Actualité aéronautique Défense & Sécurité Le gouvernement belge en quête de « clarté juridique » sur l'offre française de Rafale

Le gouvernement belge en quête de « clarté juridique » sur l'offre française de Rafale

AFP
16/10/2017 | 464 mots

Le gouvernement belge continue de "faire la clarté juridique" sur l'offre française de vente d'avions de combat Rafale pour remplacer sa flotte de F-16 américains, a déclaré lundi le Premier ministre belge Charles Michel, au côté de son homologue français Édouard Philippe.

"Une offre par voie de courrier a été adressée par la France. A ce stade, la décision et la démarche du gouvernement belge est de faire la clarté juridique sur l'état de la question", a-t-il affirmé.

Il était interrogé à Bruxelles, lors d'une conférence de presse conjointe avec Édouard Philippe, à l'occasion de la première rencontre entre les deux dirigeants depuis l'entrée en fonction du nouvel exécutif français en mai.

La Belgique doit conclure en 2018 l'achat d'un total de 34 nouveaux avions de combat afin de remplacer sa flotte de F-16 américains vieille de 40 ans, un marché estimé à 3,6 milliards d'euros. Les premières livraisons sont prévues autour de 2024.

Le Rafale du groupe français Dassault est en compétition avec le F-35 de l'américain Lockheed Martin, souvent présenté comme le favori, et le Typhoon du consortium européen Eurofighter.

Contrairement à ses concurrents, qui ont répondu début septembre à l'appel d'offres, la France a proposé que le contrat se fasse dans le cadre d'un accord d'État à État comprenant également des mesures de coopération.

Le ministre belge de la Défense Steven Vandeput (N-VA, nationalistes flamands) a récemment fustigé cette proposition, la jugeant hors cadre. Selon lui, la Belgique s'exposerait à "des poursuites judiciaires" de la part des concurrents si elle la prenait en compte.

A la question de savoir si le gouvernement belge traitait cette proposition de "façon pleine et entière", Charles Michel a simplement répondu que l'"analyse juridique" se poursuivait, refusant de donner des précisions de calendrier.

La décision finale, attendue courant 2018, doit être prise par le gouvernement de coalition (associant des libéraux francophones au centre-droit et aux nationalistes flamands) et non par le seul ministère de la Défense, comme l'avait souligné le 4 octobre M. Vandeput.

La France défend ses chances en assurant aux Belges que le choix de sa proposition "représenterait un potentiel de quelque 4 milliards d'euros de retombées économiques pour l'industrie belge d'ici 2030", a rapporté lundi matin le quotidien belge La Libre Belgique.

Les équipementiers et industriels belges de l'aéronautique qui bénéficieraient de ces retombées sont en majeure partie situés en Wallonie, dans le sud francophone du pays.

La Newsletter et les Alertes du Journal de l'Aviation
Les articles dans la même thématique

Dassault Aviation remarche sur ses deux pieds

La Belgique rejoint le pool MMF

Le Rafale, meilleur choix pour l'économie belge, plaide Florence Parly

Le GIE Rafale continue sa tournée des PME françaises pour le Make in India

La Belgique envoie des NH90 au Mali

Dassault et Reliance posent la première pierre de leur usine Rafale en Inde

Dans la rubrique Défense & Sécurité, la Rédaction vous recommande
Rétrospective : l'année 2017 dans la Défense Le premier C-130J français se pose à Orléans
Trois ans d'opération Chammal depuis la Jordanie En vol avec un Atlantique 2
La base de Cognac prépare l'arrivée des PC-21 Décollage du premier C-130J français
16h46 Macron veut rassurer les Armées, avec un effort budgétaire "inédit et incomparable"
13h37 Querelle de couloirs aériens: Taïwan refuse des vols chinois
08h27 Le contrat d'Emirates pourrait épargner à Airbus de descendre à une cadence de 6 A380 par an
07h17 Le trafic en hausse de 14,9% à Nantes-Atlantique en 2017 (Vinci)
18/01 Les plannings des pilotes de Hop! partiellement retoqués en justice
18/01 Les pilotes britanniques de Ryanair acceptent une hausse de salaires
Faut-il un troisième motoriste sur le moyen-courrier ?
« La durée de vie du C-130 s'étend sur les 20 à 30 prochaines années », selon Tony Frese
Rétrospectives 2017
Les Atlantique 2 au-dessus de la mer et du désert
Focus : Les Reaper de l'armée de l'air
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus