Actualité aéronautique Début de chantier pour le porte-avions Charles de Gaulle
Défense & Sécurité

Aéronavale

Début de chantier pour le porte-avions Charles de Gaulle

Helen Chachaty et AFP
08/02/2017 | 948 mots
Début de chantier pour le porte-avions Charles de Gaulle
© Marine nationale

Le porte-avions Charles de Gaulle a été remorqué mercredi jusque dans un bassin de la base navale de Toulon pour y subir 18 mois de travaux d'entretien et de rénovation, un chantier hors du commun pour le groupe de construction navale DCNS et la marine nationale.

"Après, ce ne sera plus le même bateau", assure Stanislas Gentien, officier de communication de la préfecture maritime. Arrivé à mi-vie après quinze ans de service, le seul porte-avions nucléaire français avait rejoint Toulon, son port d'attache, mi-décembre, pour une longue parenthèse technique.

Mercredi matin, l'immense bâtiment de 42 500 tonnes (4 fois la tour Eiffel), aidé par une dizaine de remorqueurs, est entré dans un bassin à peine assez grand pour lui, au terme d'une manoeuvre délicate "précise à une dizaine de centimètres près de chaque côté".

"C'est un défi industriel, ce n'est pas une opération banale", a expliqué à l'AFP Jean-Nicolas Wolf, le responsable logistique du groupe industriel français DCNS, en charge de l'ouvrage, alors que le navire pénétrait dans le bassin équivalent en eau à 47 piscines olympiques.

Une fois les remorqueurs sortis, l'eau du bassin devait être pompée à mi-hauteur (7 mètres environ), pour permettre au bateau de se stabiliser sur les 165 blocs de béton disposés au fond. Une quinzaine de plongeurs doivent relier le navire à une cinquantaine de tuyaux, pour lui permettre d'être alimenté en eau de mer.

A ciel ouvert, aux côtés d'autres navires militaires en carénage, le Charles de Gaulle doit ensuite s'échouer dans le bassin pour y rester en cale sèche pendant la durée des travaux.

"Il sera en cale sèche, mais rien ne s'arrête", prévient Jean-Nicolas Wolf : "le bateau continue de fonctionner comme en mer". D'où la nécessité de l'alimenter en eau.

DCNS et les 160 entreprises partenaires du chantier vont entreprendre en 18 mois, avec près de 2.000 personnes par jour en comptant l'équipage, "ce que les Américains font en quatre ou cinq ans" sur un porte-avions. D'où la nécessité de garder à bord l'équipage, qui connaît le bateau, et pourra se former au fur et à mesure aux nouvelles machines.

- "Tenir jusqu'en 2041" -

"La mission de l'équipage est double", insiste Pierre P., du groupement opérationnel du Charles de Gaulle: "l'entretien du bâtiment qui reste actif, et assurer la sécurité du chantier". "On attend beaucoup de ces travaux", ajoute le marin, "l'idée c'est de permettre au bateau de tenir jusqu'en 2041".

Déployé en Méditerranée à trois reprises contre le groupe État islamique (EI) depuis janvier 2015, le Charles de Gaulle, mis en service en 2001, est arrivé à mi-vie. Il avait déjà été immobilisé une première fois en 2007 pour un carénage qui avait coûté 300 millions d'euros. La Défense anticipe cette fois une facture supérieure à un milliard d'euros.

Comme en 2007, les deux "coeurs nucléaires" du navire vont être renouvelés. Les réacteurs, véritables centrales atomiques, entraînent les deux arbres d'hélice, produisent l'électricité du bord -assez pour une ville de 100.000 habitants-, la vapeur indispensable aux deux catapultes et l'eau douce.

Ce chantier n'est pas plus dangereux qu'un autre chantier industriel, assure Clément C., de la Direction générale des armées. Le changement des coeurs nucléaires serait même "le plus sûr, tant tout est écrit et millimétré".

"On va ouvrir des pompes, des turbines qu'on n'avait jamais explorées, et découvrir des choses, c'est certain", explique-t-il, "mais on s'y prépare, par exemple on a déjà des hélices de rechange".

Le Charles de Gaulle va aussi être profondément modernisé, notamment au niveau des "systèmes de combat". Un nouveau radar de veille aérienne en 3D, à la portée et aux performances accrues, sera installé, ainsi que des capteurs infrarouges actualisés.

Par ailleurs, le passage du Charles de Gaulle au "tout Rafale" va nécessiter une refonte des installations d'aide à l'appontage des avions de combat. Les automates de conduite de la plateforme seront aussi changés, de même que les systèmes de l'aide à la maîtrise des avaries.

Au printemps 2018, le porte-avions devrait reprendre le large pour des tests opérationnels.


Si les Rafale M et leurs équipages sont retournés sur leur base de Landivisiau en Bretagne, ils ne resteront cependant pas inactifs pendant les 18 mois que doit durer ce chantier de modernisation.

En effet, comme nous le confiait en octobre dernier l'amiral Thouvenin, commandant l'aéronautique navale (voir « Une adaptation permanente des savoir-faire » dans l'aéronavale), les "marins du ciel" devraient effectuer des créneaux supplémentaires de posture permanente de sûreté aérienne, afin de soulager, entre autres, les chasseurs de l'armée de l'air dans cette mission, qui permet une surveillance permanente et continue de l'espace aérien français. La participation de l'aéronavale à la PPS pourrait ainsi doubler pour l'année 2017.

Les avions de la Marine nationale pourraient également être déployés en OPEX depuis la terre, comme cela a déjà été le cas en Afghanistan par exemple. Si aucune information n'a encore été officiellement confirmée, il se pourrait cependant fortement que des Rafale M soient envoyés au Moyen-Orient au cours de cette année.
 
 
 
Les articles dans la même thématique

Démonstration de tir d'un ASMPA depuis un Rafale M

Deux Blackjack russes interceptés au large des côtes françaises

Le radar à antenne active, « clairement une plus-value à l'export »

L'armée de l'air engage deux Rafale supplémentaires

A lire dans la même rubrique
AFI KLM E&M s'engage sur le MCO des KC-30A australiens
Rétrospective : L'année 2016 dans la Défense
Donald Trump fustige le futur Air Force One
 
Le PC-21 rejoindra l'inventaire de l'armée de l'air
L'E-2D Hawkeye bientôt ravitaillable en vol
Des aigles déployés dans la lutte anti-drones
La Newsletter et les Alertes du Journal de l'Aviation
16h28 Arconic a livré un million d'aubes de turbine à Safran Helicopter Engines
15h55 Le général Pollet prend la tête de l'IPSA
15h19 Pour la DGA, « le futur c'est un véritable réseau de capteurs »
15h18 Norwegian lancera ses vols transatlantiques en 737 MAX en juin
14h58 Air New Zealand affiche des bénéfices en baisse au 1er semestre
14h56 La capsule Dragon s'arrime à l'ISS pour livrer vivres et matériel
14h50 Grève à Alitalia, 60% des vols annulés
14h27 BAE Systems confiant pour le marché de la défense grâce à Trump
INGÉNIEUR GÉNIE ÉLECTRIQUE (H/F)
B.E.C. GROUPE
INSPECTEUR AÉRONAUTIQUE (H/F)
OSAC
CÂBLEUR (H/F)
SODITECH
TECHNICIEN.NE DE MAINTENANCE EN ELECTRICITE (H/F)
AIR SUPPORT
RESPONSABLE MÉTHODES FABRICATION USINAGE H/F
Safran Helicopter Engines
INGENIEUR D’AFFAIRES EUROPE (H/F)
SOKARIS INGENIERIE
GESTIONNAIRE D'APPROVISIONNEMENT (H/F)
SEGULA TECHNOLOGIES
ARCHITECTE ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE H/F
Safran Transmission Systems
© 2017 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus