Actualité aéronautique Transport aérien La bataille des aéroports berlinois se poursuit pour Merkel

La bataille des aéroports berlinois se poursuit pour Merkel

AFP
Publié 25/09/2017 | 749 mots

L'imbroglio continue: une majorité de Berlinois ont voté dimanche pour le maintien dans leur ville de l'aéroport de Tegel, un résultat à l'allure de casse-tête pour la chancelière Angela Merkel qui n'y est a priori pas favorable.

Quelque 56,1% des habitants de la capitale se sont prononcé en ce sens lors d'un référendum d'initiative populaire, concomitant avec les élections législatives, mais dont la portée réelle reste incertaine.

Légalement, la fin de service de Tegel (TXL), situé dans le nord de la ville, devait coïncider avec l'ouverture de son successeur, l'aéroport dit BER, situé au sud. Problème: du fait de négligences voire de corruption, l'inauguration du nouvel aéroport prévue en juin 2012 n'a jamais eu lieu et aucune nouvelle date n'est fixée à ce jour, prolongeant de facto la vie du premier site.

Profitant de ces problèmes, les partisans de l'infrastructure intramuros de Tegel, en mauvais état car vétuste, ont arraché la tenue du référendum pour réclamer le maintien de l'aéroport.

Leur argument principal: le BER, même s'il ouvrait demain, serait sous-dimensionné. Rien qu'en 2017, 35 millions de passagers aériens sont attendus alors que le BER n'est prévu que pour... 22 millions de voyageurs.

Si les conséquences du référendum de dimanche sont peu claires, car il faudrait désormais un vote à la chambre fédérale des députés pour revenir sur la fermeture de Tegel, le sujet pourrait bien s'inviter dans les négociations de formation de la prochaine majorité d'Angela Merkel.

La chancelière, victorieuse des législatives de dimanche mais affaiblie, n'a qu'une solution pour gouverner: trouver un accord avec les libéraux du FDP d'une part et les Verts d'autre part.

Or, le FDP est à l'origine de ce référendum et a fait du "Oui" un de ses grands thèmes de campagne. A l'inverse les écologistes sont farouchement opposés à Tegel.

"Berlin a besoin de Tegel pour également devenir une métropole avec un poids économique", a encore expliqué jeudi le leader du FDP Christian Lindner à Bild.

Mme Merkel de son côté était restée vague sur le sujet mais a insisté sur le respect du "cadre légal" existant, et donc une fermeture.

Difficulté supplémentaire pour la chancelière: les tergiversations dans son propre camp. Initialement opposés au TXL, les démocrates-chrétiens de la CDU de Berlin ont finalement, au gré des sondages, basculé vers le "Oui".

- Recours juridiques ? -

Et le ministre allemand des Transports Alexander Dobrindt, membre de la famille politique d'Angela Merkel, a aussi récemment changé son fusil d'épaule, estimant que "les capitales avec deux aéroports n'étaient pas rares".

Le résultat constitue dans l'immédiat une humiliation pour la municipalité de gauche à Berlin, qui militait pour une fermeture malgré les déboires du BER.

Déjà en 2014, la ville avait déjà dû renoncer à un vaste projet immobilier sur le site d'un autre aérodrome, celui de Tempelhof. Par référendum, ce haut lieu du ravitaillement de Berlin durant le blocus de 1948-49 est devenu un parc.

Toutefois, les recours juridiques pourraient permettre aux opposants à Tegel d'avoir gain de cause au final.

Car qu'adviendra-t-il des quelque 300.000 habitants subissant quotidiennement les survols de leur habitation et qui, avec la fin programmée de Tegel, espéraient la disparition des nuisances sonores? Ils pourraient se porter devant la justice pour exiger des compensations et l'installation de portiques anti-bruit, extrêmement coûteux.

Quant aux juristes, eux-mêmes doutent de la possibilité de prolonger la durée de vie de Tegel qui impliquerait la modification des législations régionales et nationales.

Enfin, sa rénovation coûterait au minimum un milliard d'euros que la ville de Berlin n'a pas, d'autant que le BER s'est avéré être un gouffre financier de six milliards d'euros, bien loin du 1,7 milliard initialement calculé.

En attendant, les partisans de Tegel peuvent se satisfaire que ce morceau d'histoire reste encore un peu. Principale porte de sortie de l'île qu'était Berlin-Ouest dans l'espace soviétique, les Berlinois y sont encore attachés.

Les articles dans la même thématique
20 NOV. 2018 Compagnies aériennes low cost
EasyJet confirme 17 Airbus A320neo et continue de se préparer au Brexit EasyJet confirme 17 Airbus A320neo et continue de se préparer au Brexit
Lors de la présentation de ses résultats annuels le 20 novembre, easyJet a également révélé les derniers aménagements auxquels elle avait procédé dans son carnet ... Lire la suite
Jeju Air commande une cinquantaine de Boeing 737 MAX Jeju Air commande une cinquantaine de Boeing 737 MAX
Jeju Air a décidé de moderniser sa flotte. La low-cost sud-coréenne a annoncé le 19 novembre qu'elle avait conclu un accord avec Boeing pour acquérir ... Lire la suite
Garuda prend le contrôle du groupe Sriwijaya
Garuda renforce sa position sur son marché. Le groupe indonésien a signé un accord avec le groupe Sriwijaya pour que les opérations de Citilink, Sriwijaya et Nam Air soient réalisées de façon conjointe sous la ... Lire la suite
Le mystère de l'accident du 737 MAX de Lion Air s'épaissit Le mystère de l'accident du 737 MAX de Lion Air s'épaissit
L'enquête sur l'accident du Boeing 737 MAX de Lion Air ne fait que démarrer, mais déjà une multitude d'informations ont commencé à circuler seulement 48 ... Lire la suite
SkyTeam perd China Southern SkyTeam perd China Southern
L'empreinte de SkyTeam en Chine va s'atténuer. Onze ans après son integration en 2007, China Southern a décidé de quitter l'alliance, considérant que son appartenance ... Lire la suite
Dans la rubrique Transport aérien, la Rédaction vous recommande
Le mystère de l'accident du 737 MAX de Lion Air s'épaissit SkyTeam perd China Southern
Nir Dagan : « D'ici un an et demi, Arkia passera d'une flotte de zéro à cinq Airbus » Icelandair rachète Wow Air
Un Boeing 737 MAX 8 de Lion Air s'abîme en mer de Java Royal Air Maroc se prépare à accueillir deux nouveaux types d'appareils
17h45 Airbus salue les avancées du programme SCAF
17h41 Belfast, première touchée par les suppressions de postes chez Bombardier
17h37 Hop! va sortir ses turbopropulseurs de sa flotte d'ici l'été 2020
11h17 Boeing assemble le fuselage du premier 777X d'essais en vol
10h49 Les études de démonstrateurs pour le SCAF seront lancées en 2019
20/11 Bouleversement en vue dans le monde des constructeurs d'avions régionaux
IL Y A 2 HEURES
BOMBARDIER annonce la suppression de 490 emplois sur son site Belfast, soit 12 % de ses salariés en (...)
IL Y A 3 HEURES
Le premier NH90 Sea Lion destiné à la marine allemande a achevé la phase de qualification au sol (...)
IL Y A 6 HEURES
LUXAIR a choisi l'huile turbine Turbonycoil 600 de NYCO pour sa flotte de Boeing 737NG et Bombardier Q400. (...)
IL Y A 8 HEURES
AIRBUS GROUP annonce la nomination de MICHAEL SCHOLLHORN au poste de Directeur des opérations d'Airbus Commercial Aircraft. L'actuel (...)
IL Y A 8 HEURES
BOEING annonce que le premier 777X destiné aux essais en vol a été assemblé, la phase de jonction (...)
ALERTAVIA, la nouvelle plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels du secteur aéronautique et spatial.

Bouleversement en vue dans le monde des constructeurs d'avions régionaux
Olivier Le Merrer (Safran Helicopter Engines) : « Ce n'est que le début d'une aventure »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

© 2018 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus