Actualité aéronautique Industrie & Technologie Vers un Airbus plus fort et plus agile
L'édito

Vers un Airbus plus fort et plus agile

Romain Guillot
29/11/2016 | 486 mots
Vers un Airbus plus fort et plus agile
Tom Enders, Chief Executive Officer d'Airbus Group. Photo © Airbus Group - tous droits réservés
Comme prévu, Airbus Group vient de présenter à l'ensemble de ses syndicats européens le très attendu volet social du plan « Gemini », le programme de fusion entre la structure groupe et sa grande filiale dédiée aux avions commerciaux. Airbus réalise aujourd'hui plus de 70% du chiffre d'affaires du groupe européen.

Thierry Baril, le directeur des ressources humaines au sein des deux entités, aura ainsi la lourde tâche de conduire les négociations pour une réduction progressive des effectifs estimée à 1 164 personnes d'ici la fin 2018, sur les quelque 136 000 que compte aujourd'hui le groupe, majoritairement en France (640) et en Allemagne. Trois cent vingt-cinq postes seront par ailleurs redéployés suite aux déménagements définitifs des sièges de Suresnes et d'Ottobrunn vers Toulouse (hors Airbus Defence and Space). Airbus va cependant aussi créer de 230 nouveaux postes sur des « compétences essentielles », notamment pour la poursuite de sa digitalisation.

Évidemment, le groupe Airbus est une entreprise en bonne santé et certains ne manqueront pas de rapprocher cette stratégie à la financiarisation grandissante de l'économie mondiale, au regard notamment de son carnet de commandes qui atteint un niveau record dans les avions commerciaux.

C'est évidemment faire abstraction des difficultés apparues depuis quelque temps sur de nombreux programmes civils et militaires et qui vont nécessairement peser sur les résultats annuels du groupe. La conjoncture dans les hélicoptères civils est toujours particulièrement mauvaise, impactée par l'atonie du secteur pétrolier et gazier, l'A400M peine encore à respecter son calendrier et les réductions des cadences sur l'A330 et l'A380 se font incontestablement aujourd'hui sentir dans les finances du groupe.

Les derniers programmes d'avions commerciaux d'Airbus n'auront pas non plus été épargnés cette année, avec les difficultés rencontrées par certains fournisseurs que l'on connaît, même si de grosses améliorations sont apparues ces dernières semaines. Les désormais célèbres « planeurs » du programme A320neo commencent ainsi à disparaître, petit à petit, avec l'augmentation des cadences chez Pratt & Whitney et le mois de décembre promet déjà d'être un mois exceptionnel pour l'A350-900.

Mais le plan Gemini n'est évidemment pas là simplement pour venir pallier les accidents de parcours que peut connaître le grand groupe aéronautique et spatial européen à court et moyen terme. Après avoir manoeuvré avec succès pour libérer Airbus de l'influence des États, Tom Enders, va désormais conduire son groupe vers une toute nouvelle ère avec une structure beaucoup plus agile, qui s'affranchira des véritables silos créés par le développement parallèle des différentes entités, avec des processus décisionnels beaucoup plus efficaces. Le chemin vers la première place mondiale avant la fin de la décennie est tout tracé.
La Newsletter et les Alertes du Journal de l'Aviation
Les articles dans la même thématique

Le contrat d'Emirates pourrait épargner à Airbus de descendre à une cadence de 6 A380 par an

L'Iran prévient de possibles retards dans l'accord avec Airbus

Le sort du programme A380 entre les mains du cheik Ahmed bin Saeed Al Maktoum

Un nouveau mois de décembre extraordinaire pour Airbus

Nouveau record de livraisons pour Airbus et commandes en hausse

La Chine commande 184 Airbus au dernier jour de la visite de Macron

Dans la rubrique Industrie & Technologie, la Rédaction vous recommande
Nouveau record de livraisons pour Airbus et commandes en hausse Dassault Aviation remarche sur ses deux pieds
L'Airbus A321neo ACF est fin prêt Rétrospective : l'année 2017 dans l'industrie aéronautique civile
A quoi ressemblera le nouveau Falcon de Dassault Dassault annule définitivement le Falcon 5X
19/01 Macron veut rassurer les Armées, avec un effort budgétaire "inédit et incomparable"
19/01 Querelle de couloirs aériens: Taïwan refuse des vols chinois
19/01 Le contrat d'Emirates pourrait épargner à Airbus de descendre à une cadence de 6 A380 par an
19/01 Le trafic en hausse de 14,9% à Nantes-Atlantique en 2017 (Vinci)
18/01 Les plannings des pilotes de Hop! partiellement retoqués en justice
18/01 Les pilotes britanniques de Ryanair acceptent une hausse de salaires
Faut-il un troisième motoriste sur le moyen-courrier ?
« La durée de vie du C-130 s'étend sur les 20 à 30 prochaines années », selon Tony Frese
Rétrospectives 2017
Les Atlantique 2 au-dessus de la mer et du désert
Focus : Les Reaper de l'armée de l'air
© 2018 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus