Actualité aéronautique Transport aérien Le Groupe ADP au bord de la privatisation totale
L'édito

Le Groupe ADP au bord de la privatisation totale

Léo Barnier
Publié 13/03/2018 | 757 mots
Le Groupe ADP au bord de la privatisation totale
© Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
Véritable séisme ou suite logique du mouvement engagé en 2005, l'Etat s'apprêterait à se désengager totalement de l'actionnariat du Groupe ADP. Certes, le gouvernement maintient pour l'instant que « rien n'est décidé », mais le gestionnaire des aéroports parisiens fait partie des favoris pour être privatisé dans le cadre de la loi « Pacte » (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises), présentée en avril prochain. Tout comme la loi dite « Macron » de 2015 avait permis la privatisation des sociétés aéroportuaires de Nice et de Lyon.

Si cela se confirme, certains y verront l'achèvement inéluctable du mouvement de privatisation entamé en 2005 avec la transformation d'Aéroports de Paris (devenu Groupe ADP) en société anonyme, puis les ouvertures successives de son capital. La part de l'Etat est ainsi passée à 68,4 % en 2006, à 60,4 % en 2008, 52,1 % en 2001 et finalement 50,6 % en 2013.

Une partie de ce capital a certes été acquise par des salariés (1,9 %), des investisseurs institutionnels (23,6 %) ou un partenaire stratégique (prise de participations croisées avec Schiphol Group à hauteur de 8 %), mais cette privatisation partielle a vu aussi l'arrivée d'acteurs véritablement privés : Crédit Agricole Assurance-Predica (5,1 %) et surtout Vinci.

Le groupe de BTP et de concessions a d'abord acquis 3,3 % du capital en toute discrétion, avant de se révéler en 2008, puis de devenir le deuxième actionnaire du Groupe ADP en 2013 avec 8 % du capital. Et il ne fait aucun doute que son objectif a toujours été de se placer pour pouvoir devenir actionnaire majoritaire à moyen terme, comme il l'a fait pour les grands aéroports portugais en 2013, de ceux de Lyon en 2016 (au sein d'un consortium), ou une partie des autoroutes françaises dans les années 2000. Vinci fait d'ailleurs déjà figure de favori le dossier parisien.

D'autres y verront un nouveau renoncement de l'Etat à assumer son rôle dans l'administration des infrastructures stratégiques, qu'il s'agisse de la route, de l'aérien ou du rail. La privatisation des autoroutes est d'ailleurs l'un des meilleurs exemples de dérives possibles : prix de vente sous-évalué malgré des investissements déjà bien amortis, hausse de 20 % des tarifs de péage en 10 ans, pas de prise en compte du réseau secondaire, etc.

Les problèmes de gestion de la société Aéroport Toulouse-Blagnac (ATB) - après la vente en 2015 de 49,9 % du capital par l'Etat au consortium chinois Casil Europe - ont aussi émaillé les titres de la presse locale et nationale : éjection du président du directoire, départ de la présidente du conseil de surveillance, investissements moindres que promis, dividendes généreux, etc. L'Etat, qui avait gardé 10,1 % du capital comme garde-fou, doit d'ailleurs décider de la vente de ce solde cette année.

Intérêt financier ou stratégique

Le bien-fondé de la privatisation totale du Groupe ADP est donc légitimement questionnable. Oui, l'opération pourrait rapporter plus de 8 milliards d'euros à l'Etat et donc lui dégager des capacités d'investissements - notamment pour le fonds pour l'innovation de 10 milliards d'euros voulu par Emmanuel Macron. Mais il ne faut pas oublier que les dividendes versés par le Groupe ADP ne cessent de croître - de plus de 40 % entre 2015 et 2017 - et que l'Etat a récupéré plus de 420 millions d'euros sur cette période. Sans tomber dans des raccourcis trop faciles, il est possible de faire une projection sur une concession 40 ans (la durée retenue pour les grands aéroports régionaux).

Au-delà de l'aspect financier, un aéroport est aussi un outil stratégique de première importance pour un territoire - local comme national dans le cas d'Orly, de Roissy, voire du Bourget. D'autant que le Groupe ADP possède la pleine propriété du domaine foncier et immobilier des aéroports parisiens (au contraire des grands aéroports régionaux où seule l'exploitation est concédée).

La gestion des aéroports parisiens serait obligatoirement encadrée par un contrat de régulation (comme c'est le cas aujourd'hui), mais quelle serait la place de l'aménagement du territoire dans la stratégie proposée par une société de concession privée ? Il est en effet plus rentable d'exploiter au maximum le potentiel d'une plateforme plutôt que de le développer en investissant dans de nouvelles infrastructures coûteuses comme le Terminal 4 de Roissy. Sauf si - comme Vinci - construire une nouvelle aérogare fait partie de son business.
Léo Barnier
Journaliste spécialisé
Industrie & Technologie, Equipements, MRO


Les articles dans la même thématique
EasyJet va ouvrir 17 nouvelles lignes en France en 2019 EasyJet va ouvrir 17 nouvelles lignes en France en 2019
EasyJet a annoncé jeudi l'ouverture en 2019 de 17 nouvelles lignes en France, un marché clé pour la low-cost britannique. La compagnie aérienne a précisé ... Lire la suite
ANA présente son premier Airbus A380 ANA présente son premier Airbus A380
S'il est un avion qui éveille tout de suite la curiosité, c'est bien l'A380 d'All Nippon Airways. Parce qu'il s'agit du premier Airbus A380 au ... Lire la suite
Sylvain Fagot : « Rationaliser la flotte de HOP! va nous donner de la souplesse en termes de formation des mécaniciens, de logistique et de programme d'entretien » Sylvain Fagot : « Rationaliser la flotte de HOP! va nous donner de la souplesse en termes de formation des mécaniciens, de logistique et de programme d'entretien »
Alors que HOP! poursuit la rationalisation de sa flotte, sa division maintenance s'adapte à une activité en pleine transformation. Sylvain Fagot, SVP Engineering & Maintenance ... Lire la suite
13 DEC. 2018 Sécurité aérienne
Venyo monte en puissance dans la simulation Venyo monte en puissance dans la simulation
Il aura fallu presque dix ans à la société belge Venyo pour voir son projet de simulateurs fixes de Boeing 737 NG à partir de ... Lire la suite
13 DEC. 2018 Sécurité aérienne Forces armées
Une erreur humaine dans l'accident du Tigre allemand Une erreur humaine dans l'accident du Tigre allemand
C'est une erreur humaine qui serait à l'origine de l'accident de Tigre allemand qui avait coûté la vie aux deux personnels de la Bundeswehr en ... Lire la suite
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
Royal Air Maroc rejoint oneworld La réforme de l'EASA rebat les cartes dans sa relation avec les Etats
Vers une retraite anticipée pour Joon ? Accident du 737 MAX de Lion Air : un rapport d'enquête vraiment préliminaire
EasyJet confirme 17 Airbus A320neo et continue de se préparer au Brexit Le mystère de l'accident du 737 MAX de Lion Air s'épaissit
12h37 Philippe Mhun devient directeur Programmes et Services d'Airbus
09h35 Le Brésil ouvre complètement son secteur aérien aux capitaux étrangers
13/12 EasyJet va ouvrir 17 nouvelles lignes en France en 2019
13/12 ANA présente son premier Airbus A380
13/12 Sylvain Fagot : « Rationaliser la flotte de HOP! va nous donner de la souplesse en termes de formation des mécaniciens, de logistique et de programme d'entretien »
13/12 L'Eurodrone franchit l'étape de la revue de conception préliminaire
IL Y A 3 HEURES
VIRGIN GALACTIC a annoncé avoir réalisé avec succès le premier vol spatial de son SPACESHIPTWO, avec les pilotes Mark "Forger" Stucky et Frederick "CJ" Sturckow à bord, le 13 décembre. Après un allumage de 60 secondes de son moteur, le VSS Unity a atteint presque Mach 3 et un apogée de 82,7 km qui est considéré dans l'espace extra-atmosphérique par les militaires américains et la NASA, mais pas par la Fédération aéronautique internationale (FIA) qui préfère se référer à la ligne Kármán (100 km d'altitude). La compagnie prépare maintenant un quatrième vol d'essai motorisé.
IL Y A 6 HEURES
PHILIPPE MHUN a été nommé directeur des Programmes d'AIRBUS en remplacement de DIDIER EVRARD, qui part à la retraite. Il assumera ses nouvelles fonctions à partir du 1er janvier, en plus des fonctions de directeur des Services. Ayant officié chez UTA puis Air France jusqu'en 2004, date à laquelle il a rejoint AIRBUS, il était SVP et Head of Customer Services depuis 2016. Il entrera au comité exécutif du groupe.
IL Y A 21 HEURES
MIDDLE EAST AIRLINES (MEA) a signé un contrat de support à long terme de type TotalCare avec ROLLS-ROYCE pour les moteurs Trent 7000 qui équiperont sa flotte d'Airbus A330NEO. La compagnie porte-drapeau du Liban a décidé d'acquérir quatre A330-900 (et deux appareils supplémentaires en option) livrables d'ici 2021.
IL Y A 22 HEURES
MARTIN FRIIS-PETERSEN a été nommé vice-président directeur programmes MRO de MTU AERO ENGINES à compter du 1er janvier 2019. Il succède à Leo Koppers, qui prend sa retraite après 16 ans passés chez MTU. MARTIN FRIIS-PETERSEN était directeur général de MTU Maintenance Lease Services B.V. depuis 2014. Il sera remplacé à ce poste par Andrea Lübke, actuellement directeur des achats chez MTU Maintenance.
IL Y A 23 HEURES
Le groupe CS annonce avoir entamé des négociations exclusives pour le rachat de la société britannique MOLTEK CONSULTANTS pour développer ses compétences dans le domaine spatial, qui représente actuellement 20% de son chiffre d'affaires. Cette acquisition, qui pourrait être conclue au premier trimestre 2019, entre dans le cadre du plan Ambition 2021, qui vise à atteindre un chiffre d'affaires annuel de 300 millions d'euros et une marge opérationnelle de 8% en 3 ans.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

Vers une nouvelle consolidation chez les loueurs d'avions commerciaux ?
Sylvain Fagot : « Rationaliser la flotte de HOP! va nous donner de la souplesse en termes de formation des mécaniciens, de logistique et de programme d'entretien »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

© 2018 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus