Alliances   |   Compagnies régulières   |   Cargo   |   Régionales   |   Low Cost   |   Charter   |   Aviation d'affaires   |   Inflight   |   Aéroports   |   Leasing   |   Sécurité
Actualité aéronautique Le Brexit secoue le secteur aéronautique
Transport aérien

Transport aérien

Le Brexit secoue le secteur aéronautique

Emilie Drab
24/06/2016 | 651 mots
Le Brexit secoue le secteur aéronautique
Michael O’Leary, le CEO de Ryanair, s’était pleinement engagé dans la campagne en faveur du « remain », arguant que l’objectif de Ryanair était de doubler le nombre de passagers au Royaume-Uni de 40 millions aujourd’hui à 80 millions d’ici cinq ans mais que cela n’était possible que si le Royaume-Uni restait dans l’Union européenne. La low-cost est présente dans 17 aéroports britanniques et compte notamment deux bases à Londres Stansted et Luton © Ryanair
L'Europe se réveille d'un séisme politique : le Royaume-Uni a voté pour le Brexit, signant sa sortie de l'Union Européenne. Si cette sortie prendra du temps, si les conséquences ne sont pas encore très claires, l'incertitude qui naît du résultat du référendum britannique va de toute façon avoir un impact sur l'économie et sur le secteur aéronautique plus particulièrement, qu'il s'agisse du transport aérien ou de l'industrie.

Pour le moment, la prudence reste de mise dans les réactions. IAG comme easyJet ou Flybe ne voient pas d'impact sur leur activité à long terme. KLM non plus. Outre-Atlantique, Delta considère que c'est « business as usual ».

Mais toutes ont affirmé leur vigilance car cela reste un saut dans l'inconnu. Donc une mauvaise nouvelle pour les affaires - comme en témoigne l'état de la bourse de Londres aujourd'hui. L'IATA estime déjà que le Brexit et ses conséquences sur l'activité économique et sur la livre devrait provoquer une baisse de 3 à 5% du nombre de passagers au Royaume-Uni d'ici 2020. IAG n'a pas attendu très longtemps avant d'émettre une alerte aux résultats : ayant constaté un ralentissement de l'activité durant les semaines précédant le vote, le groupe s'attend à ce qu'il persiste et ne compte plus améliorer son bénéfice opérationnel dans la même mesure qu'en 2015 (+68%).

EasyJet a rappelé qu'elle s'était préparée à ce résultat et qu'elle avait déjà travaillé à un plan B. Alors qu'elle se concentrait sur la campagne contre le Brexit avant le vote, elle souhaite désormais s'engager pleinement pour accélérer les discussions entre les gouvernements britannique et européen afin de permettre au Royaume-Uni de rester dans le marché unique européen de l'aviation, par exemple en restant membre de l'Espace Economique Européen. Ce qui lui éviterait de devoir mettre en place son plan B - dans lequel easyJet Switzerland pourrait être amenée à jouer un rôle.

Gueule de bois aussi du côté de l'industrie. Airbus a réagi très rapidement par la voix de Paul Kahn, le président d'Airbus Group UK : « c'est un signal d'alarme pour l'Europe et un catalyseur pour le changement. » Le groupe, qui avait déjà prévenu qu'il y aurait des effets à long terme sur sa présence au Royaume-Uni en cas de Brexit, va devoir travailler avec le gouvernement britannique pour déterminer dans quelle mesure il pourra en minimiser l'impact sur ses activités et les 15 000 emplois directs qu'elles génèrent. Mais la Grande-Bretagne est le troisième pays aéronautique européen et ses responsabilités sont grandes : les usines de Filton et Broughton ont la charge de la conception et de la production des ailes des Airbus, sans compter les activités d'Airbus Helicopters et Airbus Defense and Space.

Quant au groupe Safran, il compte neuf filiales et treize sites outre-Manche, qui conçoivent des nacelles, travaillent sur des pièces composites et des systèmes électriques pour motoristes et avionneurs, ou abritent des bancs et équipements d'essais pour moteurs, entre autres.

Le secteur de la défense sera peut-être relativement épargné puisque déjà partiellement régi par des accords bilatéraux. Ainsi, le président de la République François Hollande a assuré qu'il « n'oubliait pas nos relations étroites en matière de défense, qui seront préservées. » Pas de divorce donc.

Mais le résumé formulé par l'IATA pour le transport aérien colle aussi pour l'industrie : « une incertitude énorme demeure au sujet des détails précis de la sortie et cela pourrait prendre deux ans ou plus avant que ces problèmes ne soient résolus ; une incertitude prolongée qui influencera à la fois la magnitude et la persistance des impacts économiques. »
 
 
 
Les articles dans la même thématique

Air Mauritius confirme la location de deux Airbus A330neo

Michael O'Leary suggère à Air France et à Lufthansa de collaborer avec Ryanair

Brexit : le PDG de Ryanair dénonce la "décision la plus stupide" jamais prise

Ryanair maintient ses prévisions malgré une baisse de son bénéfice de 8% au 3e trimestre

A lire dans la même rubrique
Vinci Airports mise sur les pays en développement pour poursuivre sa croissance
Air France anticipe une année 2017 incertaine mais en croissance
Ryanair maintient ses prévisions malgré une baisse de son bénéfice de 8% au 3e trimestre
 
Air Mauritius confirme la location de deux Airbus A330neo
L'Airbus A350 de Lufthansa fait son show
Le trafic aérien mondial de passagers a fait un bond de 6,3% en 2016
La Newsletter et les Alertes du Journal de l'Aviation
16h28 Arconic a livré un million d'aubes de turbine à Safran Helicopter Engines
15h55 Le général Pollet prend la tête de l'IPSA
15h19 Pour la DGA, « le futur c'est un véritable réseau de capteurs »
15h18 Norwegian lancera ses vols transatlantiques en 737 MAX en juin
14h58 Air New Zealand affiche des bénéfices en baisse au 1er semestre
14h56 La capsule Dragon s'arrime à l'ISS pour livrer vivres et matériel
14h50 Grève à Alitalia, 60% des vols annulés
14h27 BAE Systems confiant pour le marché de la défense grâce à Trump
INGÉNIEUR GÉNIE ÉLECTRIQUE (H/F)
B.E.C. GROUPE
INSPECTEUR AÉRONAUTIQUE (H/F)
OSAC
CÂBLEUR (H/F)
SODITECH
TECHNICIEN.NE DE MAINTENANCE EN ELECTRICITE (H/F)
AIR SUPPORT
RESPONSABLE MÉTHODES FABRICATION USINAGE H/F
Safran Helicopter Engines
INGENIEUR D’AFFAIRES EUROPE (H/F)
SOKARIS INGENIERIE
GESTIONNAIRE D'APPROVISIONNEMENT (H/F)
SEGULA TECHNOLOGIES
ARCHITECTE ÉLECTRONIQUE DE PUISSANCE H/F
Safran Transmission Systems
© 2017 Le Journal de l'Aviation | Qui sommes-nous ? | Programme rédactionel | Tarifs | Mentions légales | CGV | Contact

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.  OK  En savoir plus