique
Le fret aérien poursuit une croissance au ralenti Le fret aérien poursuit une croissance au ralenti
Avec une croissance chiffrée à 4,7% pour le premier semestre 2018 (en tonnes-kilomètres de marchandise - FTK), le secteur du fret aérien affiche une croissance ... Lire la suite
Sichuan Airlines reçoit son premier A350 Sichuan Airlines reçoit son premier A350
Coup double pour Airbus, qui a effectué le 8 août deux premières livraisons d'A350-900 : l'un pour Air China, l'autre pour Sichuan Airlines - acquis ... Lire la suite
Photo : Air China réceptionne son premier Airbus A350-900 Photo : Air China réceptionne son premier Airbus A350-900
Airbus a livré le premier des dix A350-900 destinés à Air China. Avec une capacité de 312 places, MSN 167 dispose d'une configuration tri-classe, avec ... Lire la suite
Bombardier valide le Q400 de 90 places Bombardier valide le Q400 de 90 places
Dans la grande compétition que se livre ATR et Bombardier sur le marché des turbopropulseurs, le seuil des 90 sièges est longtemps apparu comme le ... Lire la suite
31 JUIL. 2018 Transport aérien Maintenance moteur
CFM International s'accorde avec l'IATA sur la compétition dans la MRO CFM International s'accorde avec l'IATA sur la compétition dans la MRO
C'est une convention insolite qui vient d'être conclue entre CFM International - coentreprise entre GE Aviation et Safran Aircraft Engines - et l'Association internationale du ... Lire la suite
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
Tony Fernandes détaille ses projets pour AirAsia X et ses nouveaux Airbus A330neo Farnborough 2018 : Alliance inédite dans le régional
LEVEL décolle d'Orly et commande deux nouveaux Airbus A330-200 L'aéroport de Nice lance deux nouveaux projets pour étendre ses capacités à 18 millions de passagers par an
LEVEL devient aussi une compagnie moyen-courrier Avec l'A330neo de TAP Air Portugal, Airbus introduit la nouvelle cabine Airspace sur A330
14/08 Le trafic passagers toujours en hausse
14/08 La fermeture de la base d'Incirlik pourrait coûter cher à Ankara
14/08 Les pilotes de KLM menacent également de faire grève
13/08 Le fret aérien poursuit une croissance au ralenti
11/08 Un mécanicien "suicidaire" vole un Q400 et s'écrase dans la baie de Seattle
10/08 Sichuan Airlines reçoit son premier A350
17 Alertes depuis 7 jours, 258 depuis 1 mois

Alertavia, édité par le Journal de l'Aviation,
est déjà l'une des principales sources
d'actualité aéronautique
en langue française
IL Y A 16 HEURES
Brendan Curran a été nommé au poste de directeur de la division AvionX de BOEING, division créée pour pérenniser le développement et la production des systèmes avionique et électriques.
IL Y A 16 HEURES
Le président des États-Unis Donald Trump a signé le 13 août le budget 2019 du département de la Défense, qui se monte à 717 milliards de dollars. Celui-ci prévoit entre autres une hausse des soldes de militaires de 2,6% ainsi qu'une augmentation des effectifs dans les trois armées.
10 AOUT 2018
CAE a été sélectionné par la Royal New Zealand Air Force pour fournir un simulateur NH90. Le système CAE700MR (Mission reality) sera livré en 2020, il a notamment été présenté au Salon de Farnborough.
ALERTAVIA, la nouvelle plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels du secteur aéronautique et spatial.

Farnborough 2018 : un salon aux deux visages
Farnborough 2018 : Entretien exclusif avec David Dufrenois, Directeur des ventes de l'Airbus A220
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus