Actualité aéronautique Transport aérien 48 heures d'angoisse pour un équipage Air France en Argentine (syndicat)

48 heures d'angoisse pour un équipage Air France en Argentine (syndicat)

AFP
13/11/2017 | 501 mots

Un syndicat a décrit lundi le "calvaire" vécu fin octobre par un équipage d'Air France à Buenos Aires, convoqué au tribunal et "interrogé dans des conditions bafouant les droits fondamentaux" après la plainte d'une passagère, fille d'un ancien membre du gouvernement argentin.

"A la suite d'accusations proférées par une passagère", fille d'"un ancien vice-ministre de la Justice", les 14 membres d'un équipage Air France "ont vécu 48 heures d'angoisse" à leur arrivée à Buenos Aires, un "calvaire" rapporté par le syndicat d'hôtesses et stewards SNPNC lundi sur son site Internet.

Les salariés ont été "interpellés par des forces de police, interrogés dans des conditions bafouant les droits fondamentaux, inculpés et pour certains incarcérés pour finalement être relâchés sans explications", d'après le SNPNC.

Dans une déclaration écrite à l'AFP, la direction d'Air France, "particulièrement choquée" par les événements, indique avoir "demandé aux autorités compétentes de faire la lumière sur cette affaire".

Le président de la compagnie, Jean-Marc Janaillac, "a fait connaître au ministère des Affaires étrangères son indignation quant aux conditions de convocation et de détention arbitraires dont l'équipage d'Air France a été victime", est-il précisé.

"Un silence des autorités françaises (...) pourrait être interprété comme un aveu de faiblesse et un encouragement à faire perdurer de telles pratiques", a écrit de son côté le SNPNC au ministre Jean-Yves Le Drian, dans un courrier mis en ligne.

Dans une autre lettre, destinée cette fois à l'ambassadrice d'Argentine en France, le syndicat fait un long récit de ces "événements graves" et demande l'ouverture d'une "enquête".

Le SNPNC y explique que l'équipage a d'abord refusé à la passagère d'être surclassée, faute de place, puis a accepté de la changer de siège, en vol, après qu'elle s'est plainte "d'une attitude déplacée de son voisin".

"A l'atterrissage, les services de police argentins ont immédiatement interpellé une partie de l'équipage", retenue pendant 6 heures au commissariat de l'aéroport, puis convoqué la totalité le lendemain au tribunal de Buenos Aires, selon le SNPNC.

Au palais, le chef de cabine principal a été "enfermé dans une pièce d'un mètre carré, sans possibilité de s'asseoir, ni de boire et manger et ce pendant plusieurs heures", sans "aucune explication" et alors que "deux gardes armés étaient constamment placés devant la porte", un "traitement humiliant" qui l'a "profondément bouleversé".

Il a ensuite "subi un véritable interrogatoire par le juge, mais également par l'ancien vice-ministre de la Justice, père de la plaignante", qui l'a questionné "directement et à plusieurs reprises", avant qu'il ne soit "purement et simplement relâché sans excuse ni explication".

La Newsletter et les Alertes du Journal de l'Aviation
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
Air France-KLM cherche à garder Alitalia dans SkyTeam Norwegian réaménage sa classe Premium sur les prochains 787-9
Rétrospective : l'année 2017 dans le transport aérien Quatre Dreamliner de plus pour Royal Air Maroc
Lufthansa obtient l'autorisation de l'UE pour racheter une partie des actifs d'Air Berlin Transavia signe avec Safety Line
09h12 Hausse des accidents d'avion au Canada, le gouvernement épinglé
20/02 La Patrouille de France change de leader
20/02 Qatar Airways reçoit le premier Airbus A350-1000
20/02 Court-termisme
20/02 Sikorsky commence l'assemblage final du premier HH-60W
20/02 Bombardier s'associe avec Siemens
Court-termisme
Entretien avec Todd Donovan, vice-président chargé de la Stratégie de Thales pour la gestion du trafic aérien (ATM)
Rétrospectives 2017
Les Atlantique 2 au-dessus de la mer et du désert
Focus : Les Reaper de l'armée de l'air
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus