Début d'une grève de trois semaines dans une usine britannique de Rolls-Royce

AFP
le 06/11/2020 , Moteurs & propulsion

Les salariés d'une usine du fabricant de moteurs d'avions Rolls-Royce dans le nord de l'Angleterre débutent vendredi une grève de trois de semaines afin de dénoncer la délocalisation d'une partie de l'activité à Singapour.

La grève doit se dérouler jusqu'au 27 novembre sur le site de Barnoldswick dans le Lancashire, où sont produites des pales de moteurs.

Le syndicat Unite expliquait jeudi dans un communiqué qu'un piquet de grève serait mis en place dans le strict respect de la distanciation physique en pleine pandémie.

"Barnoldswick est le berceau du moteur d'avion et sa main-d'oeuvre hautement qualifiée ne laissera pas la viabilité du site menacée sans se battre", souligne Ross Quinn, un responsable local du syndicat.

"La résolution de ce conflit est entièrement entre les mains de Rolls-Royce", prévient-il.

En août, le groupe industriel avait annoncé son intention de délocaliser la production des pales du moteur d'avion Trent à Singapour, entraînant la perte de 350 emplois en Angleterre.

Unite estime que cette décision menace la viabilité de cette usine historique qui appartient à Rolls-Royce depuis 1943 et emploie 550 personnes.

Le syndicat dit avoir laissé le temps au groupe de trouver une solution telle que l'annulation du projet ou le maintien de l'emploi, mais qu'en l'absence d'engagements Unite a décidé de mener cette action approuvée par 94% de ses membres.

Dans un communiqué transmis vendredi à l'AFP, Rolls-Royce presse les salariés "de reconsidérer la grève", rappelant ne pas avoir pour projet de fermer le site.

"Nous proposons certes qu'une partie de l'activité ne soit plus assurée sur le site, mais nous voulons que Barnoldswick joue un rôle important dans le développement de pales pour notre prochaine génération de moteur d'avion", avance le groupe.

Unite dénonce en outre le fait que Rolls-Royce demande dans le même temps une aide financière d'un milliard de livres au gouvernement.

En raison de la crise du secteur aérien générée par la pandémie, le groupe a annoncé début octobre un plan de recapitalisation à hauteur de 5 milliards de livres, dont une extension d'une garantie de prêt jusqu'à un milliard de livres, auprès de l'organisme public UK Export Finance.

Rolls-Royce a déjà pris une série de mesures pour tenter de traverser cette tempête, dont la plus vaste restructuration de son histoire dans sa branche aéronautique incluant la suppression de 9.000 emplois, dont plus de 3.000 au Royaume-Uni.

Unite a d'ailleurs demandé au groupe de placer en chômage partiel les salariés qui vont perdre leur emploi, après la décision du gouvernement britannique de prolonger ce dispositif jusqu'à mars.

 
 

Partager cet article :

 

Dans la même thématique

Rolls-Royce

 

l'actualité aéroNAUTIQUE à LA UNE