Actualité aéronautique Passion La dernière séance de la Patrouille de France

La dernière séance de la Patrouille de France

Marie Christophe
23/10/2017 | 1346 mots
La dernière séance de la Patrouille de France
© Marie Christophe pour Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
Assister à la « Der de la PAF », autrement dit la dernière démonstration de la Patrouille de France de l'année, c'est un peu comme accéder aux coulisses de notre rock star préférée et rencontrer l'homme et ses émotions, derrière l'artiste et son art.

Ce 18 octobre 2017 fait partie de ces journées au cours desquelles le temps s'arrête, laissant place à la prise de recul, à l'émotion et aux remerciements.

Le bilan

2600 heures de vol, 80 démonstrations, 20 défilés, 100 plateformes visitées et 10 pays traversés : les chiffres parlent d'eux-mêmes et rappellent si besoin la richesse de la saison 2017, particulièrement marquée par l'incroyable tournée américaine des Alphajets tricolores. Le lieutenant-colonel Dewas, directeur des équipes de présentation de l'armée de l'air, l'affirme : « Mesdames et messieurs, cette saison c'est notre réussite, notre fierté à tous. Nous l'avons réalisée en équipe. Athos, c'est un pour tous et tous pour un. Athos, c'est notre devise, c'est ce que nous sommes : pilotes, mécaniciens, personnels de la base aérienne, de l'armée de l'air, mais ce sont aussi des familles, nous marchons ensemble. Notre métier mesdames, messieurs, ne se résume pas à faire des démonstrations aériennes, notre métier se résume à un engagement, à servir la France. »


© Marie Christophe pour Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés

Les enseignements de la tournée américaine

En arrivant dans le hangar, on ne peut que remarquer ce gigantesque drapeau tricolore qui s'étend du sol au plafond, reflétant l'une des pratiques rapportées d'outre-Atlantique.

Si la motivation de cette tournée trouvait sa source dans l'Histoire avec le centenaire de l'entrée en guerre des Etats-Unis en 1917, elle n'était pas la seule. Le message des ambassadeurs de l'armée de l'air se voulait également être un hymne à la France, un triptyque à l'image de ses dimensions politique, militaire et industrielle. Ainsi la diplomatie, la collaboration des alliés et le savoir-faire français ont été mis à l'honneur. Cette « Der » offre l'opportunité de rappeler l'importance de cette démarche. Le lieutenant-colonel Dewas, conscient de l'impact de celle-ci, lance à ce titre un appel : « Mon Général, nous sommes prêts à repartir l'année prochaine, alors n'hésitez pas », affirme-t-il avec humour. « Nous souhaitons pouvoir faire des tournées de façon régulière tous les trois ans. Nous désirons surtout une entente collégiale entre les différents ministères et la défense pour que nous puissions porter ensemble notre industrie, nos armées et porter la vision politique de nos décideurs. »


© Marie Christophe pour Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés

Les enseignements concernent également les meetings aériens, au coeur de l'activité de la Patrouille de France. Le directeur des équipes de présentation rappelle à ce sujet que la France n'a pas à rougir de ses manifestations, qui comptent parmi les meilleures. Les nombreux organisateurs de meetings présents à cette Der ne l'étaient certainement pas par hasard. La Patrouille de France souhaite démontrer son soutien aux équipes organisatrices, malgré les difficultés financières rencontrées. La sécurisation des sites est aujourd'hui l'une des difficultés indissociables des meetings. Seules l'ingéniosité et l'innovation des instigateurs pérenniseront les événements en diminuant les coûts tout en attirant un public toujours aussi nombreux, à l'image de ce qui a été fait cette année à l'Electrobeach de Port Barcarès ou au Puy du Fou, entre autres. C'est cette vision positive, tournée vers l'action et la solution, que la Patrouille de France souhaite véhiculer en travaillant main dans la main avec les organisateurs.


© Marie Christophe pour Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés

L'hommage aux proches

Après les ultimes démonstrations en vol du Rafale Solo Display, de l'Alphajet Solo Display, de l'EVAA et de la Patrouille, la « Der » est aussi et surtout l'occasion de rendre hommage aux différents soutiens des pilotes. Ainsi, les mécaniciens et les familles ont été mis à l'honneur. Le commandant Christophe Dubois profite de ses dernières paroles de leader pour offrir à toutes les épouses des pilotes un « hashtag » personnalisé et dédié à chacune d'entre elles, en écho à leur courage en l'absence de leur moitié. Il n'hésite pas non plus à sortir des sentiers battus en réécrivant la « Dernière séance », rendue célèbre par Eddy Mitchell, comme émouvante dédicace à son équipe.


© Marie Christophe pour Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés

Le capitaine Hervé Aubert, leader solo, vivait également sa dernière journée en tant que pilote de la Patrouille de France ainsi que le capitaine William Leroy, extérieur gauche. Ce dernier, passionné d'art et possédant un incontestable talent d'écriture, a fortement ému les proches présents de ses touchantes rimes : « Je vous souhaite mes amis de faire briller cette grande dame, de prendre soin de vous, de rire aux larmes, nos armes sont nos couleurs, vos âmes sont nos valeurs. J'ai eu beaucoup de bonheur et la chance de vous avoir. Je crois qu'il est l'heure mes amis, au revoir et merci ».


© Marie Christophe pour Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés

Les nouveaux venus et prises de commandement

Si cette journée est une dernière pour certains, elle est une première pour d'autres. Le lieutenant-colonel Eric Muchery vient remplacer le commandant Debras en tant qu'adjoint au directeur des équipes de présentation de l'armée de l'air. « C'est l'aboutissement de nombreuses années dans l'armée et aujourd'hui je suis l'homme le plus heureux du monde », avoue-t-il.


© Marie Christophe pour Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés

A 34 ans, le commandant Nicolas Lieumont a également pris son commandement et devient leader de la Patrouille de France. « Tout est à faire pour moi. C'est touchant de recevoir des félicitations avant que j'aie fait quoi que ce soit. La mission dépasse les individus et je suis bien conscient de ce qui m'attend. Je suis prêt. »


© Marie Christophe pour Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés

© Marie Christophe pour Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés

Le nouveau leader a choisi le commandant Clément Racine comme futur charognard et les capitaine Julien Le Page et capitaine Michaël Jost comme intérieurs 2018.

Les sourires et les larmes envahissent des visages qui ne peuvent retenir leur émotion. S'il était une Der aujourd'hui, il sera une première demain. L'éternel recommencement pour cette Patrouille qui dessine le drapeau tricolore dans le ciel depuis 1958 et qui fêtera ses 65 ans d'existence l'an prochain. Mais pour le moment, la mélodie résonne et le soleil descend sur la BA 701 de Salon de Provence : « c'était la dernière séquence, c'était la dernière séance et le rideau sur l'écran est tombé. »


© Marie Christophe pour Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
La Newsletter et les Alertes du Journal de l'Aviation
Les articles dans la même thématique

La Patrouille de France en tournée américaine

Dans la rubrique Passion, la Rédaction vous recommande
La Cité de l'Espace a 20 ans La Ferté-Alais 2017 : petits vols pour l'Homme, grand envol pour l'Humanité
Mikaël Brageot et Mélanie Astles livrent leurs impressions sur le début de la Red Bull Air Race Le Journal de l'Aviation a fait son shopping de Noël
Nicolas Ivanoff fait voltiger le Journal de l'Aviation Championnat d'Europe de Voltige Unlimited : la France de nouveau titrée
19/01 Macron veut rassurer les Armées, avec un effort budgétaire "inédit et incomparable"
19/01 Querelle de couloirs aériens: Taïwan refuse des vols chinois
19/01 Le contrat d'Emirates pourrait épargner à Airbus de descendre à une cadence de 6 A380 par an
19/01 Le trafic en hausse de 14,9% à Nantes-Atlantique en 2017 (Vinci)
18/01 Les plannings des pilotes de Hop! partiellement retoqués en justice
18/01 Les pilotes britanniques de Ryanair acceptent une hausse de salaires
Faut-il un troisième motoriste sur le moyen-courrier ?
« La durée de vie du C-130 s'étend sur les 20 à 30 prochaines années », selon Tony Frese
Rétrospectives 2017
Les Atlantique 2 au-dessus de la mer et du désert
Focus : Les Reaper de l'armée de l'air
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus