Se connecter      Rechercher un article      Newsletter      Alertavia      S'ABONNER
À la Une  |  ALERTAVIA  |  Industrie  |  Transport aérien  |  MRO & Support  |  Interiors & PaxExp  |  Aviation & Environnement  |  Passion  |  Agenda  |  Emploi    EN
 
Actualité aéronautique Passion Bretelles & chevrons, le polo « Traditions »

Bretelles & chevrons, le polo « Traditions »

Igor Biétry
21 AVR. 2016 | 1475 mots
Bretelles & chevrons, le polo « Traditions »
© Bretelles & chevrons
La toute jeune marque de vêtements « Bretelles & chevrons » est le fruit d'une collaboration entre deux passionnés : Benjamin Mercier et Régis Rocca. À l'occasion d'une interview croisée, ils présentent au Journal de l'Aviation les raisons de cette association qui a donné naissance à une marque aux contours parfaitement définis.

Quel est votre cursus ?

Benjamin Mercier : Pour ma part, après avoir suivi un cursus sport études qui m'a mené à Bac+5, j'ai eu la chance en sortant de l'école de pouvoir intégrer l'équipementier Nike où j'ai pu évoluer dans le « retail » puis sur la partie produit. J'ai passé six ans chez Nike avant d'intégrer un club de rugby de Top 14 en tant que directeur merchandising. J'y suis resté sept ans avant de me mettre à mon compte où je suis aujourd'hui consultant pour des marques de sportswear.

Régis Rocca : J'ai commencé par obtenir plusieurs diplômes de chimie dans le supérieur avant de me rendre compte que je passais plus de temps à dessiner sur mes cours qu'à les réviser. J'ai donc tout recommencé en intégrant une grande école d'art à Bruxelles, d'où je suis finalement sorti major de la section « graphisme ». J'ai ensuite été embauché dans un studio de création graphique dès ma sortie de l'école... et j'y suis encore après 12 ans, en ayant gravi les échelons un à un jusqu'au poste de directeur artistique. En parallèle, j'offre mon temps et mes compétences bénévolement à l'Institution militaire depuis six ans comme designer et graphiste et suis, à l'heure actuelle, responsable, entre autres, d'une quinzaine de livrées spéciales principalement sur avion de Chasse.

Comment avez-vous rencontré l'autre ?

Benjamin Mercier : C'est un ami commun, pilote de chasse, alors officier Traditions dans son escadron qui nous a présentés il y a 3 ans.

Régis Rocca : Cet ami a su faire le lien entre la volonté de création de Benjamin et ma passion de l'aéronautique. À moins que ce soit l'inverse puisqu'au final notre complémentarité est flagrante ! (rires)

Pourquoi le nom « Bretelles & Chevrons » ?

Benjamin Mercier : Tout d'abord, étant une marque française, il nous paraissait logique que le nom le soit aussi. Nous voulions un nom qui combine les deux univers que compte représenter et réunir la marque : l'univers militaire (les chevrons) et l'univers civil (les bretelles). Le mot « bretelles » faisant référence au monde du textile, avec un clin d'oeil au jargon militaire, et le mot « chevrons » en référence au symbole de l'armée, que l'on retrouve aussi dans l'inspiration de certains vêtements.

Régis Rocca : Pour moi, les chevrons sont un signe graphique fort tant dans la forme que dans la symbolique omniprésente dans les forces armées. Et les chevrons sont ce que se font broder les pilotes militaires au-dessus de leurs ailes lorsqu'ils deviennent chefs de patrouille. Tout un symbole. Et j'ai pensé aux soirées avec les pilotes et à ce passage souvent crié très fort : « À nos avions, à ceux qui les démontent. À nos bretelles, à ceux qui les remontent... » Bref, les bretelles se sont imposées d'elles-mêmes et elles ont ce double sens, le civil et le militaire. Et l'esperluette (&) est également un symbole graphique fort... le tour était joué. Je me souviens même avoir dit à Benjamin, associons tes bretelles (son univers textile) à mes chevrons (mon univers aéronautique et militaire).

Qu'est-ce qui différencie B&C des autres marques (esprit et motivation) ?

Benjamin Mercier : La marque Bretelles & Chevrons a essentiellement pour vocation, à travers ses produits, de mettre en avant, valoriser et perpétuer les codes et traditions des forces interarmées, afin d'en donner l'accès et la compréhension au plus grand nombre (aux passionnés comme aux novices) - dans un esprit de rapprochement armée/nation. Bretelles & Chevrons puise son inspiration au coeur même des unités. Avec l'accord de l'Institution, nous travaillons dans le respect le plus complet et total des insignes et autres symboles utilisés par les forces interarmées, afin de ne pas les dénaturer. L'esprit de la marque est intimement lié aux valeurs communes qui nous unit avec Régis et que l'on retrouve chez tous les militaires que l'on côtoie (quelque soit le corps d'armée). Personnellement, venant de l'univers du sport et plus particulièrement du rugby, je retrouve énormément de points communs, les mêmes valeurs partagées, entre des rugbymen pros par exemple et les officiers de l'armée : l'excellence, la solidarité, l'engagement et le respect.

Régis Rocca : La volonté de donner une image valorisante des traditions militaires. Elles sont très souvent superbes, mais bien souvent oubliées ou galvaudées. Les (belles) histoires sont légion et travailler avec les unités opérationnelles est le meilleur moyen de les faire vivre et les faire découvrir au public. Nous aspirons à donner le lustre que méritent tant les héros du passé que ceux du présent via nos produits. De plus, je me suis rendu compte que le monde militaire est très proche de celui que je côtoie dans le civil (l'industrie du luxe), car même si c'est très différent dans la forme, c'est la même volonté d'excellence, de savoir-faire et d'exception.

Quelle est votre « target » en termes de clientèle ?

Benjamin Mercier : Pour l'instant, nous sommes surtout axés sur les unités opérationnelles et donc leurs fans, car c'est de là que tout commence. Nous voulons être une marque avant tout accessible et qui combine plusieurs univers.

Régis Rocca : Le fan, dans un premier temps, car nous travaillons directement avec les unités opérationnelles. Mais plus globalement, l'esthète qui va se reconnaitre dans nos créations soit par leur qualité, soit par ce qu'elles véhiculent. Il n'est pas nécessaire d'être un expert en tel ou tel corps d'armée pour apprécier un beau design et avoir envie de porter quelque chose d'inspiration opérationnelle.

Quels sont les projets de la marque ?

Benjamin Mercier : Nous allons continuer à travailler avec les escadrons de l'armée de l'air, mais aussi avec les unités opérationnelles de l'Armée de Terre et de la Marine, le tout dans le plus grand respect de l'Institution. Nous sommes également en train de travailler sur notre collection « Inspirée ». Cette gamme de produits aura pour vocation de nous ouvrir au plus grand nombre et d'élargir nos horizons...

Régis Rocca : Conserver notre ADN aéronautique tout en allant vers les autres corps d'armée à partir du moment où l'approche humaine que nous avons avec les unités nous semblera pertinente. Tout est une question de respect commun et de volonté de travailler ensemble. Mais au-delà de cette partie, notre souhait est de créer notre propre collection qui sera un hommage à tous ces codes magnifiques en les dédiant à un large public.

Comment réagissent les pilotes et les autres ?

Benjamin Mercier : Pour les pilotes, c'est à eux qu'il faut demander ! (rires) Ce que l'on ressent, c'est à chaque fois un excellent accueil, convivial, des valeurs partagées et des gens accessibles, un état d'esprit irréprochable, un état d'esprit qui impose le respect. Après, Régis et moi sommes encore de grands enfants - la preuve Régis ne peut pas s'empêcher de colorier un avion quand il en voit un ! Plus sérieusement, on éprouve bien entendu une grande fierté de pouvoir travailler avec les unités et quand on est en visite dans les escadrons on a encore et toujours les yeux qui brillent...

Régis Rocca : J'ose espérer bien ! Au regard des premiers retours, il me semble que c'est le cas. Nos collaborations avec les unités sont avant tout de belles aventures basées sur l'échange et l'humain et qui se terminent bien souvent en amitié. Je crois que c'est là la meilleure preuve d'un travail bien fait. Le public aussi nous offre de jolis retours de satisfaction et nous sommes extrêmement fiers d'en être déjà la cible malgré la jeunesse de notre marque.

Donnez-moi un scoop !

Benjamin Mercier : J'ai bien une idée, mais je vais en parler à Régis avant !

Régis Rocca : Nous allons développer dans les mois à venir des collections capsules de qualité et en quantité limitée, avec divers partenaires prestigieux sélectionnés dans le monde de l'aéronautique militaire et civil.
Sur le même thème
Les derniers articles Passion
25 SEPT. 2020
La Fête de l'Aviation commence demain
La covid-19 n'empêchera pas les passionnés de célébrer l'aviation. C'est ce que veut montrer la Fête de l'Aviation, qui se déroulera sur trois jours à partir du 26 ...
18 SEPT. 2020
L'Aéro-Club de France reporte sa Journée du patrimoine mais maintient son Grand prix
L'Aéro-Club de France voulait modifier le format de son Grand prix du patrimoine, en consacrant une journée entière au patrimoine aéronautique. Mais ce n'était pas la bonne année. ...
15 JUIL. 2020
Pour sa 3e édition, Air Legend célèbre les batailles de France et d'Angleterre avec des avions d'exception
Pour sa troisième édition, Air Legend a choisi d'organiser son meeting aérien autour de deux thèmes : la célébration des 80 ans de la bataille de France et ...
Une sélection d'articles réservés aux abonnés
Meeting de Paris-Villaroche Air Legend édition 2019 : de la magie transsonique avec le F-86 E Sabre et Frédéric Akary WAC 2019 : Aude Lemordant et Louis Vanel sur la première marche du podium et la France sacrée championne du monde de voltige aérienne par équipe
Elles bougent : La passion à portée d'Elles Dans les coulisses du Rafale Solo Display
Le Fana de l'Aviation revient sur les 50 ans d'Airbus dans son dernier hors-série Une vente aux enchères exceptionnelle pour célébrer le premier vol du Concorde
Joyeux anniversaire F-WTSS : Les rendez-vous incontournables des 1er, 2 et 3 mars Jean-Emile Rouaux : « Air France a choisi la Fédération Française de Vol en Planeur pour former ses futurs cadets »
IL Y A 13 HEURES
L'Aéroclub de Camargue volera sur Sonaca 200 NG
IL Y A 13 HEURES
Lourdes pertes pour TAP Air Portugal au 1er semestre
IL Y A 13 HEURES
Les 13000 pilotes de United Airlines gardent pour l'instant leur emploi
IL Y A 14 HEURES
L'avenir du transport aérien sera « low-cost »
IL Y A 16 HEURES
Vers une fin d'année plus mauvaise que prévu pour le transport aérien
L'avenir du transport aérien sera « low-cost »
Pendant la crise, IPECA reste en première ligne pour accompagner les salariés de l'aéronautique
Les articles les plus lus
L'Airbus A321P2F commence à voir grand
Rolls-Royce, futur talon d'Achille d'Airbus ?
L'ATR 72-600F a pris son envol
Rétrospective : l'été aéronautique en France
Le gouvernement pourrait revoir le calendrier de sa commande de 30 Rafale avec Dassault
Espace partenaires
Les nouveaux défis liés au stockage et au démantèlement d'avions commerciaux
Contribution de Carolina Göthberg, Associée fondateur de KAIRN Strategy Consulting
 
Cybersécurité : l'industrie aéronautique est particulièrement vulnérable par ces temps de crise
Par David Luponis, Associé Cybersécurité Mazars
 
Quelques réflexions sur le Big (Bang) Data dans le secteur aéronautique au regard du droit
Contribution de Jean-Jacques LE PEN, Associé fondateur du Cabinet LPLG AVOCATS
 
S'inscrire aux newsletters gratuites du Journal de l'Aviation

 Recevoir des E-mailings de nos partenaires


En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos lettres d'information par courrier électronique. Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer nos lettres d'information. Vous pourrez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans les newsletters.
Notre actualité | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionnel | Mentions légales | Confidentialité | CGV | Contact | Plan du site

© 2020 Le Journal de l'Aviation - Groupe AEROCONTACT