Actualité aéronautique Industrie & Technologie La Chine pourra-t-elle rattraper son retard dans les réacteurs ?
L'édito

La Chine pourra-t-elle rattraper son retard dans les réacteurs ?

Romain Guillot
Publié 04/10/2016 | 430 mots
La Chine pourra-t-elle rattraper son retard dans les réacteurs ?
© AVIC
L'annonce de la création d'Aero Engine Corporation of China (AECC) par le président chinois Xi Jinping à la fin du mois d'août est incontestablement un nouveau signe des ambitions aéronautiques de l'Empire du Milieu. Cette nouvelle entreprise publique, qui regroupe les savoir-faire d'AVIC et de Comac dans la propulsion, disposerait déjà d'un capital de 50 milliards de yuans (6,71 milliards d'euros) pour permettre à la Chine de rattraper son retard sur les motoristes occidentaux ou russes.

Car ce n'est un secret pour personne, le retard est important. Les premières images des démonstrateurs d'avions furtifs chinois, aussi bien le J-20 de Chengdu Aircraft Corporation que le J-31 de Shenyang Aircraft (photo), tout comme d'ailleurs aussi l'avion de transport Y-20 de Xian Aircraft, ont été particulièrement révélatrices au regard des observateurs avertis : ces programmes sont largement pénalisés par leurs motorisations.

Pour de nombreux spécialistes, la Chine mettra entre 15 et 20 ans pour rattraper le gros de son retard dans la propulsion militaire, le chemin restant encore beaucoup plus long sur les réacteurs civils, marché concurrentiel oblige. Bien sûr, AECC s'intéressera à toutes les nouvelles technologies qui occupent déjà les motoristes occidentaux, à l'instar des aubes de soufflante en matériaux composites, aux composites à matrice céramique (CMC), aux alliages d'aluminure de titane ou aux nouvelles architectures avec réducteur (GTF). La Comac s'était d'ailleurs engagée à proposer une motorisation chinoise sur le C919 avec le CJ-1000A, un réacteur qui pourrait voir le jour d'ici dix ans.

Car en plus des performances qui se doivent d'égaler celles proposées par les motoristes occidentaux, il faudra aussi atteindre une fiabilité qui n'a été rendue possible que par l'accumulation de données sur des décennies d'opérations. Il n'est pas rare de voir des réacteurs comme le CFM56 totaliser des dizaines de milliers d'heures de vol sans aucune dépose, l'équivalent de près de 10 ans de fonctionnement. Par ailleurs, un pilote sur huit seulement vivra peut-être une avarie moteur nécessitant son extinction durant toute sa carrière. Voilà où sont les standards de l'industrie aujourd'hui. C'est sans compter non plus les efforts de R&D des principaux motoristes, largement autofinancée.

On l'aura compris, aussi ambitieuse soit-elle, la Chine ne pourra sérieusement prétendre à rivaliser avec les motoristes occidentaux avant la seconde moitié du siècle. Mais pour reprendre une citation célèbre de Confucius, « qui ne progresse chaque jour, recule chaque jour ».
Romain Guillot
Rédacteur en chef
Cofondateur du Journal de l'Aviation et d'Alertavia


Les articles dans la même thématique
IL Y A 6 HEURES Industrie & Technologie
La filière aéronautique française lance son nouveau plan stratégique La filière aéronautique française lance son nouveau plan stratégique
Le GIFAS (Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales), en partenariat avec Bercy et les régions vient de lancer son troisième plan stratégique visant à ... Lire la suite
IL Y A 8 HEURES Avions d'affaires
Boeing lance le BBJ 777X Boeing lance le BBJ 777X
Le Boeing 777X ne vole même pas qu'il est déjà proposé en version VVIP. A l'occasion du salon de l'aviation d'affaires MEBAA (Middle East Business ... Lire la suite
IL Y A 9 HEURES Avions commerciaux
Airbus : l'objectif des 800 livraisons s'éloigne pour 2018 Airbus : l'objectif des 800 livraisons s'éloigne pour 2018
Airbus annonce avoir livré un total de 89 appareils à 54 clients durant le mois de novembre. Ces livraisons ont concerné 71 appareils de la ... Lire la suite
A330 MRTT : Airbus tend une nouvelle perche aux Etats-Unis A330 MRTT : Airbus tend une nouvelle perche aux Etats-Unis
C'est une annonce au goût de revanche. Le 4 décembre, deux géants de l'aéronautique de part et d'autre de l'Atlantique, Airbus et Lockheed Martin, annonçaient ... Lire la suite
La réforme de l'EASA rebat les cartes dans sa relation avec les Etats La réforme de l'EASA rebat les cartes dans sa relation avec les Etats
Le 22 août dernier, la nouvelle réglementation de base de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) était publiée au Journal officiel de l'Union européenne. ... Lire la suite
Dans la rubrique Industrie & Technologie, la Rédaction vous recommande
Avec DDMS, la digitalisation d'Airbus va prendre une nouvelle dimension Safran affiche ses nouvelles ambitions devant ses investisseurs
La famille A330neo d'Airbus en a encore sous le fuselage United Technologies finalise l'acquisition de Rockwell Collins, crée Collins Aerospace et se scinde en trois entités
Belfast, première touchée par les suppressions de postes chez Bombardier Boeing assemble le fuselage du premier 777X d'essais en vol
18h47 Brésil : une cour d'appel annule la suspension de l'alliance Boeing-Embraer
17h21 Quatorze ans après, ouverture du procès de l'effondrement mortel du terminal 2E à Roissy
17h20 Air France-KLM : nombre de passagers en hausse de 3,3% en novembre
17h07 La filière aéronautique française lance son nouveau plan stratégique
15h19 Boeing lance le BBJ 777X
14h00 Airbus : l'objectif des 800 livraisons s'éloigne pour 2018
IL Y A 7 HEURES
IKHANA a décroché la certification de STC RWMI DHC-6-300HG de la part de Federal Aviation Authority (FAA). Ce STC augmente les capacités de charge utile des avions de série DHC-6-300 Twin Otter de base avec une MTOW passant de 5670 kg (12 500 lb) à 6350 kg (14 500 lb). Le Twin Otter peut maintenant accueillir 19 passagers avec 2 membres d'équipage et voler entre 450 et 500 nm.
IL Y A 13 HEURES
TRUENOORD a livré un nouvel ATR 72-600 à WINGS AIR. Il s'agit du quatrième exemplaire de l'appareil que la filiale de Lion Air reçoit, les trois autres ayant été livrés en août, octobre et novembre.
IL Y A 13 HEURES
Les deux premiers F-35A de la ROYAL AUSTRALIAN AIR FORCE ont atterri le 9 décembre sur la base aérienne de Williamstown. L'Australie devrait recevoir un total de 72 F-35A pour remplacer ses F/A-18. LOCKHEED MARTIN a déjà livré dix avions aux forces aériennes australiennes - à l'heure actuelle, huit d'entre eux sont basés à Luke, aux États-Unis, pour assurer les besoins en formation des équipages.
07 DEC. 2018
AVOLON confirme une commande pour une centaine appareils de la famille A320neo, d'une valeur de 11,5 milliards de dollars. La commande porte sur 75 A320neo et 25 A321neo, dont les livraisons doivent débuter en 2023. Le carnet de commandes de la société de leasing atteint désormais 220 monocouloirs et 45 gros-porteurs d'AIRBUS.
06 DEC. 2018
SIER, bureau d'études et de réalisations implanté à Blagnac, annonce étendre le périmètre de ses activités aux modifications et à la maintenance. La société toulousaine a décroché son DOA (Design Organization Approval) au mois de septembre et a obtenu l'agrément EASA Part 21J.659.
Retrouvez toute l'actualité aéronautique en bref sur Alertavia, la plateforme d'information du Journal de l'Aviation à destination des professionnels.

La continuité numérique au coeur du prochain programme Airbus
Andrew Mohr : « L'objectif de Panasonic Avionics aujourd'hui est autant d'être un partenaire e-commerce qu'un partenaire IFE »
Recevoir la Newsletter quotidienne du Journal de l'Aviation
En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque jour nos derniers articles par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | CGV | Contact | Plan du site

© 2018 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus