Actualité aéronautique Mikael Brageot remporte la Red Bull air races challenger cup
Passion

Aviation légère et sportive

Interview

Mikael Brageot remporte la Red Bull air races challenger cup

Propos recueillis par Igor Biétry
03/11/2015 | 1004 mots
Mikael Brageot remporte la Red Bull air races challenger cup
© Photos Red Bull Air Races
Le pilote de Villeneuve-sur-Lot a réussit l’exploit de remporter la fameuse Challenger cup des Red Bull Air races 2015. Cette année a également été l’occasion de rafler le prestigieux trophée Eric Muller dans le cadre des championnats du Monde de voltige de Châteauroux. Retour sur une saison au top !

A peine descendu de l’avion qui le ramène de Las Vegas, où il vient de remporter la dernière épreuve de la Challenger cup et la première place au général, « Mika » nous a accordé un peu de son temps pour faire un retour sur la saison.

Mickael Brageot vous aviez à cœur de remporter cette épreuve, c’est chose faite !

C’est vrai que je suis très heureux de gagner ce championnat cette année car c’est un travail de longue haleine qui est récompensé. J’avais l’objectif de monter sur le podium de la Red Bull air races challenger cup, sur celui des WAC (championnat du monde de voltige unlimited) et sur celui du championnat de France. Le contrat est plutôt bien rempli. Les championnats de France m’ont permis, en obtenant la 2e place derrière Olivier Masurel, de mesurer tout le travail qui restait à accomplir. C’était la meilleure place en fait. Quand tu es 2e tu ne te reposes pas. Pour ce qui est du Championnat du Monde, j’ai malheureusement tiré le n°1 lors du premier programme, ce qui ne ma évidemment pas aidé. Un autre tirage, où je me retrouve pourtant en milieu de tableau me fait passer le premier, le matin… bref je n’ai pas été gâté avec les tirages au sort. Heureusement, je gagne le programme “inconnu” qui est le programme de prédilection des équipes de France et en plus c’est un énorme trophée ! (rires)

Vous travaillez avec Breitling depuis 2012 et on voit combien les choses avancent vite.

C’est une équipe particulièrement performante. Sans vouloir faire « le service marketing » de la marque, je pense sincèrement que c’est actuellement le meilleur sponsor qui existe dans le milieu aéronautique et quelque soit la discipline. Pour ma part, j’ai pu travailler dans des conditions optimum et ne négliger aucun aspect pour aller chercher les podiums.

La préparation justement, elle consiste uniquement à enchainer les programmes ?

Non justement, pour être au top niveau, je ne néglige aucun aspect de la préparation. En ce qui me concerne, elle est physique bien sûr mais également mentale : la visualisation, les routines, la gestion du stress et des peurs, c’est avec Olivier Lepretre que je travaille. Côté avion, j’ai beaucoup volé avec Eric Vazeille, l’entraineur de l’équipe de France et avec Patrick Paris avec qui je travaille aussi. J’ai aussi choisi de ne pas m’éparpiller, de rester concentré sur mes objectifs. Nous avons beaucoup utilisé la vidéo et les datas de vol, rien n’a été laissé au hasard.


En course, sur les Red Bull air races, quelle était la stratégie pour la gagne ?

Dans un premier temps, j’ai fait en sorte de rester toujours dans le contrôle et de ne pas prendre de risque en visant le podium uniquement. Une fois qualifié pour les phases finales, là, l’idée était de tout donner. Je suis content parce que j’ai gagné les trois dernières courses dont la finale. C’est une première.

Pourquoi avoir intégré cette compétition si particulière des Red Bull air races ?

C’était mon rêve depuis que cela existe en fait ! J’ai construit ma carrière de pilote autour de la voltige de haut niveau. Mon but, c’était de participer aux Red Bull air races. J’ai tout misé en 2014 sur la compétition notamment en changeant d’avion. J’ai quitté l’Extrem pour l’Extra 330. Je ne me sens pas dépaysé en sortant des WAC pour courir les Red Bull qui se disputent sur des Extra 330 LX. C’est très intéressant cette formule monotype.

La saison 2015 est derrière nous avec un beau parcours maintenant se profile 2016 avec de nouveaux objectifs. Est-ce que nous allons vous retrouver au niveau des Masters l’an prochain ?

Pour être très honnête je n’en sais rien du tout pour l’instant. Il y a un vrai “step” à franchir et je ne veux pas me lancer sans être parfaitement prêt. Il y a aussi un facteur important à prendre en compte c’est l’avion. Il faut avoir une machine compétitive ce qui implique d’investir. Je ne veux pas faire les choses trop vite. Nous allons prendre le temps, ça ne me pose pas de problèmes d’attendre un peu… En revanche, on sait que les deux légendes de ce sport : Paul Bonhomme et Peter Besenyei arrêtent pour se lancer dans d’autres aventures… Il y a donc de la place qui se libère !

Certains de nos confrères craignent que la pérennité des Red Bull air races ne soient pas garantie. N’avez-vous pas peur de louper le coche ?

Non c’est absolument faux. Après la Formule 1, les « air races » sont la plus belle vitrine dans le sport pour Red Bull. Il y a une très belle dynamique depuis le renouveau de ces courses. Chez Red Bull on travaille beaucoup notamment d’un point de vue de la production d’images à rendre le spectacle de plus en plus lisible pour le grand public. Il y a un gros challenge télévisuel avec un potentiel énorme.

La Newsletter et les Alertes du Journal de l'Aviation
A lire dans la même rubrique
La Cité de l'Espace a 20 ans
Mikaël Brageot et Mélanie Astles livrent leurs impressions sur le début de la Red Bull Air Race
Nicolas Ivanoff fait voltiger le Journal de l'Aviation
 
La Ferté-Alais 2017 : petits vols pour l'Homme, grand envol pour l'Humanité
Le Journal de l'Aviation a fait son shopping de Noël
Championnat d'Europe de Voltige Unlimited : la France de nouveau titrée
10h44 Dubai Airshow 2017 : Lufthansa Technik embarque sur l'A330 MRTT
10h39 L'aéroport de Nantes-Atlantique franchit le cap des 5 millions de passagers
20/11 Début des travaux d'extension de l'aéroport d'Abidjan, un hub régional
20/11 Services by Airbus va participer au retrofit des cabines de 14 A380 de Singapore Airlines
20/11 Photo : L'A-100 AWACS russe prend son envol
20/11 Safran mise sur la pile à combustible pour l'aviation avec PIPAA
CONTRÔLEUR CÂBLAGES FILAIRES ET ÉQUIPEMENTS ÉLECTRIQUES (H/F)
INGÉNIEUR EN MAINTENANCE AÉRONAUTIQUE (H/F)
TECHNICIEN AVIONIQUE HÉLICOPTÈRES (H/F)
OPÉRATEUR COMMANDES NUMÉRIQUES H/F
USINEUR QUALIFIÉ (H/F)
CHARGÉ DE RECRUTEMENT INGÉNIERIE AÉRONAUTIQUE H/F
© 2017 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus