Actualité aéronautique Passion La Cité de l'Espace a 20 ans
Interview

La Cité de l'Espace a 20 ans

Propos recueillis par Marie Christophe
Publié 17/08/2017 | 1157 mots
La Cité de l'Espace a 20 ans
© Cité de l'Espace
La Cité de l'Espace a soufflé sa vingtaine de bougies. Du 16 au 20 octobre prochain aura lieu le plus grand rassemblement d'astronautes au monde qui s'achèvera par une journée anniversaire accessible au grand public. En attendant de célébrer cet événement, nous avons échangé avec son directeur, Jean-Baptiste Desbois.

Quelle était l'ambition de départ à la création de La Cité de L'Espace ?

La Cité de L'Espace est née en juin 1997. La phase préalable a été la conjonction d'une ville, qui est Toulouse, avec des industriels tels que le CNES, Airbus Defense & Space et Météo France, qui avaient besoin d'un site pour faire découvrir leurs salles blanches, leurs projets industriels et leurs métiers. Il faut rappeler que Toulouse, capitale européenne de l'espace, rassemble 25% des emplois du spatial, et qu'elle est également la capitale mondiale de l'aviation.
La ville et les acteurs de la filière ont donc conduit à la création de la Cité de l'Espace comme un outil éducatif, pour les jeunes, pour le grand public, afin de répondre à des questions comme « pourquoi partir en mission, pourquoi des fusées, comment ça marche, comment on part vers les missions lointaines ? »

A qui est-elle destinée ?

Nous nous adressons aux passionnés mais aussi et surtout aux curieux qui ont envie de découvrir l'espace. Nos présentations sont très accessibles, chacun peut venir quelles que soient ses connaissances à la Cité de l'Espace, avec une question, deux ou plus et repart avec les réponses. Pas besoin d'être astrophysicien ou passionné pour avoir envie de comprendre le ciel.

Nous organisons également des événements pour les entreprises, c'est intéressant pour nous car nous présentons un cadre unique mais c'est également la possibilité d'attirer un public qui ne serait peut-être pas venu.

Est-ce une façon de rendre l'espace plus accessible ?

L'espace fait rêver et nous mettons tout en oeuvre pour pouvoir toucher du doigt ce rêve. Par exemple, en journée le public peut regarder le ciel à travers notre télescope et y apercevoir Jupiter.
L'espace n'est pas accessible au commun des mortels, mais cela engendre le rêve grâce aux hommes qui y sont allés, et ceux qui s'y préparent. Il y a aussi les robots qui sont sur Mars, des sondes qui tournent autour de Jupiter, d'autres qui se posent sur une comète comme Philae.
L'espace c'est aussi de la métaphysique : d'où nous venons, qui nous sommes. Je pense à la fameuse phrase d'Hubert Reeves : « nous sommes tous poussières d'étoiles ». L'espace peut aussi nous faire comprendre nos origines, c'est pour cela qu'il est important de s'y intéresser. Pas besoin d'être astrophysicien ou ingénieur pour se poser ces questions, être curieux et chercher à comprendre.

Avez-vous constaté une augmentation de fréquentation depuis la mission de Thomas Pesquet ?

Nous avons constaté l'impact de la mission de Thomas Pesquet et le surcroît de public que cela a engendré au sein du musée. Je pense que cet effet va perdurer. Cela fait huit ans que la France n'avait pas eu d'astronaute dans l'espace, c'est donc une génération. Ensuite il y a de très belles missions qui arrivent, un nouveau télescope spatial, une mission martienne en 2020, Ariane 6 en 2020 également. C'est notre rôle d'être attractif et prêt pour ce genre d'événement. Nous connaissions Thomas Pesquet depuis longtemps, il était venu à la Cité de l'Espace en 2009. « L'effet Thomas » est là, mais aussi parce que toute une équipe travaille au service de la Cité.

Quelle est la part du public en provenance de l'étranger par rapport au public français ?

Nous recevons 15% de public en provenance de l'étranger. Nous sommes à 37% de public « grande région », c'est-à-dire pour lequel la Cité est accessible avec un aller-retour dans la journée, et sur 48% environ de public national. Côté croissance, les proportions restent à peu près les mêmes, même si nous constatons un peu plus d'évolution côtés national et étranger.
Tout est accessible en français, anglais, espagnol et en langue des signes également. Nous avons les quatre labels accessibilité : auditif, mental, moteur et visuel.

Comment réussissez-vous à intéresser un large public ?

Notre coeur de métier est la médiation scientifique, c'est-à-dire la façon de partager, de vulgariser au sens noble du terme pour rendre accessible. Nous mettons en oeuvre tous les moyens possibles et adaptés en fonction de ce que l'on souhaite faire partager au public : cela peut être des moyens vidéo, des cartes donc des textes, des spectacles avec des salles IMAX ou le planétarium, des moyens immersifs comme expérimenter la marche sur la lune ou regarder le ciel avec un télescope.
Nous organisons également des événements, nous y tenons beaucoup. Lorsque Thomas est parti nous avions plus de 6 000 personnes présentes, dont des astronautes, avec des animations interactives sur place, un envoyé spécial faisait aussi un retour en direct depuis Baïkonour. Nous avons organisé la même chose pour son retour.
En fait, pour rendre l'espace accessible, nous le rendons vivant. L'exposition temporaire « Astronautes » que nous avons actuellement a démarré trois semaines avant le départ de Thomas Pesquet, le 20 octobre 2016, pour préparer le public au lancement de Thomas, et cette exposition continue jusqu'à l'été 2018. Le coeur de l'exposition propose des animations avec l'intervention de treize astronautes de huit pays différents qui répondent sous forme de jeux ou de vidéos à des questions concernant le fonctionnement de l'apesanteur, la nécessité de faire du sport, la façon de dormir dans l'espace. La partie centrale de l'exposition est un grand système d'animation interactif où l'on propose au public de jouer en famille ou entre amis sur différentes problématiques du monde de l'espace ; par exemple, pourquoi les astronautes ont des problèmes de coordination dans l'espace au début de leur mission ou comment le goût est modifié.

Quels sont vos futurs projets pour la Cité ?

Aujourd'hui nous avons trois projets. Il y a la refonte du planétarium, après douze ans d'exploitation, qui a réouvert le 5 juillet. Nous aurons donc à la Cité de l'Espace deux planétariums, un de près de 300 places et un autre de 130 places, ce qui est l'une des plus belles offres à l'échelle mondiale.
En 2019, nous referons la salle IMAX de 300 places où nous allons faire évoluer la technologie pour renouveler l'aspect spectaculaire et immersif. Et, dans les trois ans à venir, nous allons installer un simulateur de vol spatial.


© Cité de l'Espace
Les articles dans la même thématique
Le Mirage 2000N, trente ans d'opérations au service de la dissuasion nucléaire française

Le Mirage 2000N, trente ans d'opérations au service de la dissuasion nucléaire française


Le Mirage 2000N, « un avion assez classique, avec un missile novateur qui a su traverser les âges », selon un spécialiste de l'aviation militaire, ... Lire la suite
05 JUIN 2018 Meetings aériens
Lorient se prépare au Naval Air Show

Lorient se prépare au Naval Air Show


Alors que la flottille 4F, qui vole sur E-2C Hawkeye fêtera son centenaire le 9 juin, la base aéronavale de Lann-Bihoué ouvrira ses portes le ... Lire la suite
15 MAI 2018 Meetings aériens
Dernière ligne droite pour le meeting de la Ferté-Alais

Dernière ligne droite pour le meeting de la Ferté-Alais


J-4 avant le traditionnel meeting de la Ferté Alais. La 46ème édition du temps des hélices se tiendra les 19 et 20 mai prochain sur ... Lire la suite
15 MAI 2018 Meetings aériens
Une première pour les ambassadeurs de l'armée de l'air

Une première pour les ambassadeurs de l'armée de l'air


La tradition de la « Première » de la Patrouille de France s'est enrichie cette année, avec la participation de l'ensemble des ambassadeurs de l'armée ... Lire la suite
17 AVR. 2018 Passion

La « première » de la PAF se transforme en « première » des ambassadeurs de l'armée de l'air


La première représentation de la Patrouille de France, qui se tiendra le 9 mai prochain sur la BA 701 de Salon de Provence, pourrait prendre cette année une dimension plus « politique » que les ... Lire la suite
Dans la rubrique Passion, la Rédaction vous recommande
La Cité de l'Espace a 20 ans La Ferté-Alais 2017 : petits vols pour l'Homme, grand envol pour l'Humanité
Mikaël Brageot et Mélanie Astles livrent leurs impressions sur le début de la Red Bull Air Race Le Journal de l'Aviation a fait son shopping de Noël
Nicolas Ivanoff fait voltiger le Journal de l'Aviation Championnat d'Europe de Voltige Unlimited : la France de nouveau titrée
22/06 Aegean Airlines mise sur l'Airbus A320neo pour poursuivre sa croissance
22/06 Rencontre au sommet entre Airbus et Boeing
22/06 Nouveau PDG d'Air France-KLM : le comité de nomination poursuit ses travaux (Bercy)
22/06 Sans accord sur le Brexit, Airbus menace de quitter le Royaume-Uni
22/06 Livraison controversée du premier F-35 à la Turquie
22/06 Avec l'A330neo de TAP Air Portugal, Airbus introduit la nouvelle cabine Airspace
78 Alertes depuis 7 jours, 388 depuis 1 mois

Alertavia, déjà l'une des principales sources d'actualité aéronautique en langue française
22 JUIN 2018
Le Groupe DUQUEINE, spécialisé dans la conception et la fabrication de pièces et sous-ensembles aéronautiques en matériaux composites annonce une réorganisation de son actionnariat et une augmentation de capital de 8 millions d'euros. Ces deux opérations sont valorisées à un montant supérieur à 35 millions d'euros. IDIA Capital Investissement, Crédit Agricole Régions Investissement et ACE Management (Aerofund III) s'associent ainsi à Gilles DUQUEINE, dirigeant fondateur, qui reste actionnaire majoritaire.
22 JUIN 2018
L'IATA s'est montré inquiète vis-à-vis du processus visant à la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP), souhaitant que cette démarche vise à améliorer le parcours et l'expérience du passager ainsi que l'efficacité des compagnies aériennes, et non pas à récolter un maximum de recettes. L'IATA se réfère notamment à la possibilité que l'accord de privatisation ait une période de validité de 70 ans, « une erreur » selon elle car elle empêcherait toute flexibilité permettant de répondre aux exigences du marché qui ne peuvent être anticipées à si long terme.
22 JUIN 2018
BOMBARDIER renforce son partenariat avec DAIR (Downsview Aerospace Innovation and Research Consortium) dans le but de créer un pôle aéronautique dans la zone de Downsview à Toronto. L'avionneur investira six millions de dollars canadiens sur cinq ans pour financer des activités et de nouveaux centres de recherche et de développement.
ALERTAVIA, la nouvelle plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels du secteur aéronautique et spatial.

MoM : Les armes du prochain combat entre Airbus et Boeing s'aiguisent
Derek Zimmerman (Gulfstream) : « Nous travaillons depuis plusieurs années pour l'arrivée de G500 et G600 »
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus