La Norvège, laboratoire du zéro émissions dans l'aviation

Léo Barnier
le 25/02/2020 , Transport aérien, Technologie
Si le phénomène du « flygskam » n'y a pas pris la même ampleur qu'en Suède, la Norvège entend bien se positionner en pointe de la lutte pour la réduction des émissions de CO2 dans le transport aérien. La Luftfartstilsynet, autrement dit l'Autorité de l'aviation civile norvégienne, s'est associée à l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) pour créer un groupe de travail sur l'Aviation zéro émissions. Cette « Task Force » réunit les industriels Airbus, Leonardo et Safran, les compagnies aériennes SAS Scandinavian Airlines et Widerøe, ainsi que le prestataire de services de la navigation aérienne (ANSP) et principal gestionnaire des aéroports du pays Avinor. Une première réunion s'est tenue le 25 février à Oslo, sous le patronage de Knut Arild Hareide, ministre norvégien des Transports.

Le groupe de travail ainsi constitué s'est fixé pour objectif de proposer des solutions pour permettre au transport régional norvégien de tendre vers le zéro émissions. Il doit ainsi proposer une feuille de route au gouvernement cet été. Elle se composera de recommandations d'actions concrètes à court terme, d'ici 2025, et à plus longue échéance, pour 2030 et au-delà.

Par cette initiative, la Norvège entend se poser en « terrain d'apprentissage » pour une aviation régionale durable, avec des solutions à même d'être exportées vers d'autres pays. Elle souhaite aussi inscrire cet effort dans un cadre européen plus large, d'où le choix d'une démarche en coopération avec l'EASA. La Luftfartstilsynet et l'Agence européenne avaient d'ailleurs déjà conclu un accord en juin 2019 pour accélérer le développement de l'aviation électrique.
 
 

Partager cet article :

 

Dans la même thématique

Luftfartstilsynet EASA

 

l'actualité aéroNAUTIQUE à LA UNE