Se connecter      Rechercher un article      Newsletter      Alertavia      S'ABONNER
À la Une  |  ALERTAVIA  |  Industrie  |  Transport aérien  |  MRO & Support  |  Interiors & PaxExp  |  Aviation & Environnement  |  Passion  |  Agenda  |  Emploi    EN
 
Actualité aéronautique Passion Championnats de voltige 2017 : de Niort à Malelane

Championnats de voltige 2017 : de Niort à Malelane

Propos recueillis par Marie Christophe
07 SEPT. 2017 | 1548 mots
Championnats de voltige 2017 : de Niort à Malelane
De gauche à droite : Benoît Merieau, Willy Gruhier, Pierre Varloteaux et Alexis Busque © EVAA et © Aurélien Durigneux
A quelques jours du début des championnats du monde de voltige à Malelane en Afrique du Sud (9-17 septembre), Alexis Busque, Willy Gruhier, Benoît Mérieau et Pierre Varloteaux nous font part de leurs vécus et ressentis. Interview croisée entre pilotes et juges.

Quel a été le constat général à Niort ?

W.G : Dans les grandes lignes, c'est tout de même un constat que tous les ans le niveau monte encore, tous les ans il y a de très bons pilotes. C'est encore plus impressionnant cette année : les douze premiers pourraient tous être techniquement champions du monde. Côté jury, nous avons donc mis en toute objectivité des notes très élevées, considérant le niveau.

P.V. : Nous avons vu de belles batailles sportives. Il y avait beaucoup de concurrents, 45 concurrents c'est quasiment un championnat d'Europe ! Sauf qu'un championnat d'Europe dure 5 jours, il a donc vraiment fallu être efficace, et pour les pilotes, qui ont fait un vol par jour, et pour les dix juges et assistants.

Comment expliquer que le niveau soit aussi élevé ?

W.G : Le savoir se répand beaucoup plus qu'avant. C'est toujours aussi difficile de s'entraîner mais, malgré tout, tout le monde y arrive. La qualité d'entraînement est élevée : le savoir circule en amont, les vols se font la plupart du temps avec un entraîneur et le débriefing vidéo ainsi que les moyens d'analyse en aval permettent vraiment des entraînements de qualité. Ce qui est impressionnant, c'est que les pilotes sont bons mais sont surtout très nombreux à atteindre un niveau très élevé.

P.V : La discipline est en pleine croissance, la France a toujours été leader avec les Russes et quelques grosses nations, c'est très dynamique. Ca commence par des compétitions de type biplace comme les Cap 10 qu'on va retrouver dans pas mal de clubs. Les candidats progressent sur ces machines et doivent se qualifier pour les étapes supérieures, ce qui n'arrive pas dans d'autres pays où ils peuvent se retrouver en compétitions internationales alors qu'ils ne sont pas au niveau tout simplement. En France, si on ne passe pas les différents niveaux de présélection, on ne peut pas aller plus loin.

Quel était votre état d'esprit à Niort ?

A.B : J'y suis allé avec l'état d'esprit libéré puisque ma sélection en équipe de France n'était pas conditionnée par mes vols. Donc c'était bien de pouvoir se lâcher un peu plus au niveau des vols.

W.G : Le championnat de France cette année n'était pas l'élément majoritaire de la sélection équipe de France, donc le stress était moins important pour les pilotes, il ne concernait qu'un individu ou deux, mais de façon générale c'était plus détendu que les autres années. Pour nous juges, c'était une reprise, puisque c'était la première fois qu'on notait depuis le début de l'année.

Comment s'est déroulé le championnat ?

A.B. : Le premier, le vol connu, se passe très bien, impeccable avec une bonne moyenne. Après j'ai un deuxième vol avec une moyenne plus faible. Et au troisième vol, j'ai inversé deux figures et je prends un zéro. De façon générale, mon résultat n'est pas terrible, mais ça vole bien.

B.M : Malheureusement le championnat de France monoplace à Niort, qui était mon premier championnat de France, ne s'est pas bien passé. On a volé le programme connu libre, nous étions 20 pilotes dans la catégorie National 1. Après le 1er vol, j'étais 7ème, c'était très serré mais c'était un vol correct, sans plus. Au 1er inconnu libre, j'ai fait une erreur, j'ai eu un zéro sur une figure mais beaucoup de pilotes ont eu un zéro voire deux donc j'étais toujours dans la course. Mais au deuxième vol, j'ai malheureusement eu deux pénalités de basse hauteur qui coûtaient chacune deux cents points, donc j'ai perdu à peu près 400 points sur des programmes qui en valent 3000 environ. J'ai donc perdu toute chance d'être dans les six premiers pour espérer avoir une place en équipe de France.

P.V : Les épreuves se sont déroulées du lundi au vendredi. Nous avons constaté un gros niveau en unlimited, Louis Vanel a été extrêmement régulier, Alexandre Orlowski a mis un peu plus de temps à entrer en compétition en prenant du retard sur son premier vol, qu'il a su bien rattraper en arrivant finalement second. Mika Brageot quant à lui a été bien régulier également. Côté advanced, Bastien Leroux, qui est techniquement très fort mais n'avait pas pu se qualifier l'an passé en équipe de France, est arrivé très décidé et cela a bien fonctionné. Les autres résultats suivent avec une équipe Advanced qui va être assez renouvelée cette année. En excellence, ils ont été quatre à avoir 70% des points, donc à pouvoir prétendre intégrer le niveau Unlimited.

La gestion du stress en compétition, toujours en cause ?

A.B. : Je ne suis pas quelqu'un qui stresse énormément, et il faudrait peut-être d'ailleurs que j'en ai un peu plus. C'est peut-être aussi un problème de concentration.

B.M : Pour moi, c'est surtout de savoir gérer l'énergie. L'avion que j'utilise, je ne le maîtrise pas encore complètement. Même si c'est un monoplace avec un gros moteur, cela veut pas dire qu'on peut faire n'importe quoi et tirer comme un fou furieux sur le manche. Pour moi le fait d'avoir démarré avec le planeur est un atout, mais que je n'ai pas encore complètement transformé. Même si le facteur chance joue beaucoup en compétition, il faut que je sois encore plus carré dans la préparation. Il faut se lever tôt avant de gagner !

P.V : A chaque compétition, on voit que certains concurrents oublient une voire deux figures de leur programme et ne s'en rendent pas forcément compte. Ils continuent leur enchaînement, ce qui fait deux zéros au programme et ça coûte rapidement pas mal de places.
Côté juges, au bout du 40ème candidat de la journée, il faut rester très concentré.
Ce qu'il est important de voir aussi, c'est la solidarité malgré les enjeux et la pression. C'est quand même un sport solidaire où l'on peut voir un compétiteur prêter son avion à un autre en cas de panne technique.

Quelles sont les leçons à tirer du championnat de France à Niort ?

A.B. : On apprend toujours de ses erreurs. Si c'était à refaire et avec le recul, je ferais peut-être plus de préparation. Je vais mettre tout ça en oeuvre pour les championnats du monde.

B.M : La conclusion est à la fois négative et positive. J'ai appris que j'étais capable de me mettre dans le rouge assez rapidement, en tout cas de ne pas me mobiliser suffisamment, peut-être de mettre trop de concentration sur certaines parties du pilotage de l'avion, qui n'était pas très efficace d'ailleurs, et d'en oublier certaines règles sur le conditionnement dans le box. Le positif, c'est que c'était ma première année, donc tout est encore possible.

P.V : Pour moi, c'est un très bon cru, l'organisation a été très bonne également. Dans l'ensemble, il n'y a pas de surprise. Ce qui compte, c'est la régularité. Et quelqu'un qui a été régulier, comme Louis Vanel, remporte le championnat.

Quelles sont vos pronostics pour l'Afrique du Sud ?

A.B. : C'est ma première sélection en tant que titulaire en équipe de France, donc je vais essayer de faire du résultat, de ne pas faire de zéro. Avoir des résultats au sein de l'équipe de France et au niveau international, ce serait intéressant.

W.G. : Il y a un très bon niveau et de fortes chances pour qu'il y ait un très bon résultat en Afrique du Sud. Après, on ne sait jamais ce qu'ont fait les autres, ce n'est parce qu'on a un très bon niveau que tout est forcément gagné d'avance. Les Français restent favoris dans l'idée, mais le travail reste à faire. Le convoyage des avions a aussi pénalisé l'entraînement des pilotes, cela va donc jouer.

B.M : La France a un très très bon niveau, avoir un niveau correct à l'échelle nationale implique donc un bon niveau à l'international. C'est bien d'être dans un pays où il y a toute cette dynamique et des formateurs de bon niveau. C'est sûr que cette année encore, il va y avoir de bons résultats.

P.V : Les championnats de Niort ont été un très bon entraînement pour les championnats du monde à venir. Hâte de découvrir les résultats.
Capitaine Alexis Busque : Pilote, pilote de chasse, compétiteur international et présentateur en meeting. Pilote au sein de l'Equipe de Voltige de l'Armée de l'Air (EVAA) depuis 2011

Benoît Merieau : Pilote de voltige planeur et avion, champion du monde de voltige planeur, présentateur au Bourget 2017

Willy Gruhier : pilote et instructeur de voltige aérienne, juge depuis 13 ans

Capitaine Pierre Varloteaux : Commandant de l'EVAA, pilote de chasse, compétiteur international, juge fédéral et international, délégué FAI, présentateur en meeting.
Sur le même thème
Les derniers articles Passion
25 SEPT. 2020
La Fête de l'Aviation commence demain
La covid-19 n'empêchera pas les passionnés de célébrer l'aviation. C'est ce que veut montrer la Fête de l'Aviation, qui se déroulera sur trois jours à partir du 26 ...
18 SEPT. 2020
L'Aéro-Club de France reporte sa Journée du patrimoine mais maintient son Grand prix
L'Aéro-Club de France voulait modifier le format de son Grand prix du patrimoine, en consacrant une journée entière au patrimoine aéronautique. Mais ce n'était pas la bonne année. ...
15 JUIL. 2020
Pour sa 3e édition, Air Legend célèbre les batailles de France et d'Angleterre avec des avions d'exception
Pour sa troisième édition, Air Legend a choisi d'organiser son meeting aérien autour de deux thèmes : la célébration des 80 ans de la bataille de France et ...
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
Meeting de Paris-Villaroche Air Legend édition 2019 : de la magie transsonique avec le F-86 E Sabre et Frédéric Akary WAC 2019 : Aude Lemordant et Louis Vanel sur la première marche du podium et la France sacrée championne du monde de voltige aérienne par équipe
Elles bougent : La passion à portée d'Elles Dans les coulisses du Rafale Solo Display
Le Fana de l'Aviation revient sur les 50 ans d'Airbus dans son dernier hors-série Une vente aux enchères exceptionnelle pour célébrer le premier vol du Concorde
Joyeux anniversaire F-WTSS : Les rendez-vous incontournables des 1er, 2 et 3 mars Jean-Emile Rouaux : « Air France a choisi la Fédération Française de Vol en Planeur pour former ses futurs cadets »
IL Y A 13 HEURES
L'Aéroclub de Camargue volera sur Sonaca 200 NG
IL Y A 13 HEURES
Lourdes pertes pour TAP Air Portugal au 1er semestre
IL Y A 13 HEURES
Les 13000 pilotes de United Airlines gardent pour l'instant leur emploi
IL Y A 14 HEURES
L'avenir du transport aérien sera « low-cost »
IL Y A 16 HEURES
Vers une fin d'année plus mauvaise que prévu pour le transport aérien
L'avenir du transport aérien sera « low-cost »
Pendant la crise, IPECA reste en première ligne pour accompagner les salariés de l'aéronautique
Les articles les plus lus
L'Airbus A321P2F commence à voir grand
Rolls-Royce, futur talon d'Achille d'Airbus ?
L'ATR 72-600F a pris son envol
Rétrospective : l'été aéronautique en France
Le gouvernement pourrait revoir le calendrier de sa commande de 30 Rafale avec Dassault
Espace partenaires
Les nouveaux défis liés au stockage et au démantèlement d'avions commerciaux
Contribution de Carolina Göthberg, Associée fondateur de KAIRN Strategy Consulting
 
Cybersécurité : l'industrie aéronautique est particulièrement vulnérable par ces temps de crise
Par David Luponis, Associé Cybersécurité Mazars
 
Quelques réflexions sur le Big (Bang) Data dans le secteur aéronautique au regard du droit
Contribution de Jean-Jacques LE PEN, Associé fondateur du Cabinet LPLG AVOCATS
 
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2020 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT