Actualité aéronautique Bourget 2017 : Boeing lance le 737 MAX 10
Industrie & Technologie

Aviation civile

Bourget 2017 : Boeing lance le 737 MAX 10

Léo Barnier
19/06/2017 | 613 mots
Bourget 2017 : Boeing lance le 737 MAX 10
© Le Journal de l'Aviation - tous droits réservés
L'annonce fut brève mais ça y est, Boeing apporte sa réponse à l'Airbus A321neo. L'avionneur américain a ouvert les hostilités d'entrée de jeu en présentant son 737 MAX 10 dès le 19 juin, jour d'ouverture du 52e édition du salon du Bourget. Il faut dire qu'il n'avait plus vraiment les moyens d'attendre au vu du succès commercial de l'A321neo: le plus gros membre de la famille de moyen-courriers d'Airbus a engrangé 1416 commandes fermes depuis son lancement fin 2010. C'est quasiment autant que l'A321ceo en trente ans.

Si Boeing a pris autant de temps, c'est que l'équation pour allonger son 737 MAX n'était pas simple à résoudre. Dessiné dans les années 1960 pour transporter guère plus d'une centaine de passagers - l'équivalent d'un avion régional actuel - il n'a cessé de grandir à travers ses différentes versions. Alors que les 737-100/200 mesuraient environ 30 m de long, les 737-900ER et MAX 9 dépassent les 42 m. Et un nouveau record sera battu avec le 737 MAX 10 qui affichera une longueur des 43,88 m.

Ces allongements successifs se heurtent à la faible garde au sol de l'appareil. La faible longueur du train d'atterrissage principal limite non seulement le diamètre des moteurs, mais aussi l'assiette maximale de l'avion au moment de la rotation. Cette contrainte peut affecter largement les performances opérationnelles de l'appareil au décollage : si l'angle est trop important, la queue risque de toucher la piste. S'il est trop faible, la vitesse ascensionnelle le sera aussi. L'appareil aura besoin de plus de piste pour décoller - ce qui peut lui fermer des pistes à pleine charge - et mettra donc plus de temps à rejoindre son altitude de croisière, ce qui augmente la consommation de carburant.

Les détails techniques de ce MAX 10 n'ont pas encore été dévoilés. On ne sait donc pas encore quels arbitrages Boeing a fait pour y arriver. A priori, un travail a été fait sur le train d'atterrissage principal avec "un effet de levier". Cela doit permettre de préserver l'assiette au moment de la rotation.

Boeing s'est aussi résolu à limiter l'emport en carburant de son nouvel appareil afin de ne pas trop l'alourdir et conserver des performances correctes au décollage. Sa distance franchissable ne sera donc que de 5 954 km, contre 6 510 km pour le MAX 9. Cela reste néanmoins suffisant pour la plupart des vols moyen-courriers qu'il s'agisse de traverser les Etats-Unis ou l'Europe.

En termes de positionnement commercial, Boeing pourra ainsi offrir un avion avec de l'autonomie et un autre avec de la capacité. Car le but du constructeur est indubitablement de pouvoir offrir un avion avec davantage de sièges aux compagnies et ainsi faire baisser le coût au siège de l'appareil. Grâce à ses deux rangées de sièges supplémentaires, le 737 MAX 10 pourra accueillir jusqu'à 230 sièges en configuration haute densité. C'est 12 de plus que le MAX 9.

Reste à savoir si ces compromis seront suffisants pour venir chercher l'A321neo. Celui-ci est doté d'une cabine de 236 passagers en configuration monoclasse haute densité, qui passera à 240 sièges avec l'option Cabin-Flex. Et le monocouloir d'Airbus affiche une distance franchissable de 6 850 km. Enfin, l'A321neo est en service depuis avril dernier tandis que le 737 MAX 10 n'est prévu que pour 2020.

Cela n'empêche pas Boeing d'annoncer que le coût d'exploitation de son 737 MAX 10 sera plus faible de 5 % que celui de l'A321neo. Et ce que ce soit par siège ou par voyage.

L'arrivée du MAX 10 devrait repousser en tout cas celle du fameux « Middle of Market » (MoM), qui est bien parti pour devenir une arlésienne.

 
Comme il est de coutume, Boeing a lancé son 737 MAX 10 avec un certain nombre de commandes et d'engagements déjà prêts. Le constructeur américain annonce avoir ainsi conclu des accord pour 240 avions avec plus de 10 clients. Les signatures devraient être annoncées tout au long du salon du Bourget.

Le premier à s'être engagé en faveur du nouvel appareil est le loueur BOC Aviation, avec un protocole d'accord pour 10 737 MAX 10. La valeur du futur contrat est estimé 1,25 Md$. Il a été suivi par Gecas, qui a converti 20 appareils d'une précédente commande de 737 MAX en MAX 10.

C'est là aussi l'un des autres défis de l'avionneur : sur six prospects pressentis sur le programme 737 MAX 10, quatre sont déjà clients du 737 MAX 9, ce qui pourrait laisser présager l'émergence d'une cannibalisation importante pour la nouvelle variante.
 
La Newsletter et les Alertes du Journal de l'Aviation
Les articles dans la même thématique

Le Boeing 747 d'essais de GE Aviation fait ses adieux

Les futurs « Air Force One », initialement prévus pour Transaero

Boeing va tester le lidar en vol avec la Jaxa

Le Chinook toujours sur le pied de guerre

Boeing enchante Wall Street en relevant son objectif annuel

Boeing met à jour ses prévisions sur les besoins en pilotes et techniciens

Dassault Systèmes signe le plus important contrat de son histoire avec Boeing

Tassili Airlines achète trois Boeing 737-800

A lire dans la même rubrique
Le Boeing 747 d'essais de GE Aviation fait ses adieux
Airbus réduit encore la cadence de l'A380
PowerJet affiche performances et ambitions sous l'aile du Superjet
 
Dassault confirme ses prévisions de croissance après le premier semestre
Patrick Baudis : « au-dessous de 150 sièges, c'est Bombardier »
AFI KLM E&M mise sur la maintenance prédictive avec Prognos
18/08 Le Mi-172A2 reçoit sa certification russe
18/08 Avec le TDRS-M, la NASA aide les astronaute à communiquer
18/08 Le 1er CS300 de Korean Air fait son roll-out
18/08 Le Boeing 747 d'essais de GE Aviation fait ses adieux
18/08 Boeing étend ses installations d'Helena pour soutenir la production du 777X
17/08 Grève à l'aéroport de Fort de France: la FNAM demande une sortie de conflit
17/08 Nouvelle application en Inde pour Sentinel-1
17/08 L'Inde autorise l'achat de six hélicoptères d'attaque pour 650 M USD à Boeing
INGÉNIEUR MÉTHODES (H/F)
MASER ENGINEERING
MÉCANICIEN AÉRONAUTIQUE (H/F)
AIR ARCHIPELS
MECANICIENS AVION (H/F)
Airbase LTD
AGENT MCC (MAINTENANCE CONTROL CENTER) (H/F)
Transavia
MÉCANICIEN HÉLICOPTÈRE (H/F)
BABCOCK INTERNATIONAL GROUP
RESPONSABLE QUALITE (H/F)
SOCIETE CONFIDENTIELLE
CONTRÔLEUR DIMENSIONNEL P2/P3 MÉCANIQUE GÉNÉRALE (H/F)
RAFAUT
COPILOTE QUALIFIÉ SUR FALCON 2000S - PARIS (H/F)
TAG Aviation SA
© 2017 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus