Actualité aéronautique Défense Le gouvernement belge en quête de « clarté juridique » sur l'offre française de Rafale

Le gouvernement belge en quête de « clarté juridique » sur l'offre française de Rafale

AFP
16/10/2017 | 464 mots

Le gouvernement belge continue de "faire la clarté juridique" sur l'offre française de vente d'avions de combat Rafale pour remplacer sa flotte de F-16 américains, a déclaré lundi le Premier ministre belge Charles Michel, au côté de son homologue français Édouard Philippe.

"Une offre par voie de courrier a été adressée par la France. A ce stade, la décision et la démarche du gouvernement belge est de faire la clarté juridique sur l'état de la question", a-t-il affirmé.

Il était interrogé à Bruxelles, lors d'une conférence de presse conjointe avec Édouard Philippe, à l'occasion de la première rencontre entre les deux dirigeants depuis l'entrée en fonction du nouvel exécutif français en mai.

La Belgique doit conclure en 2018 l'achat d'un total de 34 nouveaux avions de combat afin de remplacer sa flotte de F-16 américains vieille de 40 ans, un marché estimé à 3,6 milliards d'euros. Les premières livraisons sont prévues autour de 2024.

Le Rafale du groupe français Dassault est en compétition avec le F-35 de l'américain Lockheed Martin, souvent présenté comme le favori, et le Typhoon du consortium européen Eurofighter.

Contrairement à ses concurrents, qui ont répondu début septembre à l'appel d'offres, la France a proposé que le contrat se fasse dans le cadre d'un accord d'État à État comprenant également des mesures de coopération.

Le ministre belge de la Défense Steven Vandeput (N-VA, nationalistes flamands) a récemment fustigé cette proposition, la jugeant hors cadre. Selon lui, la Belgique s'exposerait à "des poursuites judiciaires" de la part des concurrents si elle la prenait en compte.

A la question de savoir si le gouvernement belge traitait cette proposition de "façon pleine et entière", Charles Michel a simplement répondu que l'"analyse juridique" se poursuivait, refusant de donner des précisions de calendrier.

La décision finale, attendue courant 2018, doit être prise par le gouvernement de coalition (associant des libéraux francophones au centre-droit et aux nationalistes flamands) et non par le seul ministère de la Défense, comme l'avait souligné le 4 octobre M. Vandeput.

La France défend ses chances en assurant aux Belges que le choix de sa proposition "représenterait un potentiel de quelque 4 milliards d'euros de retombées économiques pour l'industrie belge d'ici 2030", a rapporté lundi matin le quotidien belge La Libre Belgique.

Les équipementiers et industriels belges de l'aéronautique qui bénéficieraient de ces retombées sont en majeure partie situés en Wallonie, dans le sud francophone du pays.

La Newsletter et les Alertes du Journal de l'Aviation
Les articles dans la même thématique
Dassault Aviation a encaissé l'acompte du Qatar pour les 12 Rafale supplémentaires
Dassault Aviation entre inquiétude, attente et confiance dans la Défense
Dassault Aviation améliore ses chiffres en 2017
Dassault Aviation promet 20 milliards d'euros de retombées à la Belgique
Dassault Aviation remarche sur ses deux pieds
La Belgique rejoint le pool MMF
Dans la rubrique Défense, la Rédaction vous recommande
Quel avion pour les forces aériennes suisses ? Thales fort sur la défense, moins sur l'espace
La France lance le programme d'avions de renseignement CUGE Les futures ailes du Gabriel
L'A400M a - encore - du plomb dans l'aile Rétrospective : l'année 2017 dans la Défense
15h10 Le délai pour la vente d'Alitalia repoussé de six mois
15h09 Lufthansa réduit sa perte nette au premier trimestre malgré l'intégration d'Air Berlin
14h42 Airbus pourrait abandonner la marque CSeries pour créer la famille A200
14h39 Vietnam Airlines : « Nous avons désormais les appareils qui nous permettent d'aller aux Etats-Unis »
12h41 Airbus envisage une nouvelle montée en cadence du programme A320
12h06 Antonov se place sur le marché SALIS
La grève, cadeau des syndicats d'Air France et de la SNCF aux compagnies low-cost en France
Vietnam Airlines : « Nous avons désormais les appareils qui nous permettent d'aller aux Etats-Unis »
Aircraft Interiors 2018
Focus Falcon 6X
Rétrospectives 2017
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus