À la Une  |  ALERTAVIA  |  Le Podcast  |  Industrie  |  Transport aérien  |  MRO & Support  |  Interiors & PaxExp  |  Aviation & Environnement  |  Passion  |  Agenda  |  EN
 
Actualité aéronautique Passion Aux Pays-Bas, la première voiture volante devrait prendre son envol en 2018

Aux Pays-Bas, la première voiture volante devrait prendre son envol en 2018

AFP
18 JUIN 2017 | 846 mots

On le voit au cinéma, avec le Cinquième élément, Retour vers le futur II ou Fantomas: les voitures volantes ont toujours fasciné. Des projets naissent à travers le monde et, aux Pays-Bas, une entreprise espère coiffer ses concurrents au poteau en commercialisant dès 2018 le premier modèle qui tutoiera les nuages pour de vrai.

Après des années de tests, la firme PAL-V, basée à Raamsdonksveer près de Breda (sud), s'apprête à démarrer en octobre la production d'un gyrocoptère à deux places, à trois roues et certifié pour se déplacer sur le tarmac comme dans les nuages. Et elle compte vendre cet engin à son tout premier client avant la fin de l'année 2018.

PAL-V n'est pas le seul sur ce créneau: différents types de voitures volantes sont actuellement développés en République tchèque, en Slovaquie, au Japon, en Chine, aux Etats-Unis... Nirvana Systems, en République tchèque, a conçu un modèle de "gyrodrive" certifié -depuis mars- pour la route et les airs. AeroMobil, en Slovaquie, affirme avoir déjà reçu des dizaines de commandes pour sa voiture ailée munie d'un turbopropulseur pour décoller du sol et dont la livraison est prévue en 2020...

"C'est un rêve vieux d'environ un siècle", remarque à l'AFP Markus Hess, directeur général du marketing de PAL-V. "Lorsque le premier avion fut inventé, les gens se demandaient déjà comment ils pourraient conduire (cet engin) sur la route."

Dotée d'un moteur à essence sans plomb d'une puissance de 100 chevaux, la voiture PAL-V est capable de voler entre 400 et 500 km/h à une altitude maximale de 2.500 mètres. Sur la route, elle peut atteindre jusqu'à 170 km/h. Du coup, elle exige à la fois un permis de conduire et un brevet de pilotage.

L'entreprise prévoit de produire entre 50 et 100 véhicules en 2019, avant d'atteindre un rythme de croisière de "plusieurs centaines" d'unités en 2020.

- 'Vous ne tomberez pas du ciel' -

Un tel engin vaudra son pesant d'or: le premier modèle qui sortira de la production, un modèle haut de gamme, le PAL-V Liberty, coûte 499.000 euros; sera ensuite lancée la production d'un modèle moins luxueux, le PAL-V Liberty Sport, affiché à 299.000 euros. Ce qui n'est pas plus cher qu'une "voiture de sport super chouette avec options", justifie le directeur général du marketing.

"Au vu de toutes les normes supplémentaires auxquelles nous devons nous soumettre et étant donné qu'une voiture de sport ne peut même pas voler, il s'agit plutôt d'une aubaine", s'exclame-t-il encore.

PAL-V, pour Personal Air and Land Vehicle ("véhicule personnel air et terre" en français), a été fondé en 2007 par Robert Dingemanse et le pilote John Bakker.

"Au début, on se disait +faisons un gyrocoptère conductible+", raconte M. Hess.

Mais très vite, l'entreprise réalise que le poids et la longueur des hélices lui donnent un centre de gravité très haut, surtout dans les virages. Elle revoit alors la conception: en appuyant sur un bouton, les hélices se rabattent sur le haut du véhicule et se replient sur elles-mêmes, telles les ailes d'une chauve-souris.

En 2005, est intégré un système de pliage pour tricycles, innovation de l'entreprise néerlandaise Carver. L'objectif? Contrer le centre de gravité élevé et rendre l'engin apte à prendre la route.

Car le PAL-V n'est pas un hélicoptère, dont les hélices tournent grâce à un moteur, mais bien un gyrocoptère, qui utilise le vent pour faire tourner les siennes, insiste l'entreprise.

Ainsi, si les deux moteurs s'arrêtent, les hélices continuent de tourner: "Même si vous êtes à une vitesse nulle, vous ne tomberez pas du ciel", souligne M. Hess.

- 'Une aubaine' -

La société se dit "plus que satisfaite" du nombre de commandes, refusant toutefois de le divulguer.

"Nous vendons du rêve en quelque sorte", poursuit Markus Hess, debout à côté du premier modèle, noir et élégant, développé en 2012.

Une fois le client inscrit, non sans avoir d'abord ouvert son portefeuille, les pièces sont commandées. Dès qu'il est assemblé, le véhicule doit effectuer au moins 150 heures de vol et subir des tests complets pour être certifié par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), basée à Cologne.

De quoi bientôt voir le ciel surpeuplé? Markus Hess répond en riant: au début, les gens "n'arrivent même pas à s'imaginer une voiture volante. Puis tout à coup, lorsqu'ils y arrivent, ils en voient des millions dans le ciel".

Mais pour l'instant, cette nouvelle réalité reste très loin de nous, précise-t-il.

Sur le même thème
Les derniers articles Passion
21 OCT. 2020
Entretien avec Jean-Luc Charron, président de la Fédération Française Aéronautique
Invité du Podcast de l'Aviation cette semaine, Jean-Luc Charron, président de la Fédération Française Aéronautique (FFA). La taxation de l'AVGAS 100LL, proposition de la Convention citoyenne pour le climat ...
20 OCT. 2020
L'Aéro-Club de France dévoile les lauréats du Grand prix du patrimoine
Malgré la situation actuelle, l'Aéro-Club de France a réussi à maintenir son traditionnel Grand prix du patrimoine, qui récompense les actions de préservation et de restauration du patrimoine ...
25 SEPT. 2020
La Fête de l'Aviation commence demain
La covid-19 n'empêchera pas les passionnés de célébrer l'aviation. C'est ce que veut montrer la Fête de l'Aviation, qui se déroulera sur trois jours à partir du 26 ...
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
Pour sa 3e édition, Air Legend célèbre les batailles de France et d'Angleterre avec des avions d'exception Meeting de Paris-Villaroche Air Legend édition 2019 : de la magie transsonique avec le F-86 E Sabre et Frédéric Akary
WAC 2019 : Aude Lemordant et Louis Vanel sur la première marche du podium et la France sacrée championne du monde de voltige aérienne par équipe Elles bougent : La passion à portée d'Elles
Dans les coulisses du Rafale Solo Display Le Fana de l'Aviation revient sur les 50 ans d'Airbus dans son dernier hors-série
Une vente aux enchères exceptionnelle pour célébrer le premier vol du Concorde Joyeux anniversaire F-WTSS : Les rendez-vous incontournables des 1er, 2 et 3 mars
IL Y A 42 MINUTES
Raytheon Technologies fait mieux que les attentes au 3e trimestre
IL Y A 45 MINUTES
Risques de fermetures d'aéroports européens si le trafic continue à baisser (ACI Europe)
IL Y A 4 HEURES
Preighters : le gros coup de massue de l'EASA
IL Y A 5 HEURES
MRO : les premières pièces de rechange métalliques imprimées 3D arrivent avec Satair
IL Y A 6 HEURES
Le chiffre d'affaires du transport aérien devrait être inférieur de moitié aux prévisions en 2021
Preighters : le gros coup de massue de l'EASA
Pendant la crise, IPECA reste en première ligne pour accompagner les salariés de l'aéronautique
Les articles les plus lus
Malgré la pandémie, l'aéronautique reste l'un des principaux secteurs d'avenir
Entretien avec Philippe Petitcolin, directeur général du groupe Safran
Un millier d'avions commerciaux sans repreneurs en 2021 ?
Tim Clark s'attend à une reprise rapide
Les A321 tout cargo se multiplient
Espace partenaires
Les nouveaux défis liés au stockage et au démantèlement d'avions commerciaux
Contribution de Carolina Göthberg, Associée fondateur de KAIRN Strategy Consulting
 
Cybersécurité : l'industrie aéronautique est particulièrement vulnérable par ces temps de crise
Par David Luponis, Associé Cybersécurité Mazars
 
Quelques réflexions sur le Big (Bang) Data dans le secteur aéronautique au regard du droit
Contribution de Jean-Jacques LE PEN, Associé fondateur du Cabinet LPLG AVOCATS
 
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2020 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT