Actualité aéronautique La sonde Cassini s'apprête à effectuer son plongeon final vers Saturne
Espace

Mission

La sonde Cassini s'apprête à effectuer son plongeon final vers Saturne

AFP
13/09/2017 | 814 mots

Les heures sont comptées pour la sonde américaine Cassini dont le plongeon final vendredi dans l'atmosphère de Saturne mettra fin à une fructueuse mission de treize ans qui a bouleversé les connaissances sur la planète géante gazeuse.

"Cassini-Huygens est une mission extraordinaire qui a révolutionné notre compréhension des confins de notre système solaire", explique Alexander Hayes, professeur d'astronomie à l'Université Cornell de New York.

Au cours de près de 300 orbites autour de Saturne, Cassini a permis de faire d'importantes découvertes: les mers de méthane liquide sur Titan, son plus grand satellite naturel, et l'existence d'un vaste océan d'eau salée sous la surface glacée d'Encelade, une petite lune saturnienne.

Les données recueillies par le spectromètre à bord de Cassini en traversant un panache de vapeur au pôle sud d'Encelade, a montré la présence d'hydrogène jaillissant de fissures dans la couche de glace.

Cet hydrogène révèle une activité hydrothermale propice à l'existence de la vie, avaient expliqué les scientifiques en annonçant cette découverte au mois d'avril.

Cassini, une sonde de 2,5 tonnes lancée en 1997 et dotée de douze instruments, a amorcé le 22 avril la première manoeuvre qui la fera plonger dans l'atmosphère de Saturne le 15 septembre.

Pour ce faire, le vaisseau s'est approché de Titan, bénéficiant de la poussée gravitationnelle de cette lune, pour se mettre en orbite entre les anneaux de Saturne et le haut de sa couche nuageuse, explorant pour la première fois cet espace vide de 2.700 kilomètres.

- Baiser d'adieu -

Cassini a survolé une dernière fois Titan le 12 septembre et devait transmettre mercredi les images et données scientifiques recueillies pendant ce survol rapproché.

Un dernier "baiser d'adieu" selon les termes des ingénieurs de la Nasa qui profiteront de cette dernière communication pour s'assurer que le vaisseau est bien sur la trajectoire qui le fera plonger dans l'atmosphère de la géante gazeuse.

"Cassini a connu de nombreuses premières scientifiques et cela va continuer car les instruments recueilleront des échantillons de l'atmosphère de Saturne jusqu'à la dernière seconde", explique Linda Spilker, la principale scientifique de cette mission au "Jet Propulsion Laboratory" (JPL) de la Nasa en Californie.

"La sonde transmettra des données en temps quasiment réel durant le plongeon dans l'atmosphère ce qui est sans précédent pour Saturne", précise-t-elle.

Cassini devrait perdre le contact radio avec la Terre une ou deux minutes après le début de sa descente durant laquelle dix de ses douze instruments fonctionneront, dont le spectromètre, pour analyser la composition de l'atmosphère.

Ces informations pourraient aider à comprendre la formation et l'évolution de la planète.

Jeudi, la veille de sa descente finale, d'autres instruments effectueront des observations détaillées des aurores boréales, des températures et des tourbillons aux pôles de Saturne.

- Le grand final -

Les dernières manoeuvres débuteront à 8:37 GMT vendredi. Cassini entrera dans l'atmosphère de Saturne à 11:53 GMT avec ses antennes orientées vers la Terre et ses moteurs à plein régime pour maintenir sa trajectoire.

Une minute plus tard, à 1.510 kilomètres au-dessus de la couche nuageuse, les communications s'arrêteront et peu après Cassini commencera à se désintégrer, prédit la Nasa.

"Ce grand final représente la culmination d'un programme de sept ans pour utiliser le carburant restant dans le vaisseau de la manière la plus productive scientifiquement", explique Earl Maize, responsable du projet Cassini au JPL.

"En précipitant Cassini dans l'atmosphère de Saturne on évite tout risque que le vaisseau aille s'écraser sur l'une des lunes de Saturne où la vie pourrait exister --comme Encelade-- les préservant de toute contamination", précise-t-il.

La mission est une coopération entre la Nasa, l'Agence spatiale européenne (ESA) et l'agence italienne, ces deux dernières ont construit la sonde Huygens transportée par Cassini dont elle s'est séparée en décembre 2004 pour aller se poser sur Titan.

La mission Cassini-Huygen a coûté 3,26 milliards de dollars, lancement compris. Les Etats-Unis ont contribué à hauteur de 2,6 milliards de dollars, l'ESA, 500 millions et l'Italie 160 millions.

Giovanni Cassini était un astronome italien du 17e siècle qui a découvert quatre lunes de Saturne. Christiaan Huygens, son contemporain, était un mathématicien hollandais qui a déterminé que Saturne avait des anneaux. Il a aussi observé Titan pour la première fois.

 
La Newsletter et les Alertes du Journal de l'Aviation
Les articles dans la même thématique

Cassini a tiré sa révérence, concluant 13 ans d'exploration fructueuse de Saturne

Cassini proche de conclure 13 ans d'exploration fructueuse de Saturne

La future Ariane 6 consacrée par un premier contrat de lancement de satellites

Lockheed Martin et la NASA mettent Orion sous tension

Avec le TDRS-M, la NASA aide les astronaute à communiquer

Nouvelle application en Inde pour Sentinel-1

Trois spationautes russe, italien et américain en route pour l'ISS

Trump fixe de grandes ambitions spatiales mais offre peu de détails

A lire dans la même rubrique
Airbus DS va réaliser une deuxième capsule d'Orion pour la NASA
Ariane 6 franchit avec succès la première phase de conception
Virgin Galactic offre une nouvelle vie au Boeing 747
 
La FAA octroie une licence au SpaceShipTwo de Virgin Galactic
Début de la campagne d'essais à feu du moteur Vinci d'Ariane 6 en Allemagne
Airbus Safran Launchers signe le contrat Ariane 6
20/09 Annulations : Ryanair fournit un vol de rechange à la moitié des clients
20/09 Chine : le programme spatial pour Mars "en bonne voie"
20/09 L'US Air Force choisit le pod Legion pour ses F-15C
20/09 United et Delta préparent leurs adieux au Boeing 747
20/09 Airbus inaugure son centre de complétion A330 en Chine et livre son 1er appareil à Tianjin Airlines
20/09 Chine et Russie s'entendent sur les moteurs du futur C929
ASSITANT(E) AGENT D'OPÉRATIONS AÉRIENNES BILINGUE (H/F)
AU BOULOT
CALCUL TUYAUTERIE (H/F)
B.E.C. GROUPE
RESPONSABLE ACHATS LOGISTIQUE (H/F)
AEROTECH PRO
AERONAUTIC ENGINEER (H/F)
ALTEN
INGÉNIEUR MAINTENANCE AÉRONAUTIQUE (H/F)
AIR CARAIBES ATLANTIQUE
INGÉNIEUR FIABILISTE (H/F)
EURHEA
COMMERCIAL FRANCE / EXPORT (H/F)
AMETEK
INGÉNIEUR(E) ELECTRONIQUE QUALITÉ FOURNISSEURS - MÉRU (H/F)
Thales Avionics Electrical Systems S.A.S.
© 2017 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus