Actualité aéronautique Transport aérien Le Groupe ADP au bord de la privatisation totale
L'édito

Le Groupe ADP au bord de la privatisation totale

Léo Barnier
Publié 13/03/2018 | 757 mots
Le Groupe ADP au bord de la privatisation totale
© Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
Véritable séisme ou suite logique du mouvement engagé en 2005, l'Etat s'apprêterait à se désengager totalement de l'actionnariat du Groupe ADP. Certes, le gouvernement maintient pour l'instant que « rien n'est décidé », mais le gestionnaire des aéroports parisiens fait partie des favoris pour être privatisé dans le cadre de la loi « Pacte » (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises), présentée en avril prochain. Tout comme la loi dite « Macron » de 2015 avait permis la privatisation des sociétés aéroportuaires de Nice et de Lyon.

Si cela se confirme, certains y verront l'achèvement inéluctable du mouvement de privatisation entamé en 2005 avec la transformation d'Aéroports de Paris (devenu Groupe ADP) en société anonyme, puis les ouvertures successives de son capital. La part de l'Etat est ainsi passée à 68,4 % en 2006, à 60,4 % en 2008, 52,1 % en 2001 et finalement 50,6 % en 2013.

Une partie de ce capital a certes été acquise par des salariés (1,9 %), des investisseurs institutionnels (23,6 %) ou un partenaire stratégique (prise de participations croisées avec Schiphol Group à hauteur de 8 %), mais cette privatisation partielle a vu aussi l'arrivée d'acteurs véritablement privés : Crédit Agricole Assurance-Predica (5,1 %) et surtout Vinci.

Le groupe de BTP et de concessions a d'abord acquis 3,3 % du capital en toute discrétion, avant de se révéler en 2008, puis de devenir le deuxième actionnaire du Groupe ADP en 2013 avec 8 % du capital. Et il ne fait aucun doute que son objectif a toujours été de se placer pour pouvoir devenir actionnaire majoritaire à moyen terme, comme il l'a fait pour les grands aéroports portugais en 2013, de ceux de Lyon en 2016 (au sein d'un consortium), ou une partie des autoroutes françaises dans les années 2000. Vinci fait d'ailleurs déjà figure de favori le dossier parisien.

D'autres y verront un nouveau renoncement de l'Etat à assumer son rôle dans l'administration des infrastructures stratégiques, qu'il s'agisse de la route, de l'aérien ou du rail. La privatisation des autoroutes est d'ailleurs l'un des meilleurs exemples de dérives possibles : prix de vente sous-évalué malgré des investissements déjà bien amortis, hausse de 20 % des tarifs de péage en 10 ans, pas de prise en compte du réseau secondaire, etc.

Les problèmes de gestion de la société Aéroport Toulouse-Blagnac (ATB) - après la vente en 2015 de 49,9 % du capital par l'Etat au consortium chinois Casil Europe - ont aussi émaillé les titres de la presse locale et nationale : éjection du président du directoire, départ de la présidente du conseil de surveillance, investissements moindres que promis, dividendes généreux, etc. L'Etat, qui avait gardé 10,1 % du capital comme garde-fou, doit d'ailleurs décider de la vente de ce solde cette année.

Intérêt financier ou stratégique

Le bien-fondé de la privatisation totale du Groupe ADP est donc légitimement questionnable. Oui, l'opération pourrait rapporter plus de 8 milliards d'euros à l'Etat et donc lui dégager des capacités d'investissements - notamment pour le fonds pour l'innovation de 10 milliards d'euros voulu par Emmanuel Macron. Mais il ne faut pas oublier que les dividendes versés par le Groupe ADP ne cessent de croître - de plus de 40 % entre 2015 et 2017 - et que l'Etat a récupéré plus de 420 millions d'euros sur cette période. Sans tomber dans des raccourcis trop faciles, il est possible de faire une projection sur une concession 40 ans (la durée retenue pour les grands aéroports régionaux).

Au-delà de l'aspect financier, un aéroport est aussi un outil stratégique de première importance pour un territoire - local comme national dans le cas d'Orly, de Roissy, voire du Bourget. D'autant que le Groupe ADP possède la pleine propriété du domaine foncier et immobilier des aéroports parisiens (au contraire des grands aéroports régionaux où seule l'exploitation est concédée).

La gestion des aéroports parisiens serait obligatoirement encadrée par un contrat de régulation (comme c'est le cas aujourd'hui), mais quelle serait la place de l'aménagement du territoire dans la stratégie proposée par une société de concession privée ? Il est en effet plus rentable d'exploiter au maximum le potentiel d'une plateforme plutôt que de le développer en investissant dans de nouvelles infrastructures coûteuses comme le Terminal 4 de Roissy. Sauf si - comme Vinci - construire une nouvelle aérogare fait partie de son business.
Les articles dans la même thématique
IL Y A 13 HEURES Confort à bord
Avec l'A330neo de TAP Air Portugal, Airbus introduit la nouvelle cabine Airspace

Avec l'A330neo de TAP Air Portugal, Airbus introduit la nouvelle cabine Airspace


Si le lancement d'une campagne de vol d'endurance est un événement en soi dans un programme de certification, celui de l'A330neo marque également l'inauguration de ... Lire la suite
Lufthansa discute aussi avec Norwegian

Lufthansa discute aussi avec Norwegian


Dans un entretien accordé au quotidien Süddeutsche Zeitung le 17 juin, Carsten Spohr a confirmé que le groupe Lufthansa pourrait être intéressé par la reprise ... Lire la suite
Etihad reste déficitaire en 2017

Etihad reste déficitaire en 2017


Les investissements malheureux d'Etihad continuent de peser sur les comptes. La compagnie d'Abou Dhabi a certes publié un chiffre d'affaires en hausse de 1,9% à ... Lire la suite
15 JUIN 2018 Transport aérien
La Commission européenne retire les compagnies indonésiennes de sa liste noire

La Commission européenne retire les compagnies indonésiennes de sa liste noire


L'Europe rend sa confiance en l'Indonésie. Toutes les compagnies du pays ont été retirées de la liste noire de la Commission européenne, mise à jour ... Lire la suite
Air France propose d'améliorer le quotidien de ses salariés, pas encore leur salaire

Air France propose d'améliorer le quotidien de ses salariés, pas encore leur salaire


Lors de la réunion du Comité central d'entreprise (CCE) d'Air France le 14 juin, la direction d'Air France a présenté plusieurs mesures pour améliorer le ... Lire la suite
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
Air Caraïbes et French bee prennent des Airbus A350 supplémentaires Le transport aérien mondial toujours sur un nuage, mais le ciel commence à s'assombrir
Wizz Air reçoit son 100e Airbus Singapore Airlines relancera son Singapour - New York sans escale en octobre
Singapore Airlines va absorber Silk Air Le renouvellement de la flotte long-courrier d'Austrian n'est pas pour maintenant
18h49 Aegean Airlines mise sur l'Airbus A320neo pour poursuivre sa croissance
18h48 Rencontre au sommet entre Airbus et Boeing
17h10 Nouveau PDG d'Air France-KLM : le comité de nomination poursuit ses travaux (Bercy)
12h18 Sans accord sur le Brexit, Airbus menace de quitter le Royaume-Uni
09h29 Livraison controversée du premier F-35 à la Turquie
09h18 Avec l'A330neo de TAP Air Portugal, Airbus introduit la nouvelle cabine Airspace
78 Alertes depuis 7 jours, 388 depuis 1 mois

Alertavia, déjà l'une des principales sources d'actualité aéronautique en langue française
IL Y A 9 HEURES
Le Groupe DUQUEINE, spécialisé dans la conception et la fabrication de pièces et sous-ensembles aéronautiques en matériaux composites annonce une réorganisation de son actionnariat et une augmentation de capital de 8 millions d'euros. Ces deux opérations sont valorisées à un montant supérieur à 35 millions d'euros. IDIA Capital Investissement, Crédit Agricole Régions Investissement et ACE Management (Aerofund III) s'associent ainsi à Gilles DUQUEINE, dirigeant fondateur, qui reste actionnaire majoritaire.
IL Y A 10 HEURES
L'IATA s'est montré inquiète vis-à-vis du processus visant à la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP), souhaitant que cette démarche vise à améliorer le parcours et l'expérience du passager ainsi que l'efficacité des compagnies aériennes, et non pas à récolter un maximum de recettes. L'IATA se réfère notamment à la possibilité que l'accord de privatisation ait une période de validité de 70 ans, « une erreur » selon elle car elle empêcherait toute flexibilité permettant de répondre aux exigences du marché qui ne peuvent être anticipées à si long terme.
IL Y A 10 HEURES
BOMBARDIER renforce son partenariat avec DAIR (Downsview Aerospace Innovation and Research Consortium) dans le but de créer un pôle aéronautique dans la zone de Downsview à Toronto. L'avionneur investira six millions de dollars canadiens sur cinq ans pour financer des activités et de nouveaux centres de recherche et de développement.
ALERTAVIA, la nouvelle plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels du secteur aéronautique et spatial.

MoM : Les armes du prochain combat entre Airbus et Boeing s'aiguisent
Derek Zimmerman (Gulfstream) : « Nous travaillons depuis plusieurs années pour l'arrivée de G500 et G600 »
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus