Actualité aéronautique Transport aérien 48 heures d'angoisse pour un équipage Air France en Argentine (syndicat)

48 heures d'angoisse pour un équipage Air France en Argentine (syndicat)

AFP
Publié 13/11/2017 | 501 mots

Un syndicat a décrit lundi le "calvaire" vécu fin octobre par un équipage d'Air France à Buenos Aires, convoqué au tribunal et "interrogé dans des conditions bafouant les droits fondamentaux" après la plainte d'une passagère, fille d'un ancien membre du gouvernement argentin.

"A la suite d'accusations proférées par une passagère", fille d'"un ancien vice-ministre de la Justice", les 14 membres d'un équipage Air France "ont vécu 48 heures d'angoisse" à leur arrivée à Buenos Aires, un "calvaire" rapporté par le syndicat d'hôtesses et stewards SNPNC lundi sur son site Internet.

Les salariés ont été "interpellés par des forces de police, interrogés dans des conditions bafouant les droits fondamentaux, inculpés et pour certains incarcérés pour finalement être relâchés sans explications", d'après le SNPNC.

Dans une déclaration écrite à l'AFP, la direction d'Air France, "particulièrement choquée" par les événements, indique avoir "demandé aux autorités compétentes de faire la lumière sur cette affaire".

Le président de la compagnie, Jean-Marc Janaillac, "a fait connaître au ministère des Affaires étrangères son indignation quant aux conditions de convocation et de détention arbitraires dont l'équipage d'Air France a été victime", est-il précisé.

"Un silence des autorités françaises (...) pourrait être interprété comme un aveu de faiblesse et un encouragement à faire perdurer de telles pratiques", a écrit de son côté le SNPNC au ministre Jean-Yves Le Drian, dans un courrier mis en ligne.

Dans une autre lettre, destinée cette fois à l'ambassadrice d'Argentine en France, le syndicat fait un long récit de ces "événements graves" et demande l'ouverture d'une "enquête".

Le SNPNC y explique que l'équipage a d'abord refusé à la passagère d'être surclassée, faute de place, puis a accepté de la changer de siège, en vol, après qu'elle s'est plainte "d'une attitude déplacée de son voisin".

"A l'atterrissage, les services de police argentins ont immédiatement interpellé une partie de l'équipage", retenue pendant 6 heures au commissariat de l'aéroport, puis convoqué la totalité le lendemain au tribunal de Buenos Aires, selon le SNPNC.

Au palais, le chef de cabine principal a été "enfermé dans une pièce d'un mètre carré, sans possibilité de s'asseoir, ni de boire et manger et ce pendant plusieurs heures", sans "aucune explication" et alors que "deux gardes armés étaient constamment placés devant la porte", un "traitement humiliant" qui l'a "profondément bouleversé".

Il a ensuite "subi un véritable interrogatoire par le juge, mais également par l'ancien vice-ministre de la Justice, père de la plaignante", qui l'a questionné "directement et à plusieurs reprises", avant qu'il ne soit "purement et simplement relâché sans excuse ni explication".

Les articles dans la même thématique
0 0


... Lire la suite
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
Air Caraïbes et French bee prennent des Airbus A350 supplémentaires Le transport aérien mondial toujours sur un nuage, mais le ciel commence à s'assombrir
Wizz Air reçoit son 100e Airbus Singapore Airlines relancera son Singapour - New York sans escale en octobre
Singapore Airlines va absorber Silk Air Le renouvellement de la flotte long-courrier d'Austrian n'est pas pour maintenant
18h49 Aegean Airlines mise sur l'Airbus A320neo pour poursuivre sa croissance
18h48 Rencontre au sommet entre Airbus et Boeing
17h10 Nouveau PDG d'Air France-KLM : le comité de nomination poursuit ses travaux (Bercy)
12h18 Sans accord sur le Brexit, Airbus menace de quitter le Royaume-Uni
09h29 Livraison controversée du premier F-35 à la Turquie
09h18 Avec l'A330neo de TAP Air Portugal, Airbus introduit la nouvelle cabine Airspace
78 Alertes depuis 7 jours, 388 depuis 1 mois

Alertavia, déjà l'une des principales sources d'actualité aéronautique en langue française
IL Y A 9 HEURES
Le Groupe DUQUEINE, spécialisé dans la conception et la fabrication de pièces et sous-ensembles aéronautiques en matériaux composites annonce une réorganisation de son actionnariat et une augmentation de capital de 8 millions d'euros. Ces deux opérations sont valorisées à un montant supérieur à 35 millions d'euros. IDIA Capital Investissement, Crédit Agricole Régions Investissement et ACE Management (Aerofund III) s'associent ainsi à Gilles DUQUEINE, dirigeant fondateur, qui reste actionnaire majoritaire.
IL Y A 10 HEURES
L'IATA s'est montré inquiète vis-à-vis du processus visant à la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP), souhaitant que cette démarche vise à améliorer le parcours et l'expérience du passager ainsi que l'efficacité des compagnies aériennes, et non pas à récolter un maximum de recettes. L'IATA se réfère notamment à la possibilité que l'accord de privatisation ait une période de validité de 70 ans, « une erreur » selon elle car elle empêcherait toute flexibilité permettant de répondre aux exigences du marché qui ne peuvent être anticipées à si long terme.
IL Y A 10 HEURES
BOMBARDIER renforce son partenariat avec DAIR (Downsview Aerospace Innovation and Research Consortium) dans le but de créer un pôle aéronautique dans la zone de Downsview à Toronto. L'avionneur investira six millions de dollars canadiens sur cinq ans pour financer des activités et de nouveaux centres de recherche et de développement.
ALERTAVIA, la nouvelle plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels du secteur aéronautique et spatial.

MoM : Les armes du prochain combat entre Airbus et Boeing s'aiguisent
Derek Zimmerman (Gulfstream) : « Nous travaillons depuis plusieurs années pour l'arrivée de G500 et G600 »
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus